Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 18:19

Rentrée : la maison Jean-Vilar joue

les prolongations !

 

L’installation « le Mystère Tchekhov » se poursuit jusqu’au 1er décembre 2010

 

tchekhov

Anton Tchekhov

 

Forte des 10 000 visiteurs accueillis au cours du mois de juillet dernier, la maison Jean-Vilar prolonge de trois mois son exposition consacrée à l’un des auteurs russes les plus populaires, Anton Tchekhov, dont on célèbre le 150e anniversaire de la naissance.

Organisée dans le cadre de l’Année France-Russie 2010 avec le soutien de Culturesfrance, en collaboration avec le musée Bakhrouchine, le musée Littéraire, le musée du Théâtre-d’Art de Moscou et le musée de Mélikhovo (maison de Tchekhov) qui ont prêté pour l’occasion de nombreux documents, maquettes, costumes, photos, objets personnels ayant appartenu à l’auteur, l’installation le Mystère Tchekhov évoque la découverte des grandes pièces du dramaturge sur la scène française, de Pitoëff à Jean-Louis Barrault, Georges Lavaudant ou Éric Lacascade, des focus soulignant l’apport d’André Barsacq et bien sûr de Jean Vilar (créateur mondial de Platonov au T.N.P., en 1956, dont on expose ici les costumes), jusqu’aux mythiques spectacles de Giorgio Strelher et de Peter Brook dans les années 1970 et 1980 (on peut comparer quatre mises en scène différentes de la Cerisaie dans le kiosque vidéo).

L’œuvre non théâtrale est également traitée : Tchekhov est l’auteur de plus de 600 nouvelles et récits dont moins de la moitié sont traduits en français. Des extraits thématiques sont ici proposés avec un développement consacré au séjour de l’auteur au bagne de Sakhaline. Comme en surimpression, le beau visage de Tchekhov accompagne le visiteur vers ce qui le distingue de tant d’autres : la compréhension de la misère et de la fragilité. Expert en humanité, ironique et sceptique, buvant du champagne sur son lit de mort, insaisissable, préférant la médecine sociale à la littérature engagée pour éveiller les consciences, proche de Tolstoï (auquel il s’opposait autant qu’à Gorki), admirateur de Tchaïkovski, le bon docteur Tchekhov douta toujours de la valeur de son œuvre. Il faut montrer la vie non telle qu’elle est, ni telle qu’elle doit être, mais telle qu’elle nous apparaît en rêve, écrit-il dans la Mouette. D’où cet équilibre entre fatalisme oriental et optimisme mâtiné de vague à l’âme, comme ancré dans une forme païenne de religiosité. Un de ses contemporains disait : « C’est très drôle et ça vous serre le cœur ».

La maison Jean-Vilar propose un accompagnement pédagogique aux groupes scolaires : sur rendez-vous, une visite commentée, soulignant les perspectives littéraires, artistiques, historiques en accord avec un professeur référent, suivie d’une projection vidéo « à la carte ». Programme possible jusqu’aux vacances de la Toussaint.

Entrée individuelle : 3 € (10 % de réduction pour les groupes scolaires).

 

Des enregistrements audio téléchargeables sur Internet

http://lechodesplanches.net/index.html

Au cœur de l’installation, la scène éphémère du « Petit Théâtre de la Mouette », a proposé quotidiennement pendant le Festival d’Avignon des lectures d’extraits de nouvelles de Tchekhov avec Julie Brochen, Muriel Mayette, Nicole Garcia, Arlette Téphany, Jacques Lassalle, Jacques Frantz, Denis Guénoun, Ludovic Lagarde et Laurent Poitrenaux… désormais podcastables sur Internet ainsi que le programme complémentaire coréalisé avec la maison Antoine-Vitez et consacré à des auteurs dramatiques russes contemporains.

Le site de L’Écho des planches, radio partenaire de la maison Jean-Vilar, propose également l’enregistrement des chroniques de Jacques Téphany et des débats animés par Rodolphe Fouano. De nombreuses prises de paroles sans langue de bois où chacun était convié à raconter « son » festival, d’hier et d’aujourd’hui. Avec notamment Lucien Attoun, Rodolphe Burger, Denis Chabroullet, Régine Chopinot, Jacques Frantz, Benoît Gautier, Gérard Gelas, Greg Germain, Victor Haïm, Marc Hollogne, Arthur Jugnot, Judith Magre, Muriel Mayette, Daniel Mesguich, Jean Pétrement, Jack Ralite, Micky Sébastian, Louis Schweitzer ou Georges Terrey. On y trouve enfin l’enregistrement intégral des colloques organisés par la maison Jean-Vilar sur les « Scénographies de la cour d’honneur du palais des Papes », le « Théâtre populaire d’aujourd’hui » ou encore « L’Amérique et le vivre ensemble » (rencontre animée par Laure Adler) en juillet dernier.

 

revue-mystere-tchekhov

« Cahiers de la maison Jean-Vilar », nº 110

 

Le nº 110 des Cahiers de la maison Jean-Vilar disponible

Conçu en parallèle à l’installation le Mystère Tchekhov, ce numéro spécial d’une centaine de pages, richement illustrées grâce aux prêts des musées russes partenaires de l’opération, décline les approches de l’auteur de la Mouette et de plus de 600 nouvelles et récits. Traduire/adapter, jouer, mettre en scène, découvrir Tchekhov : une entreprise démesurée appréhendée à partir des aventures de Pitoëff à Alain Françon, et des « lectures » de Gorki, Elsa Triolet, Visconti, ou Dominique Fernandez, auteur d’un récent ouvrage sur l’âme russe dont on lit ici un témoignage exclusif.

Outil idéal pour accompagner ou prolonger l’exposition, ces Cahiers sont disponibles à la vente, sur place ou dans les librairies théâtrales.

 

Richard II : derniers jours !

L’exposition évoquant la Tragédie du roi Richard II, pièce de William Shakespeare créée en France par Jean Vilar en septembre 1947, au cours de la « Semaine d’art en Avignon », présentée dans le hall de la maison Jean-Vilar depuis juin sera démontée à la fin du mois de septembre. Vidéo-photos, maquettes, costumes, notes de mise en scène, revue de presse, retracent ce premier spectacle de l’histoire du Festival, en écho à la mise en scène de Jean-Baptiste Sastre, présentée cet été dans la cour d’honneur du palais des Papes avec Denis Podalydès dans le rôle-titre. Entrée libre.

 

Rappels :

La maison Jean-Vilar est un centre ressources ouvert depuis 1979 sous l’égide de l’Association Jean-Vilar (actuellement présidée par le metteur en scène Jacques Lassalle), de la Ville d’Avignon et du département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France.

Le fonds Jean-Vilar rassemble les archives personnelles du metteur en scène et acteur, les maquettes et les costumes des spectacles qu’il a créés à Avignon et au Théâtre national populaire. Cette collection inestimable est complétée par un fonds spécialisé dans les arts du spectacle (30 000 livres et revues, 1 100 vidéos, affiches, recueils de presse, photos, programmes). Bibliothèque et vidéothèque sont ouvertes à tous gratuitement.

La maison Jean-Vilar réalise des expositions thématiques, édite des ouvrages et publie une revue trimestrielle, les Cahiers de la maison Jean-Vilar, consacrée au rayonnement de l’œuvre et de la pensée de Jean Vilar, et aux enjeux des politiques culturelles d’aujourd’hui.

Le téléchargement est gratuit sur le site Internet www.maisonjeanvilar.org où l’on trouve en outre l’actualité de la maison Jean-Vilar et une importante base de données sur le Festival d’Avignon.

 

Recueilli par

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Maison Jean-Vilar • montée Paul-Puaux - 8, rue de Mons • 84000 Avignon

Tél. 04 90 86 59 64

contact@maisonjeanvilar.org

www.maisonjeanvilar.org

La maison Jean-Vilar est ouverte du mardi au vendredi de 9 heures à 12 heures et de 13 h 30 à 17 heures, le samedi de 10 heures à 17 heures

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher