Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 17:09

 En direct de Jazz in Marciac 2012, notre envoyé spécial

 

Un artiste consacré
et un jeune plein de promesses


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Piano, batterie, guitare et trompette, ce soir Marciac est très éclectique, et il faut faire des choix. Et en toute fin de soirée, une belle surprise.

ibrahim-maalouf-marciac-615 jf-picaut

Ibrahim Maalouf | © Jean-François Picaut

Vendredi 3 août 2012

Bojan Z. : artiste jazz de l’année

Ce soir, nous découvrons la nouvelle salle permanente de Marciac, L’Astrada. Cette superbe salle très confortable, à l’acoustique excellente, côté scène et côté spectateurs, accueille Bojan Z. consacré la semaine passée par une Victoire du jazz comme Révélation jazz de l’année.

Seul à ses claviers, il présente son dernier album Soul Shelter (Universal, 2012). Cet abri de l’âme, qui mêle le plus intime et des échos d’armée en campagne, résonne évidemment de façon particulière quand il s’agit de Bojan Zulfikarpasic, dit Bojan Z., émigré de l’ex‑Yougoslavie. Il démarre par Full Half Moon, une pièce lancée par une boucle électronique qui se poursuit par un jeu percussif avec la caisse et les cordes du piano. Peu à peu, une mélodie naît et se développe, s’enfle jusqu’au fortissimo, passe brièvement au pianissimo, revient au forte avant de revenir aux jeux délicats du début. Tout Bojan Z. ou presque se trouve déjà dans ce premier morceau, bien mis en valeur par des jeux de lumière en clair‑obscur.

Sweet Shelter of Mine joue davantage sur les rythmes et les harmonies, la mélodie y est plus souterraine avec des jaillissements soudains. Bohemska est placée sous le signe de la virtuosité avec des passages qui évoquent le tympanum. Hometown, hommage à sa ville natale de Belgrade, exécutée à deux claviers, est plus proche des musiques actuelles par le rythme et les sons voisins de la guitare tirés du clavier électrique. Dad’s Favorite, composé à partir d’une romance hongroise qu’aimait à jouer son père, a parfois l’allure d’une méditation. Le programme se poursuit ainsi, construisant peu à peu un portrait de Bojan Z., artiste aux influences jazz, balkaniques et classiques, virtuose et mélodiste hors pair, toujours à l’affût de l’actualité pour enrichir une personnalité complexe et attachante. Le concert se termine, en bis, par Sabayle Blues que Bojan Z. qualifie avec humour de « blues du gagnant », en référence aux Victoires du jazz qui ont vu son triomphe ! Un début de soirée qui a vraiment ravi les spectateurs.

noe-marciac-615-jf-picaut

Noé | © Jean-François Picaut

Nous regagnons le chapiteau pour la dernière partie de la soirée. Nicolas Folmer et Daniel Humair en ont terminé. C’est Biréli Lagrène et son quartette qui occupent la scène, pour un concert proche de celui que nous avons entendu à Vienne même si Biréli a renoncé à sa casquette. L’ambiance est peut‑être moins au rock dur, mais virtuosité et swing tiennent toujours le haut du pavé. Franck Wolf aux saxophones (ténor et soprano) occupe souvent la place d’un coleader.

En troisième partie, nous retrouvons Ibrahim Maalouf, encore plus décontracté qu’à Vienne) si c’est possible (un peu cabotin même), mais toujours aussi virtuose. Le public, spécialement les plus jeunes, adore, à juste titre.

Cependant le véritable instant magique, comme il ne peut s’en produire que dans un tel festival, viendra d’un inconnu. Alors qu’en deuxième ou troisième rappel Ibrahim Maalouf s’apprête à conclure Djemal, une pièce composée par sa sœur Leila, un spectateur s’empare du thème avec son saxophone soprano et prend un chorus parfait. Il s’appelle Noé, apprendrons‑nous plus tard, et ne paraît pas avoir vingt ans. Sur scène, il y a un instant de flottement. Dans le public, c’est un grand moment d’émotion puis des applaudissements à tout rompre. Ibrahim Maalouf convie le jeune intrépide à le rejoindre sur scène pour les saluts. Le jeune homme, très pâle, semble prêt à défaillir. Le temps semble s’arrêter. 

Jean-François Picaut


Jazz in Marciac 2012, trente-cinquième édition

Du 27 juillet au 15 août 2012 à Marciac (Gers)

Réservations : 0892 690 277 (0,34 € / min)

Site : www.jazzinmarciac.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher