Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 20:01

Un festival d’ouverture


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Pour la première fois depuis sa création, Jazz à L’Étage étend sa programmation au week-end. Pour fêter cet évènement, les organisateurs ont programmé deux jeunes femmes qui tutoient les sommets dans des genres différents.

sandra-nkake-615 jf-picaut

Sandra Nkaké | © Jean-François Picaut

Samedi 3 mars 2011

Sandra Nkaké, la nouvelle égérie des musiques actuelles

Au carrefour du jazz, de la pop-rock, du hip-hop et de la soul, Sandra Nkaké, la comédienne, chanteuse franco-camerounaise, qui voulait être professeur d’anglais, est une sorte d’ovni dans le paysage audiovisuel. Pour Jazz à L’Étage, on lui avait commandé, il y a plus d’un an, un spectacle électro-jazz. C’est ce spectacle, Sandra Nkaké & Ji Drû Project, qu’elle a créé aujourd’hui à L’Ubu, la salle mythique du rock à Rennes.

On a peine à reconnaître, dans la chanteuse énergique qui occupe la scène, la jeune femme posée, gracieuse et prévenante avec qui on s’entretenait une heure plus tôt. Le spectacle se présente comme un voyage au cours duquel nous rencontrerons une galerie de personnages étranges. La musique mélange de l’électro-jazz, du type fusion avancée, qui n’est pas sans rappeler certaines bandes-son de films et des extraits de son prochain album, Nothing for Granted, à paraître le 20 mars chez Jazz Village. N’étaient les basses binaires envahissantes, voire carrément assourdissantes, qui rabotent de nombreux passages vocaux ou instrumentaux (surtout à la flûte traversière), ce spectacle serait proprement envoûtant.

C’est peu dire que Sandra Nkaké dégage une énergie communicative, elle est l’énergie incarnée. On l’a souvent qualifiée de performeuse : l’expression est faible. C’est tout son corps que la musique habite et c’est de tout son corps qu’elle l’exprime avec un visage et des mains particulièrement expressifs. L’ondulation des hanches, les sauts, le pied de micro que l’on torture, le poing qui se jette en avant, les cris et même cette position jambes écartées avec la jambe droite qui tremble, elle connaît toute la gestuelle mythique du rock et la déploie avec aisance. C’est dire si la salle est aux anges. L’exemple type de cet engagement scénique est sans doute Like A Buffalo, un titre très rock qui figurera dans l’album à sortir dans quelques jours. Mankind, autre titre de ce futur album qui est ici tiré vers le rock, illustre une autre forme d’engagement de Sandra Nkaké : l’engagement citoyen. Celle qui y appelle au soulèvement au nom de la liberté, contre l’oppression, et qui martèle « Only the people get control », termine cette chanson le poing levé, à la manière d’Angela Davis…

Il faut évidemment parler de la voix de Sandra Nkaké, une voix difficile à définir. C’est une voix qu’on situerait dans les médiums, plutôt grave. On ne sait s’il faut parler à son propos de léger voile ou d’un grain spécial, mais elle a quelque chose de mystérieux. Il faut ajouter, à une égale aisance dans les mélodies lentes et la profération presque violente, une capacité surprenante à vocaliser dans les aigus, sans perdre de puissance. La chanteuse, qui module parfois sa voix en utilisant les percussions corporelles, se sert aussi d’une loop machine. Elle est entourée par Jérôme Drû alias Ji Drû, un remarquable flûtiste, dont la régie son masque en partie le travail, qui chante et utilise aussi une boîte à rythmes. Le guitariste (plus sitar et voix) Matthieu Ouaki complète un trio très complice.

Si le Sandra Naké & Ji Drû Project se donne près de chez vous, de préférence dans une salle confortable, ne le laissez pas passer : on vous garantit une soirée qui décoiffe.

geraldine-laurent-615 jf-picaut

Géraldine Laurent | © Jean-François Picaut

Dimanche 4 mars 2012

Géraldine Laurent Quartette : de la musique avant toute chose

La transition peut paraître brutale entre Sandra Nkaké et Géraldine Laurent. Ce n’est pas sur la saxophoniste qu’il faut compter pour « faire le show », toute concentrée qu’elle est sur la musique, pour notre plus grand bonheur. Même son sourire, pourtant si lumineux, elle ne le livre parcimonieusement que dans les moments de pause entre deux morceaux. Elle retrouvait aujourd’hui ses deux compères, Yoni Zelnik (contrebasse) et Franck Agulhon (batterie), pour un programme tiré de leur album Around Gigi. Dans cet album d’hommage à George General (« Gigi ») Gryce Jr, le piano était tenu par Pierre de Bethmann. Il a, pour ce concert, été confié à Paul Lay, le jeune pianiste toulousain qui monte et dont Martial Solal assure qu’il « a tous les atouts pour monter et durer ». C’est dire si le choix est judicieux.

On savoure donc sans réserve ces retrouvailles avec Black and Tan Fantasy (Duke Ellington/Bubber Miley) puis avec Did You Remember You (Géraldine Laurent), cette délicate ballade où le saxophone descend jusqu’au murmure. Puis ce sera Brilliant Corners (Monk), une pièce qui ne figure pas sur l’album, mais permet à Paul Lay de montrer ce qu’il sait faire : un petit frisson parcourt l’assistance. Mau-Mau (Art Farmer) débute mezzo voce puis se fraie un chemin au milieu des rythmes obstinés et sourds de la contrebasse et de la batterie. Cordova Is Dancing (Géraldine Laurent) débute par un solo plein de grâce et de légèreté, puis nous fait redécouvrir le travail tout en délicatesse d’Agulhon avec ses balais. Et ainsi de suite pendant une heure et vingt minutes. Le public ne s’en lasse pas et réclame toujours un nouveau rappel. Mais toute chose a une fin, même les meilleurs concerts. Il faut donc, à regret, se séparer.

Lundi, comme dans beaucoup de festivals, ce sera la pause. Le temps de reprendre des forces pour mieux replonger au cœur de la musique jusqu’au vendredi, et même jusqu’au dimanche inclus, pour ceux qui auront la chance d’enchaîner avec Couleurs jazz à Saint-Malo. 

Jean-François Picaut


Jazz à L’Étage 3e édition, 2012

Du 2 au 9 mars 2011

À Rennes et dans diverses villes de Rennes-Métropole

Association Jazz35

http://www.jazz35.com

Festival Jazz à L’Étage

http://www.jazz35.com/index.php/jazz-a-letage-le-festival/la-programmation-par-jour-en-un-clin-doeil

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher