Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 20:53

Pooh pooh pee doo ! Hommage à la blonde-star


Par Cédric Enjalbert

Les Trois Coups.com


Marilyn Monroe est née un premier juin. En hommage à la naissance de cette star qui fait encore briller ses yeux, Nadia Bruel a repris son spectacle « Bye bye Marilyn », au Théâtre Déjazet. Rebaptisé « Happy Birthday Marilyn » pour l’occasion, ce numéro de théâtre musical imparfait est sauvé par la générosité de ses interprètes.

Nadia Bruel souhaite rendre justice à Marilyn « icône de carte postale vendue sur tous les supports et totalement déshumanisée », mais en réalité « femme qui se bat, qui s’affirme et a des choses à dire ». Son spectacle n’y suffit pas. La Sugar Kane de Certains l’aiment chaud a été (relativement) engagée contre le maccarthysme et la ségrégation. Soit. Reste que l’on peine à saisir la profondeur de Monroe blonde-star née Norma Jean Baker.

Cachée sous une affreuse perruque de pin-up peroxydée, gainée dans une robe pailletée approximativement taillée, Nadia Bruel entretient malgré elle l’image de « la starlette frivole et stupide » qui poursuit son idole. Les saynètes évoquant les épisodes majeurs de sa vie reposent sur un choix de textes réellement prononcés par Marilyn. Ils n’éclairent en rien la sagacité de la star… Ces courts moments de théâtre un brin maladroits servent d’alibi aux chansons qu’ils introduisent. Interprétés par Nadia Bruel, pleine d’aisance, on goûte avec plaisir la candeur de ces classiques : When I Fall in Love, My Heart Belongs to Daddy, Do It Again, Bye Bye Baby

happy-birthday-marilyn

« Happy Birthday Marilyn »

Un pianiste (Laurent Epstein), un trompettiste (Laurent Mignard), un contrebassiste (Éric Jacot) et un batteur (Vintage Bob) accompagnent Nadia Bruel, au milieu des quelques éléments du décor : un paravent superflu, un escabeau en guise de piédestal à un téléphone, un fauteuil blanc au centre et une panoplie de micros. Ils viennent s’ajouter à celui, quasi invisible mais crispant, qui frotte la joue de la comédienne à chaque articulation. Cette sonorisation dérisoire exaspère avec son chuintement continuel.

La sonorisation, le décor, les costumes pourraient assurément être améliorés. D’autant que la générosité de Nadia Bruel et des musiciens de jazz du River Quartet donne au spectacle une forme d’allant et de charme, que les rythmes de Cole Porter et de Georges Gerschwin rehaussent. Quant à Marilyn et son image ? Qu’elle demeure cette icône de carte postale, si plaisante. On ne lui demande pas plus. Paah-deeedle-eedeedle-eedeedle-eedum, poo pooo peee dooh ! 

Cédric Enjalbert


Happy Birthday Marilyn

Compagnie Les 3 Rivières

http://byebyemarilyn.free.fr

Écrit et interprété par Nadia Bruel

Avec le River Quartet : Laurent Epstein, Éric Jacot, Laurent Mignard, Vintage Bob

Théâtre Déjazet • 41, boulevard du Temple • 75003 Paris

Réservations : 01 48 87 52 55

Le 31 mai 2010 à 20 h 30

Durée : 1 h 30

28 € | 22 € | 15 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher