Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 16:18

Au petit bonheur la chance


Par Estelle Pignet

Les Trois Coups.com


Depuis que « Jean la Chance », pièce inachevée de Bertolt Brecht, a été découverte il y a quelques années, de nombreux metteurs en scène s’en sont déjà emparés. La version de Jean-Louis Hourdin est particulièrement juste, car la forme rejoint le fond.

jean-la-chance-1-615 vincent-arbelet

« Jean la Chance » | © Vincent Arbelet

Jean la Chance est une fable inspirée d’un conte des frères Grimm, dans laquelle un homme simple perd successivement tout ce qu’il possède, sans jamais se révolter. Écrite par Bertolt Brecht dans sa jeunesse, elle ne fut jamais achevée et fut même reniée par son auteur. On y retrouve pourtant les éléments qui deviendront caractéristiques de l’œuvre théâtrale de Brecht : l’évolution du monde décrite à travers un destin individuel, et derrière la fable, des attaques féroces contre le matérialisme, la religion, la politique. Mais on retrouve surtout cette écriture qui appelle une réflexion, un jugement – la fameuse distanciation – et non pas une identification au personnage.

Dans le cas de cette œuvre, il est de toute manière difficile de s’identifier à cet homme qui, dès la première scène, voit sa femme partir avec un autre et lui conseille simplement de s’habiller chaudement pour sortir. Par la suite, bien que ne rencontrant que des personnes mal intentionnées, Jean conserve un émerveillement au monde. Dépouillé de tout, jusqu’à ses vêtements, il apprécie la sensation du vent et du soleil sur son corps : « Il me reste la vie ». Ses paroles apparemment simples et naïves sont parfois d’une grande beauté : « Elle est partie avec ses cheveux, avec ses yeux. Le soleil ne la voit plus, mais il éclaire encore… ».

À la lecture du texte, Jean-Louis Hourdin, lui, s’est tout de suite senti proche de ce personnage dont le sens des valeurs est si éloigné de la société moderne. Entre le travail accompli depuis des années par la compagnie et cette pièce de Brecht, le lien se fait dans l’introduction que le chef de troupe a ajoutée au spectacle. À Jean, dépossédé de tout, il reste la vie. Privés de tous moyens, il resterait aux gens de théâtre le sens de leur vie : raconter des histoires. « Même si je n’avais pas de théâtre, même sans le moindre morceau de bois ou de papier, même sans mains, même sans voix, je raconterai des histoires. »

Une ronde chorégraphiée

En effet, il y a peu de choses sur le plateau : une tournette, deux rideaux, deux chevaux de bois, un petit manège. Des formes circulaires autour desquelles les acteurs forment une ronde. Construit en récits successifs au cours desquels reviennent les différents personnages, le texte aussi forme une ronde. Ou plutôt une spirale du dénuement dans laquelle Jean la Chance est entraîné, et qui nous rappelle que le mot chance tire son origine du verbe tomber, « de la manière dont tombent les dés ». Jean mène sa vie comme on lance les dés, mais les jeux sont faussés par le cynisme et la malhonnêteté des personnes qu’il rencontre.

S’il y a peu d’accessoires sur scène, il y a en revanche onze comédiens et musiciens, qui forment une troupe très homogène, aux déplacements chorégraphiés très bien réglés. Le jeu des acteurs est celui du théâtre de tréteaux, qu’a pratiqué Jean-Louis Hourdin : l’adresse est face au public. Si cela surprend dans la première scène entre Jean et sa femme, qui se regardent à peine au moment de se quitter, cela entraîne un jeu qui se prête parfaitement à la distanciation brechtienne, où l’acteur raconte plutôt que d’incarner. De surcroît, on retrouve le plaisir de bien entendre un texte projeté, sans forcer, sans sonorisation, y compris quand les instruments de la fanfare (tuba, accordéon, cornet) se mettent à jouer. La musique, composée par Karine Quintana, accompagne d’ailleurs intelligemment le voyage de Jean et sert les ruptures de la mise en scène.

Qualités de chœur

Présents continuellement sur le plateau, les acteurs chantent en chœur les didascalies ou reprennent les paroles de Jean. La troupe a ainsi recomposé les songs de Brecht qui ponctueront ses œuvres suivantes, de même que l’annonce des titres de chaque récit remplace les panneaux que le dramaturge utilisait pour interrompre le cours de l’histoire. Le comédien Jean-Marie Frin endosse sur les planches le rôle de chef de troupe, il annonce les scènes, fait tourner le décor, impulse le rythme, joue les chefs d’orchestre, et contemple avec fatalisme les choix improbables de Jean.

On ressent par moments l’envie que ce spectacle se joue réellement sur les places publiques, et non dans le confort d’une salle de théâtre. Quoi qu’il en soit, la cohérence de la forme donne du sens à cette fable. Mais, par-dessus tout, c’est la qualité du jeu choral qui parvient à combler les quelques faiblesses d’un texte inachevé. 

Estelle Pignet


Voir aussi la critique d’Hélène Merlin.

Voir aussi la critique de Fabrice Chêne.


Jean la Chance, de Bertolt Brecht

Traduction : Marielle Silhouette, Bernard Banoun

Cie Jean-Louis-Hourdin • 15, passage de la Main-d’Or • 75011 Paris

01 47 00 45 71

Site : www.jeanlouishourdin.com

Courriel : brunet.mireille@sfr.fr

Chef de troupe : Jean-Louis Hourdin

Avec : Laurent Meininger, David Casada, Jean-Marie Frin, Priscille Cuche, Julien Barret, Julie Palmier, Mary Léaument, Paul Fructus, Karine Quintana, David Malavergne, Nathalie Goutailler

Chorégraphie : Cécile Bon

Décor, costumes : Raphaëlle Bloch

Musique : Karine Quintana

Auditorium de Seynod • 25-27, avenue du Champ-Fleuri • 74600 Seynod

– Bus : lignes 4 et 5, arrêt Saint-Jean

Réservations : 04 50 52 05 20

Site du théâtre : www.auditoriumseynod.com

Jeudi 21  et vendredi 22 février 2013 à 20 h 30

18,50 € | 15,50 € | 11 €

Tournée :

– Du 5 mars au 24 mars 2013 : Théâtre national de Strasbourg

– Le 26 mars 2013 : Théâtre Edwige-Feuillère, Vesoul

– Du 9 avril au 13 avril 2013 : Théâtre de la Manufacture, Nancy

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher