Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2012 2 07 /08 /août /2012 16:16

 En direct de Jazz in Marciac 2012, notre envoyé spécial

 

Malgré la pluie, Marcus Miller enflamme le festival


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Eh oui ! La pluie tombe parfois à Marciac. C’est le cas pour toute cette journée de dimanche sauf à de rares moments. Il en faut plus pour décourager les festivaliers qui se pressent dans la bastide.

kyle-eastwood-marciac jf-picaut

Kyle Eastwood | © Jean-François Picaut

Dimanche 5 août 2012

Kyle Eastwood : sa musique aussi a du charme

Oui, c’est bien le fils de…, mais pour exister et pour notre plaisir Kyle Eastwood a choisi la contrebasse et la basse. Ce jeune homme a eu le bon goût de s’exprimer dans notre langue, de présenter chacun de ses morceaux et de commencer par une pièce intitulée Marciac, autant de titres à notre reconnaissance, mais l’essentiel tient tout de même dans sa musique.

Dans un concert qui donne la parole à chacun des musiciens, sans que le leader ne l’accapare, nous avons un faible pour Marrakech, un morceau inspiré par le premier voyage en Afrique de Kyle. Tout commence par des percussions, à la batterie avec des maillets et à la contrebasse frappée à l’archet. Puis interviennent les cordes du piano avant que la contrebasse, jouée à l’archet avec des effets de distorsion, ne donne une impression de psalmodie d’hommes. La suite s’effectue à la basse électrique pendant que le saxophone soprano (Graeme Blevins) interprète une douce mélodie. Puis le son de la batterie s’accroît tandis que le saxophone se fait plus fiévreux dans les aigus. Après un tutti qui se termine par une très longue tenue du saxophone dominant, la basse donne la conclusion par un retour au calme. Ainsi, sans la moindre couleur orientale façon kitsch, Kyle Eastwood réussit‑il à nous rendre palpable l’atmosphère de Marrakech aux mille visages.

On retiendra aussi un morceau intitulé provisoirement It Goes avec une pulsation rapide et très marquée, dans lequel se distingue le trompettiste, Quentin Collins, très brillant et véloce. La pièce tirée des Lettres d’Iwo Jiwa, film réalisé par Eastwood père, est un très beau morceau méditatif. Café Calypso, qui met une nouvelle fois en valeur le saxophoniste, rencontre un très grand succès. Le rappel met en valeur tout le quintette, mais particulièrement le trompettiste et Kyle Eastwood lui‑même. Le public en redemande, mais Eastwood junior a prévenu, « c’est fini car [il a] hâte d’écouter Mr Miller ».

marcus-miller-marciac-615 jf-picaut

Marcus Miller | © Jean-François Picaut

Marcus Miller : dynamisme et enthousiasme

Marcus Miller est accueilli par des applaudissements nourris. Vêtu d’un sweat rayé façon bagnard, petit chapeau noir sur tête, il prélude sur sa basse avant que le jeune prodige Sean Jones que nous avons découvert l’an passé dans A Tribute to Miles ne fasse ses premiers éclats à la trompette.

Les deux premiers morceaux, Mr Clean et Detroit, tirent résolument dans une direction funk, ça envoie du lourd, et le jeune public est ravi. Le maître du slap, lui, semble s’amuser beaucoup. Il échange de nombreux clins d’œil complices avec son guitariste, l’excellent Adam Agati. Redemption et February sont des pièces plus mélodiques, surtout la seconde. Dr Jekyll et Mr Hyde, très contrasté comme il se doit, alterne passages mélodiques et tutti furieux avec un très long solo de guitare. La pièce rencontre un énorme succès. On entendra aussi Revelation, Slippin in the Darkness, Gorée et un magnifique Tu‑Tu.

Marcus Miller est non seulement un magicien de la basse et un clarinettiste basse de bonne tenue, c’est aussi un musicien très expressif dans ses gestes et mimiques. Il sait mettre en valeur ses partenaires, soit en leur confiant des solos, soit en les faisant entrer dans des joutes à deux avec lui. Une de ses joutes entre Marcus et Alex Han au saxophone soprano a véritablement atteint des sommets. Après un final qui nous ramène vers le funk, deux rappels Blast et Come Together portent l’ambiance déjà électrique à une véritable incandescence. Le concert s’achève dans un ouragan de décibels et d’applaudissements. 

Jean-François Picaut


Jazz in Marciac 2012, trente-cinquième édition

Du 27 juillet au 15 août 2012 à Marciac (Gers)

Réservations : 0892 690 277 (0,34 € / min)

Site : www.jazzinmarciac.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher