Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 15:32

 En direct d’Avignon 

 

Le combat d’un marionnettiste chinois


Par Céline Doukhan

Les Trois Coups.com


Yeung Faï propose un spectacle très personnel dans lequel il met en scène sa propre histoire.

hand-stories-615 mario-del-curto

« Hand Stories » | © Mario Del Curto

L’art de Yeung Faï, c’est la marionnette. Un art, que dis-je, une passion, qu’il a dans le sang, dans les doigts et même sur le dos : bouffant de la vache enragée à New York, Faï se trimbale avec une pancarte « 5 generation pupeteer » (« marionnettiste depuis 5 générations »). C’est donc sa propre histoire et celle de son illustre famille que l’ultime rejeton de la dynastie choisit de raconter. Il mêle des épisodes de la vie de ses aïeux, des numéros de marionnettes traditionnels et le récit de son propre parcours. Mais vous vous mourez de curiosité : de quelles marionnettes parlons-nous ? De marionnettes à gaine, of course. Celles de la grande tradition chinoise, millénaire. C’est tout cela que Yeung Faï aborde dans son spectacle : comment être l’héritier d’une tradition si ancienne, portée si haut par sa famille ? Et cette autre question : comment comprendre et vivre avec les traumatismes passés ?

Car la vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour ces artistes. Les plus belles scènes du spectacle sont celles qui évoquent la répression qui s’abat sur le père de Faï. Revêtu d’une immense coiffe et d’un écriteau infâmants, cette pauvre figurine (une trentaine de centimètres sous la toise) est absolument poignante. Yeung Faï parvient ainsi à porter très haut le degré d’expression de ses marionnettes, qu’il crée lui-même. Il y en a en fait deux types : d’une part, celles qui racontent l’histoire des cinq générations, réalistes, sévères ; et les autres, qui ne représentent personne en particulier, et servent à divertir. Il faut voir ces petits personnages bondir, se défier, se taper dessus, employer mille ruses pour casser la gueule à leur adversaire, nettement mieux que dans n’importe quelle émission de catch de la T.N.T. Et tout cela, grâce à l’invraisemblable dextérité de Yeung Faï, qui vous sidérera à coup sûr par l’échauffement drastique qu’il inflige à ses doigts dans les premières minutes du spectacle.

Mais, plus que du grand spectacle, Hand Stories fait naître un univers visuel et sonore souvent magique. Symbole de la répression des années Mao, un affreux serpent envahit parfois l’espace, subtilement manipulé par Yoann Pencolé. Avec de beaux éclairages et une bonne pincée de fumée, c’est vraiment de toute beauté. À l’inverse, le programme est mensonger, qui annonce « théâtre sans paroles », car il faudra vous enquiller un long passage en anglais – simple, tout de même – dans lequel un ange se met à chanter du Queen. Passage un peu longuet, d’ailleurs. Mais allez découvrir ce spectacle atypique, et soutenez ainsi l’entreprise de Yeung Faï : faire perdurer son art. 

Céline Doukhan


Hand Stories, de Yeung Faï

Scénographie, marionnettes, conception : Yeung Faï

Jeu, manipulation : Yeung Faï, Yoann Pencolé

Musique : Colin Offord

Conception vidéo : Yilan Yeh

Assistanat : Yoann Pencolé

Lumière : Christophe Kehrli

Regard extérieur : Pauline Thimonnier

Conseiller artistique : Thierry Tordjmann

Théâtre du Chêne-Noir • 8 bis, rue Sainte-Catherine • 84000 Avignon

http://www.chenenoir.fr

contact@chenenoir.fr

Réservations : 04 90 82 40 57

Du 7 au 29 juillet 2011 à 11 h 30

Durée : 1 h 15

20 € | 14 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Vero 18/07/2011 07:34



Un spectacle repéré dans la programmation du festival international de marionnettes et théâtre visuel (festival TAM TAM) qui se déroule en octobre à la Réunion. Votre critique attise mon
impatience!



Rechercher