Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 17:58

Un jazz solide et sans esbroufe


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Après les soirées consacrées aux musiques cousines, Jazz à l’Ouest rejoint le cœur de la famille avec le quartette de Diego Imbert.

diego-imbert-615 jf-picaut

Diego Imbert Quartette | © Jean-François Picaut

Le contrebassiste Diego Imbert est un sideman très apprécié. Il a accompagné de grands noms de la scène française et internationale. On le retrouve notamment auprès de Biréli Lagrène, depuis 1998, et de Sylvain Beuf, depuis 2000. Le désir tout naturel d’avoir sa formation s’est concrétisé en 2007. Il appelle alors Alex Tassel au bugle, David el-Malek au sax ténor et Franck Agulhon à la batterie, des artistes qui ont un profil assez semblable au sien. Après deux disques comportant uniquement des compositions écrites spécifiquement par Diego, À l’ombre du saule pleureur (Such Prod / Harmonia mundi, 2009) et Next Move (Such Prod / Harmonia mundi, 2011), ce quartette en prépare un troisième au cours d’une résidence à Vannes (Morbihan). C’est donc en voisins qu’ils sont à Rennes.

Ce soir, Diego Imbert avait choisi un programme issu essentiellement de Next Move : la ballade éponyme, Fifth Avenue, Shinjuku (le titre en hommage à la ville de Tokyo) et la Suite, parties 1, 2, 4, entre autres. Next Move est donc une ballade lente : ce soir, le titre est introduit par une belle et longue exposition de la contrebasse, et on y admire également un délicat duo des cuivres. Fifth Avenue brille par une subtile joute entre Agulhon et Imbert et une surprenante improvisation d’El‑Malek. Shinjuku, interprété ici sur un tempo rapide, se distingue par une longue prise de parole d’El‑Malek où il alterne brillamment graves et aigus, tandis que la contrebasse démontre sa vélocité et son sens de la mélodie.

Les trois parties de la Suite interprétées ce soir, malgré leur parenté, présentent des atmosphères différentes. Les cuivres ont plusieurs fois l’occasion de charmer les auditeurs, ensemble ou séparément. Agulhon y trouve l’espace favorable à des passages délicats et subtils en n’utilisant que la caisse claire et les cymbales, ainsi que l’opportunité de se livrer à d’innombrables variations de rythme et d’intensité, signe de sa grande maîtrise. Le final, très rapide, est emmené par une contrebasse endiablée. Et pour terminer le concert, le quartette de Diego Imbert offre au public un avant-goût de son prochain album avec une courte pièce, encore sans titre, qui se distingue par des couleurs vives et une allure très allègre.

Le concert de ce soir a confirmé la grande complicité, forgée en studio et sur scène, qui unit ces quatre musiciens. Elle a permis aux habitués de retrouver et aux nouveaux venus de découvrir la musique élégante, raffinée même, produite sans tapage par ces artistes qui incarnent ce que le mot d’artisan contient de plus noble : le talent et le savoir-faire, dans la modestie. 

Jean-François Picaut


Diego Imbert Quartette en concert

Jazz à l’Ouest 2013 à Rennes (Ille-et-Vilaine)

24e édition

Du 5 au 16 novembre 2013

M.J.C. Bréquigny • 15, avenue Georges-Graff • 35200 Rennes

Tél. 02 99 86 95 95

Site : http://www.jazzalouest.com

Courriel : communication@mjcbrequigny.com

Billetterie :

– F.N.A.C.

– www.bretagne35.com

– M.J.C. Bréquigny et salles partenaires

Lundi 11 novembre 2013 à 18 heures

Durée : 1 h 30

15 € | 12 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher