Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 00:47

« Quatre costumes en quête d’auteur » : un vertige
en douze tableaux


Par Marie-Christine Harant

Les Trois Coups.com


Avec « Jérôme Pastel », vient de débuter le feuilleton des « Quatre costumes en quête d’auteur », une aventure imaginée par Jacques Bioulès dans son Théâtre du Hangar à Montpellier. On vous rappelle le principe : au commencement étaient les quatre costumes, tirés au sort pour être attribués à quatre comédiens. Ensuite des auteurs ont imaginé des textes dont des metteurs en scène se sont emparés. « Jérôme Pastel », premier tableau de ce « vertige théâtral » est une réussite.

Abder Oudhaddi a été tiré au sort pour porter le costume créé par Vincent Bioulès. Peintre reconnu dans la vie, Vincent s’est projeté dans le vêtement. Il prétend travailler comme un cochon : les mains, les pieds, dans la peinture, jusqu’au cou. Il a donc imaginé la blouse idéale, maculée de taches multicolores, une palette en guise de collerette et un chapeau emplumé de pinceaux. Le comédien a commencé à s’habituer à ce costume pendant les essayages, mais il ignorait quel personnage devait l’habiter. Le premier auteur inspiré par cette blouse, Jacques Bioulès, jouait sur du velours. Il connaissait en effet parfaitement l’univers de son frère Vincent. Il a donc écrit un texte dont le héros est un peintre, Jérôme Pastel. Mais, une fois n’est pas coutume, ce monologue va lui échapper, puisqu’il n’est ni le metteur en scène ni l’interprète de son œuvre.

jerome-pastel

« Jérôme Pastel », de Jacques Bioulès

Jacques Bioulès, un accro de l’écriture automatique

Jérôme Pastel, la pièce, nous fait entrer dans la solitude de l’artiste devant le papier Ingres blanc, elle nous dévoile les mystères de sa méthode. « Tout doit disparaître », déclare Jérôme en début de monologue. « Tout a disparu », déclare-t-il à la fin. Entre-temps, on a assisté à un étonnant voyage. Des doutes envahissent le peintre, des rêveries lui font prendre des chemins de traverse, tandis que les vautours, sujets de son œuvre, se massent en nuages noirs, qui fondent sur la fille aux yeux de coléoptère. À côté, pastels, fusains et plumes se déchaînent sur la table de l’artiste, se prennent pour des ancres de marine ou des attributs des Folies Bergère. On reconnaît le style de Jacques Bioulès, un accro de l’écriture automatique chère aux surréalistes, devenue une seconde nature. On se régale de ses trouvailles, on sourit aux associations surprenantes,on adore ses télescopages improbables, qui coulent de source cependant.

David Stanley met pour la première fois en scène un texte de Jacques Bioulès. Cet habitué du Théâtre du Hangar, où il a souvent joué et dirigé, a réussi à s’approprier le texte. Son travail est remarquable d’humilité. En voilà un qui sait entrer dans l’univers de l’autre sans tout renverser sur son passage : du grand art. En lui, Abder Oudhaddi a trouvé un directeur d’acteur constamment à l’écoute, qui lui a permis de faire vivre Jérôme, de lui donner chair. Le comédien devient le peintre, voulu par l’auteur, envahi par ses démons. Il accomplit plus qu’une performance : une création sensible. Pour ceux-ci, ce n’était pas gagné de lancer la série. Ils étaient très attendus. Et puis Abder répète en ce moment le Pinceau de l’ange, dans le même costume, mais pour un autre auteur, avec une partenaire et un autre metteur en scène. D’accord, la pratique de l’alternance fait partie du métier de comédien, mais ici le risque est surmultiplié. Première pièce d’un évènement à rebondissements qui se déroule en ce moment à Montpellier, Jérôme Pastel nous a emballés. Prochaine entrée en piste dans ce « vertige théâtral » : Pop rodéo, deuxième tableau de Quatre costumes en quête d’auteurs… À suivre dans un prochain numéro. 

Marie-Christine Harant


Jérôme Pastel, de Jacques Bioulès

Compagnie Jacques-Bioulès • Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

04 67 41 32 71 | télécopie : 04 67 03 07 12

www.theatreduhangar.com

communication@theatreduhangar.com

Mise en scène : David Stanley

Avec : Abder Oudhaddi

Création costume : Vincent Bioulès

Création lumière : Thierry Ganivenq, Jean-Yves Courcoux

Théâtre du Hangar • 3, rue Nozeran • 34090 Montpellier

Réservations : 04 67 41 32 71

Les 8 et 9 décembre à 20 h 45, les 12 décembre 2009, 15 et 16 janvier 2010 à 19 heures, le 6 mars 2010 à 19 h 15

Durée : 1 heure

14 € | 10 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher