Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 18:23

Jeanne de Nantes, la Magnifique


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


C’est au piano qu’on l’avait découverte, c’est au piano qu’elle nous revient à Mythos 2014. Jeanne Cherhal convie son public à découvrir son nouvel album. Épatant !

jeanne-cherhal-2014-615 jf-picaut

Jeanne Cherhal | © Jean-François Picaut

On la savait attachée à son piano depuis 2012 et sa reprise d’Amoureuse, l’album de Véronique Sanson. Voici justement son dernier album à elle, Histoire de J. (Barclay / Universal music France, 2014), composé entièrement au piano et répété avec ses trois musiciens : Sébastien Hoog (guitare), Éric Pifeteau (batterie) et Laurent Saligault (basse). C’est avec ce trio de choc que nous retrouvons Jeanne la Magnifique sur scène.

Elle entre, toute de blanc vêtue, en pantalon, sa fine silhouette juchée sur des talons hauts, et s’installe au piano. C’est parti pour plus d’une heure trente de chansons toniques, tendres, amères, ironiques… Un cocktail acidulé, revigorant.

Jeanne Cherhal, c’est un ludion, toujours en mouvement. Même au piano, elle se tortille, agite une jambe, tend l’autre, s’écartèle et puis se pose, pour un instant d’émotion ou de poésie, avant de partir d’un grand rire clair.

Énergique manifeste antiviol

Il faudrait faire un sort à chaque titre, et ce serait fastidieux quand Jeanne Cherhal donne l’exemple de la sobriété efficace. Je me contenterai donc de ceux qui m’ont le plus touché. Et d’abord, un revenant Cinq ou six années, tiré de Charade (2010). Cette chronique douce-amère des difficiles années d’adolescence n’a pas pris une ride. Dans un tout autre genre, Quand c’est non c’est non, interprété sur l’album avec les Françoises (Emily Loizeau, Olivia Ruiz, Camille, Rosemary de Moriarty et La Grande Sophie), est un énergique manifeste antiviol. Il commence plaisamment comme un conte et finit en apocalypse dans un déluge de décibels.

On passe sans transition, comme l’on dit, à un texte autocritique, plein d’humour, avec un vrai sens de la rupture, qui est, en creux, un hommage à l’homme aimé : l’Oreille coupée. Jeanne passe alors à Cheval de feu qu’elle interprète debout au milieu de la scène face à un micro qu’on lui apporte tout exprès. C’est un superbe texte érotique dont je ne résiste pas à citer quelques vers : « Viens fouiller le buisson joli / Viens lustrer les galets polis / Viens goûter la figue à la crème / Que je te gardais pour Carême… ».

Restée seule au piano, Jeanne Cherhal nous offre un peu plus tard, comme elle le dit, « un espace d’intimité, un instant cabaret, façon Bobino ». Ça commence dans l’humour avec Que c’est bon d’être demoiselle, pastiche d’une chanson coquine de Colette Renard, au temps de l’informatique. On continue avec le délicat Tissu (l’Eau, 2006). Et c’est l’émouvant Comme je t’attends, une déclaration d’amour à celui qui viendra, mais dont on ne connaît pas encore le nom.

Au retour des musiciens, Jeanne s’éclipse pour revenir, superbe, dans une robe fourreau argentée à paillettes. Et ce sera l’énergique Qui me vengera (Charade, 2010) où la couleur rock s’étale à son aise. On regrettera que la batterie (sa grosse caisse surtout) soit restée indiscrète sur le sensible Finistère.

En bis, après Je suis liquide (2006), Jeanne Cherhal nous offre le très beau Femme debout. Elle n’est pas le personnage de cette chanson sensible, mais « femme debout » va bien à cette femme, à cette artiste, attachante, drôle, émouvante, tour à tour timide et provocante, qu’on sent parfois fragile. De la fragilité du roseau qui ne rompt pas, c’est ce qu’elle m’a donné à penser ce soir. 

Jean-François Picaut


Histoire de J., de Jeanne Cherhal

Avec : Jeanne Cherhal (piano, chant), Sébastien Hoog (guitare), Éric Pifeteau (batterie) et Laurent Saligault (basse)

L’Aire libre • 2, place Jules-Vallès • 35136 Saint-Jacques-de-la-Lande

Jeudi 17 avril 2014

Durée : 1 h 30

Réservations : 02 99 31 12 31

20 € | 15 €

Mythos 2014, festival des arts de la parole, du 15 au 21 avril 2014, Rennes Métropole, Ille-et-Vilaine

Tél. : 02 99 79 00 05

www.festival-mythos.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher