Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 17:55

Broadway in Bécherel : retour gagnant


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Le Théâtre de Bécherel (35) a refusé du monde pour « J’ai oublié la suite… », le nouveau spectacle de la Cie Art’Comedia. On plaint sincèrement les spectateurs qui n’ont pu assister à cette comédie musicale bien enlevée.

J’ai oublié la suite…, c’est l’histoire en chansons d’un couple qui a déjà vécu, de ses souvenirs émoussés par les années, de ses fantasmes remâchés mais inaboutis, de ses dérives. Les films, les chansons, qui ont marqué une rencontre, ici d’un jeune Français qui prépare une thèse à Broadway (Bertrand Larmet) et d’une compatriote qui fait du tourisme (Véronique Marquez), racontent-ils la vraie vie ? Et si la réalité s’en éloigne, faut-il renoncer aux rêves qu’ils ont fait naître ou s’accommoder du décalage ? Tels sont les thèmes principaux que développe le spectacle. On pourrait rédiger une thèse, bien indigeste, sur ce sujet, mais les chansons choisies par les deux interprètes et la mise en scène d’Olivier Prou en font un cocktail tonique et léger, où l’humour ne perd jamais ses droits.

J’ai oublié la suite… se déroule en tableaux. Le premier nous présente un couple dans un espace à tendance design mais froid. Son ennui, ses vaines tentatives de séduction, ses pannes de désir, ses jeux sadomasochistes, dont on ne sait s’ils sont réels ou fantasmés, nous sont présentés à travers des chansons adaptées en français, sans dialogues. J’ai faim (la Petite Boutique des horreurs  / H. Ashman / A. Menken) et Dentiste (la Petite Boutique des horreurs  / H. Ashman / A. Menken) sont certainement les deux morceaux de choix de cette partie. Il faut voir et entendre Véronique Martinez (en femme dominatrice) tenant Bertrand Larmet en laisse comme un chat ! Mais la même, dans son numéro de séduction, sur le couvercle du piano, n’est pas non plus à dédaigner. Quant à Bertrand Larmet en dentiste rocker, c’est un moment d’anthologie.

« J’ai oublié la suite… » | © Jean-François Picaut

Le deuxième tableau nous transporte à New York, pour un retour en arrière sur leur rencontre d’étudiants. Il est composé d’un montage rapide, enjoué et chaleureux d’extraits de comédies musicales mythiques, tous interprétés dans leur version originale, en anglais. Le spectateur retrouve avec plaisir des airs qu’il a connus et qui, pour certains, trottent dans toutes les têtes. Le talent musical de Bertrand Larmet se déploie sur son piano et sur d’autres instruments moins conventionnels (ne dévoilons pas tout). Tous ces airs sont admirablement servis par la belle et chaude voix de Véronique Martinez et son sens du rythme. Son art de comédienne fait le reste, et le charme de ces airs anciens agit toujours.

Le troisième tableau propose un mélange de dialogues et de chansons, en français et en anglais. Chaque membre du couple a manifestement décidé de faire des efforts. On veut croire que la vieille flamme peut à nouveau réchauffer et briller. On rit beaucoup. Ne serait-ce pas pour éviter de regarder l’avenir ? En attendant, le spectateur, lui, apprécie Mister Cellophane (Chicago  / F. Ebb / J. Kander), où le musicien Bertrand Larmet montre qu’il sait aussi chanter et jouer la comédie ; J’m’en souviens très bien (Gigi / A. J. Lerner / F. Loewe), un duo cocasse et gentiment cruel ; You Could Drive a Person Crazy (Company / S. Sondheim), dans une mise en scène efficace et drôle ; et, bien sûr, le classique One Hand, One Heart (West Side Story / S. Sondheim / L. Bernstein). Ce tableau est aussi l’occasion pour nos compères de montrer qu’ils ont bien profité des leçons de Maud Torterat en ajoutant à leur répertoire un beau numéro de claquettes.

Après deux rappels, les spectateurs avaient beaucoup de mal à quitter ce monde de rythme, de rires, de chansons et d’émotions, que Bertrand Larmet et Véronique Martinez excellent à créer dans chacun de leurs spectacles. 

Jean-François Picaut


J’ai oublié la suite…, montage de textes et de chansons par la Cie Art’Comedia

Metteur en scène : Olivier Prou

Avec : Véronique Martinez (comédienne et chanteuse) et Bertrand Larmet (pianiste et chanteur)

Lumière : Florian Staub

Son : Thomas Bloyet

Vidéaste et graphiste : Fred Murie

Chorégraphie : Maud Torterat

Théâtre de Bécherel • 7, chemin de la Roncette • 35190 Bécherel

Les 6 et 7 novembre 2009 à 20 h 30

Réservations : 02 99 66 71 48

www.theatredebecherel.fr

Durée : 1 h 15

8 € | 6 €

Prochaines dates

– Dimanche 4 avril 2010 à la cité du Livre à Bécherel (35)

– 1er semestre 2010 au centre culturel La Chambre au loup à Iffendic (35)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher