Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 11:34

L’accident après le triomphe


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


Après la réussite de sa mise en scène des « Trente-neuf Marches », Éric Métayer s’attaque à « Julie des Batignolles », un « polar à l’ancienne ». Une pièce de boulevard de piètre qualité qui sonne comme un accident de parcours.

julie-des-batignolles-615 lot

« Julie des Batignolles » | © Lot

Le succès se fait parfois attendre. En 2009, à tout juste 50 ans, le comédien et metteur en scène Éric Métayer a connu ce bonheur avec les Trente‑neuf Marches, une pièce récompensée par le Molière du Spectacle comique et celui de la Meilleure Adaptation. Un triomphe amplement mérité pendant trois ans au Théâtre de la Bruyère, suivi d’une tournée à travers toute la France qui n’est pas encore achevée.

Avec la pièce Julie des Batignolles, Métayer choisit à nouveau un projet proche de l’adaptation cinématographique, une sorte de polar à l’ancienne truffé de truands minables et gouailleurs, embarqués dans une aventure rocambolesque d’enlèvement qui tourne mal. Les répliques fusent à la manière d’Audiard sans pour autant approcher le génie du célèbre dialoguiste. Et le doute s’installe rapidement. Pourquoi ce choix d’une pièce qui peine à dépasser le niveau d’un boulevard, multipliant les situations convenues et les reparties faciles ?

Une pièce ratée

Avec une telle matière, toutes les audaces de mise en scène du précédent spectacle deviennent impossibles. Les rares tableaux mimés dans un rythme endiablé en interstice au récit n’apportent pas grand-chose à l’action, et leur réalisation même paraît bâclée. On est également déçu par la création lumière de Philippe Quillet, qui ne parvient pas à imposer la moindre poésie à l’ensemble. Manque de préparation ? Contraintes techniques dues à une scène trop exiguë ?

Côté comédiens, l’expérience précieuse de Thierry Liagre dans le rôle du faux naïf rappelle parfois l’immense Bernard Blier, tandis que Philippe Lelièvre, bien connu des jeunes générations qui l’ont découvert en professeur de théâtre dans l’émission de télé-réalité « Star Academy », campe un convaincant cerveau incapable de contrôler son équipe. On aurait sans doute aimé que Lelièvre accentue davantage encore les possibilités comiques de son rôle à l’instar de sa comparse Viviane Marcenaro, aux accents délicieusement vulgaires et outranciers. Mais c’est un détail tant sa présence tranche avec la jeune Manon Gilbert, encore un peu tendre pour son rôle difficile de pimbêche haute en couleur. À ses côtés, le jeune Kevin Métayer (fils d’Éric Métayer et Viviane Marcenaro) compose un benêt très crédible, un rien plus maladroit dans sa romance avec la captive.

Au final, un spectacle qui déplaira aux inconditionnels des Trente‑neuf Marches, et qui pourra intéresser quelque peu les amateurs de boulevard routinier et sans grand esprit. 

Florent Coudeyrat


Julie des Batignolles, de Pascal Laurent

Mise en scène : Éric Métayer

Avec : Philippe Lelièvre, Viviane Marcenaro, Thierry Liagre, Manon Gilbert, Kevin Métayer

Assistant à la mise en scène : Jean‑Philippe Beche

Décors : Stéfanie Jarre

Costumes : Cécile Adam

Lumières : Philippe Quillet

Son : Vincent Lustaud

Théâtre La Bruyère • 5, rue La Bruyère • 75009 Paris

Site du théâtre : http://www.theatrelabruyere.com

Réservations : 01 48 74 76 99

À partir du 28 août 2012 à 21 heures, matinée le samedi à 15 h 30, relâche dimanche et lundi

Durée : 1 h 45

40 € | 32 € | 24 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher