Samedi 31 mars 2012 6 31 /03 /Mars /2012 13:29

« L’Affaire Dussaert » :
rien à sauver !


Par Laura Plas

Les Trois Coups.com


Si le théâtre est le lieu des illusions, doit‑il devenir celui des contre‑vérités ? Doit-il nous imposer le mépris de la pensée, la complaisance ? Si, au moins, Jacques Mougenot avait les moyens artistiques de sa vile ambition dans « l’Affaire Dussaert ». Mais circulez, il n’y a rien à voir !

affaire-dussaert-300 Qu’est-ce que l’Affaire Dussaert ? Une conférence théâtrale sur l’imposture de l’art contemporain. Jacques Mougenot vient en effet nous parler de Philippe Dussaert, artiste vacuiste qui a vendu comme une œuvre du vide. Encore une conférence ! se récriera‑t‑on ! Oui, mais Jacques Mougenot peut du moins se targuer d’être de l’avant‑garde (!), puisqu’il sert son spectacle depuis des années. Avec opiniâtreté, donc, à défaut de talent. Car, qu’on se s’y trompe pas, l’exercice de la conférence théâtrale, c’est tout un art… contemporain. Rien de plus subtil en effet que d’instiller le doute parmi son auditoire, de créer avec le plus grand sérieux d’ambigus décalages. C’est tout un art d’instruire en plaisant, ou de plaire en feignant d’instruire.

Or, dans le spectacle de Mougenot, on n’apprend rien, et on se prend à vouloir pleurer plutôt que de rire. Seul ressort comique : le jeu de mots, parfois emprunté, très souvent facile. On en devine souvent la chute, et si ce n’est le cas, Jacques Mougenot nous la signale en souriant de ses propres finesses. On ne résistera pas au plaisir rageur de vous en livrer un petit florilège. Jacques Mougenot rappelle que le reflet « donne à réfléchir » (quelle originalité !), s’excuse de se demander si c’est de « l’art ou du cochon », parle de « la patte » d’un singe, artiste contemporain. Il y a des centaines de traits de ce genre dans la pièce. Car, pour retourner la métaphore scatologique du conférencier, sa flore pousse fort bien sur le purin du mépris. Ajoutons que certains jeux de mots sur le « rien » sont usés jusqu’à la corde.

« Rien, une idée, un concept, du vent »

Dans ce pauvre spectacle, l’art contemporain n’est pas la seule cible. On égratigne au passage les Japonais, ces moutons qui s’agglutinent devant la Joconde. On se moque de l’État qui, comme l’empereur du conte *, paye pour des illusions. Pourtant, Jacques Mougenot devrait se rasséréner : l’État ne donne même plus ce 1 % dont il est question. Surtout, l’Affaire Dussaert est une exécution de la pensée. C’est l’esprit contre la réflexion, le bon sens (on en a pourtant soupé depuis cinq ans) contre l’argutie des « intellos ». L’idée y est réduite, comme une énumération suggestive le montre, à du vent.

Pire, le théâtre est une victime collatérale de ce jeu de massacre. Scénographie réduite à un décor, assez laid, bien pauvre. Accessoires superflus. Jeu quasi inexistant : Jacques Mougenot feint d’improviser ou cherche ses fiches, se juche sur un tabouret. Voilà tout. Encore mieux, il ne faut pas plus de deux minutes pour éventer ce fameux scoop que, d’un air finaud, le comédien révèle en fin de spectacle. Deux minutes, et on s’ennuie. C’est donc à se demander si les critiques élogieuses qui ornent l’affiche du spectacle ne participent pas elles aussi à une imposture… 

Laura Plas


Les Habits neufs de l’empereur, de Hans-Christian Andersen, Garnier-Flammarion, 1993


L’Affaire Dussaert, de Jacques Mougenot

Mise en scène et interprétation : Jacques Mougenot

Théâtre du Ranelagh • 5, rue des Vignes • 75016 Paris

Site du théâtre : www.theatre-ranelagh.com

Réservations : 01 42 88 64 44

Du 29 mars au 2 juin 2012, du mercredi au samedi à 21 heures, le dimanche à 17 heures, relâche les 4 et 5 avril 2012, les 9 et 24 mai 2012

Durée : 1 h 20

25 € | 10 €

Publié dans : France-Étranger 1998-2014 - PUBLIER UN COMMENTAIRE ? - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Commentaires

Pas du tout du tout du tout d'accord avec vous !!!

Nous l'avons vu à 8, d'horizons très différents. Unanimité parmi nous pour trouver que cette conférence/spectacle, très intelligente, ouvre bien des pistes de réflexion (ça nous a occupés encore une bonne heure au café à la sortie).

Je trouve vos arguments de mauvaise foi.
Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage ?
Commentaire n°1 posté par gloub le 08/04/2012 à 09h32

Recherche sur le site

Qui ? Quoi ? Où ?

  • : Les Trois Coups
  • Les Trois Coups
  • : Le journal quotidien du spectacle vivant en France. Critiques, annonces, portraits, entretiens, Off et Festival d’Avignon depuis 1991 ! Siège à Avignon, Vaucluse, P.A.C.A.
  • Retour à la page d'accueil

Nous contacter

Le journal vous recommande

fourberies-de-scapin-290 philippe-bertheau

joris-mathieu-290 nicolas-boudier

laura-perrudin-290 jf-picaut

negres-290 lucie-jansch

cahier-dun-retour-290

golgota-290 hugo-marty

olivier-martin-salvan-290 bruno-perroud

martyr-290 jean-louis-fernandez

Nos partenaires

ASPTHEATRE RED

theatre-des-carmes-290

chene-noir-290

tcqf-290-copie-1

theatre-des-halles-290

fabrik-theatre-290

hivernales-partenaire-290

maison-jean-vilar-260

 

surikat-290

L’association Les Trois Coups

« Les Trois Coups », c’est un journal en ligne, bien sûr. Mais c’est aussi une association, qui a besoin d’être soutenue par des adhérents.
Lire la suite.

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés