Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 17:51

Variation ludique
autour de « la Pluie d’été »


Par Léna Martinelli

Les Trois Coups.com


Le Théâtre de Sartrouville et des Yvelines présente « Histoire d’Ernesto » dans le cadre du cycle Duras. Sylvain Maurice y propose une libre adaptation de « la Pluie d’été » avec de jeunes interprètes issus de l’École nationale supérieure des arts de la marionnette de Charleville-Mézières. Un spectacle qui apporte un nouvel éclairage à l’œuvre d’une « grande » de la littérature française.

histoire-dernesto-615 esnam-c-loiseau

« Histoire d’Ernesto » | © E.N.S.A.M / C. Loiseau

Ernesto ne sait ni lire ni écrire, car il refuse d’aller à l’école : « À l’école, on m’apprend des choses que je sais pas », se justifie-t-il. Monsieur l’Instituteur est tout déboussolé parce que le garçon n’en démord pas. En fait, Ernesto comprend sans apprendre la physique, les mathématiques, la philosophie grâce à un grand livre brûlé qu’il a découvert, un livre qui raconte l’ancienne histoire d’un vieux roi. Voilà les clés de son émancipation !

Cette fable sur la construction de soi-même, Marguerite Duras la publie en 1990, faisant même d’Ernesto son personnage fétiche. Pas étonnant que Sylvain Maurice qui goûte tant le moment si particulier de l’adolescence s’y soit intéressé. Ici, il ne s’agit pas tant de remettre en cause le savoir académique – surtout si l’on se souvient que l’auteur avait ses deux parents instituteurs – que de défendre l’idée que, finalement, la « vraie connaissance » se bâtit à travers l’expérience : en l’occurrence, pour Ernesto, l’amour de ses parents, le désir partagé avec sa sœur Jeanne, le deuil de l’enfance. Le texte pose également en creux la question de l’instruction chez les gens modestes. Nous sommes au cœur d’une famille d’immigrés de la banlieue parisienne où l’on parle peu, où l’on boit trop, où l’on s’aime mal.

Nouvel éclairage à l’œuvre de Marguerite Duras

Le metteur en scène, sensible à l’humanité profonde qui se dégage du texte, a conçu son spectacle comme une variation autour de la Pluie d’été qu’il monte d’ailleurs en parallèle, dans un cycle Duras, dont le centenaire de la naissance donne lieu à une commémoration en 2014. Les deux propositions, qui s’appuient sur le même texte, peuvent se voir ensemble, ou séparément. Manière ludique de faire entrer en résonance les différents aspects d’une œuvre. Entre 1970 et 1990, Marguerite Duras représente effectivement le personnage d’Ernesto dans trois œuvres qui opèrent comme des « poupées russes » : le conte Ah ! Ernesto, le film les Enfants, le roman la Pluie d’été. À sa façon, Sylvain Maurice poursuit cette démarche originale.

Il a alors réuni sept jeunes acteurs marionnettistes issus de l’École nationale supérieure des arts de la marionnette, car, dans cette version, les parents sont figurés par des kokoschkas (petites marionnettes sans tête) et l’instituteur par une grosse tête (marionnette portée). Traduction pour le moins concrète de l’imaginaire de l’auteur pour représenter les adultes au comportement très immature et le maître plein de son savoir ! Quant à Ernesto, il est interprété tour à tour par les comédiens-manipulateurs. Ce jeu d’échelle associé aux dialogues vifs et étrangement drôles révèle l’humour, la naïveté et l’aspect clownesque de l’œuvre. Mais ces clowns-là sont métaphysiques, car, à travers des mots simples, les personnages sont traversés par des questions vertigineuses : la vanité de l’existence, la folie parentale, la puissance du désir. Autant de concepts et de certitudes que la composition théâtrale et marionnettique met ici en pièces avec légèreté et doigté. 

Léna Martinelli


Histoire d’Ernesto, librement adapté de la Pluie d’été de Marguerite Duras

Mise en scène : Sylvain Maurice, assisté de Nicolas Laurent

Avec : Jorge Aguledo, Hélène Barreau, Marion Belot, Anaïs Chapuis, Alice Chéné, Lucie Hanoy, Chloé Sanchez

Fabrication marionnettes : Pascale Blaison, Perrine Cierco, Cécile Doutey

Lumière : Daniel Linard

Régie générale : Louise Gibaud

Théâtre de Sartrouville et des Yvelines-C.D.N. • 8, place Jacques‑Brel • 78500 Sartrouville

Navette exceptionnelle pour le cycle Duras (réservation indispensable)

Du 10 au 19 décembre 2014, depuis la place de l’Étoile à Paris (2, avenue de la Grande-Armée) à 18 h 30, puis retour à l’issue de la représentation de la Pluie d’été

Réservations : 01 30 86 77 79

Site du théâtre : www.theatre-sartrouville.com

Courriel de réservation : resa@theatre-sartrouville.com

Avant-premières : du 9 au 11 octobre 2014, du jeudi au vendredi à 20 h 30, samedi à 18 heures

Dans le cadre du cycle Duras : du 10 au 19 décembre 2014, du mercredi au vendredi à 19 h 30 + la Pluie d’été à 21 heures, samedi à 18 heures + rencontre à 19 heures + la Pluie d’été à 21 heures, relâche dimanche

Durée : 50 minutes

26 € | 18 € | 9 €

Carte famille pour tous les spectacles (à partir d’un adulte et d’un enfant) : 25 € + 10 € par personne supplémentaire

Cycle Duras : 8 € pour le second spectacle

Autour du spectacle :

– Petite forme Ah ! Ernestino : pour introduire Histoire d’Ernesto et la Pluie d’été, Sylvain Maurice a imaginé des petites formes artistiques et ludiques avec les comédiens-marionnettistes de l’Institut international de la marionnette de Charleville-Mézières. De novembre à décembre, ces « spectacles portatifs » voyagent dans les classes, associations, M.J.C., structures culturelles, appartements…

– Répétitions publiques : le 1er octobre à 20 heures, répétition d’Histoire d’Ernesto et le 26 novembre à 20 heures, répétition de la Pluie d’été

– Rencontres avec l’équipe artistique après le spectacle : le 11 octobre 2014 (Histoire d’Ernesto), le 5 mars 2015 (la Pluie d’été)

– Rencontre autour de Duras en présence d’invités : le 13 décembre 2014 à 19 heures

– Un dossier pédagogique de la collection « Pièce démontée » est réalisé, avec le soutien du Centre régional de documentation pédagogique, sur les deux propositions > http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee

Tournée :

– Le 6 novembre 2014 : Théâtre de Charleville-Mézières

– Du 24 au 25 novembre 2014 : Théâtre des 4-Saisons – Gradignan

– Du 27 au 28 novembre 2014 : Le Canal – Théâtre intercommunal du Pays-de-Redon

– Du 14 au 17 janvier 2015 : Théâtre national de Toulouse - Midi-Pyrénées – C.D.N.

– Du 29 au 30 janvier 2015 : Théâtre du Pays-de-Morlaix

– Le 19 février 2015 : L’Hectare – scène conventionnée de Vendôme

– Du 11 au 12 mars 2015 : Théâtre de Bourg-en-Bresse – scène conventionnée

– Du 23 au 24 avril 2015 : T.J.P. – Strasbourg

– Du 3 au 5 juin 2015 : Comédie de Picardie – Amiens

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans Île-de-France | 2014-2015
commenter cet article

commentaires

Rechercher