Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 11:18

Marionnettes existentielles


Par Élise Ternat

Les Trois Coups.com


Au rang des nouveautés de cette édition des Nuits de Fourvière figure la marionnette qui fait une première entrée remarquée avec au programme quatre spectacles (dont une surprise) et une exposition menés en partenariat avec le T.N.G. et le musée Gadagne. Retour sur « Ignorance » et « The Famous Puppet Death Scenes », deux pièces de la compagnie canadienne Old Trout Puppet Workshop.

famous-puppet-death-scenes-300 jason-stange À quoi tient le fait d’être heureux ? Et surtout pourquoi avons-nous perdu cette petite lueur de félicité initialement présente en nous ? Avec Ignorance, la compagnie canadienne a eu la brillante idée de s’atteler sous forme documentaire à l’épineuse question du bonheur. Durant un peu plus d’une heure The Old Trout Puppet Workshop propose une enquête historique sur le sujet qui va fouiller jusqu’aux tréfonds de la préhistoire.

C’est une étonnante structure figurant une grotte dont un des pans se transforme selon les besoins en surface de projection qui occupe le centre de la scène. Au centre, brûle un feu, celui des hommes de la période néolithique. Dès lors, c’est un va-et-vient permanent qui s’opère entre préhistoire et époque contemporaine. Tout au long de la pièce, une voix off s’adresse au public, énonçant divers questionnements relatifs au bonheur, qui sillonnent toute l’histoire de l’humanité.

Si, dès les premiers moments, l’humour et la magie des Old Trout Puppet Workshop semble opérer, ils se diluent hélas rapidement dans les longueurs du rythme insufflé à la pièce, perdant au passage la force du propos. De fait, la tonalité teintée d’humour noir associée à la beauté des marionnettes (étonnantes créatures rondes et mélancoliques, chargées de tristesse et de douceur) laisse rapidement la place à un ton plus caustique. L’ensemble, qui verse finalement davantage du côté du néolithique en mode « diable de Tasmanie » lasse un peu. Au point que ces marionnettes gentiment monstrueuses semblent s’agiter en permanence au détriment du sens et de la manipulation.

En effet, la question du bonheur, fil conducteur de la pièce, semble patiner dans les aventures de ces créatures préhistoriques. Quel dommage ! Là où cette question nous transcende, Ignorance en fait hélas trop vite une succession de raccourcis quelque peu réducteurs.

Après le bonheur vient la mort

Pour sa seconde semaine au T.N.G., The Old Puppet Workshop a choisi de détourner le thème au combien sérieux de la mort pour l’appliquer à ses marionnettes à travers une série de saynètes à visée cathartique. Car, comme aime à nous le rappeler l’hôte du spectacle, étonnante et fantomatique créature à la chevelure hirsute, si les marionnettes souffrent ainsi, c’est par amour du spectateur. En échange de quoi, nous pouvons nous identifier à elles et rire du drame de nos existences.

Avec pour écrin un élégant castelet aux formes épurées rappelant l’Art nouveau se succèdent plus d’une vingtaine de scènes orchestrant une multitude de morts possibles pour quantité de marionnettes. Ici, c’est la succession, voire la surenchère, de séquences qui créent le rythme. Plus ou moins drôles, souvent incongrues, parfois absurdes, ces courtes histoires se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. On décèle la tonalité très anglo-saxonne de la compagnie, dans la qualité de son humour rappelant parfois les Monty Python.

Sur le haut du castelet figure un écran où chaque titre de scène apparaît, se référant parfois explicitement à des sources ou à des personnages connus. Des procédés d’imbrication, de mise en abyme, de comique de répétition se succèdent et s’associent à toute une palette de techniques marionnettiques impressionnantes. À l’instar d’Ignorance, l’univers plastique est là encore riche et esthétiquement remarquable.

Ainsi, à défaut de tout nous apprendre du bonheur et de nous réconcilier avec la mort, la compagnie The Old Trout Puppet Workshop nous aura permis de découvrir un univers étonnant, parfois grinçant, pas toujours au comble de la finesse mais fort attachant. 

Élise Ternat


Ignorance, par Old Trout Puppet Workshop

Texte et mise en scène : Old Trout Puppet Workshop

Texte français : Robert Paquin

Distribution : Viktor Lukawski, Nicolas Di Gaetano, Trevor Leigh

Concepteurs : Peter Balkill, Erin Baskerville, Beyond Foam Insulation, Sitji Chou, Jonathan Davis, Juanita Dawn, Nicolas Di Gaetano, Paul Dutton, Jen Gareau, Pityu Kenderes, Techart Custom Creations, Trevor Leigh, Tyler Lemermeyer, Donna Mark, Deneen McArthur, Cimmeron Meyer, Jamie Nesbitt, Judd Palmer, Laurana Rayne, Kyla Read, Shawna Reiter, Jessi Schroeyers‑Frederick

Lumières et direction technique : Cimmeron Meyer

Régisseur : Paul Bezaire

Théâtre Nouvelle Génération • 23, rue de Bourgogne • 69257 Lyon cedex 09

http://www.tng-lyon.fr/

Réservations : 04 72 53 15 15

Mardi 17 au vendredi 20 juin 2014 à 20 heures

Durée : 1 h 10

18 € | 13 €

Famous Puppet Death Scenes, par Old Trout Puppet Workshop

Mise en scène : Tim Sutherland

Texte français : Robert Paquin

Distribution : Peter Balkill, Paul Bezaire, Pityu Kenderes, Judd Palmer

Costumes : Jen Garaud, Sarah Malik

Lumière et direction technique : Cimmeron Meyer

Son : Mike Rinaldi

Régisseur : Paul Bezaire

Crée et conçu par Old Trout Puppet Workshop et leurs amis, Peter Balkill, Don Brinsmead, Mitchell Craib, Pityu Kenderes, Bobby Hall, Judd Palmer, Stephen Pearce et Tim Sutherland

Photo : © Jason Stange

Théâtre Nouvelle Génération • 23, rue de Bourgogne • 69257 Lyon cedex 09

Site du théâtre : http://www.tng-lyon.fr/

Réservations : 04 72 53 15 15

Lundi 23 au jeudi 26 juin 2014 à 20 heures

Durée : 1 h 10

18 € | 13 €

Parcours marionnettes trois spectacles : 39 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher