Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 23:32

Feydeau éprouvette


Par Laura Plas

Les Trois Coups.com


Dans un étrange laboratoire théâtral, la compagnie Hocemo Théâtre revisite « Feu la mère de Madame » pour parler du couple. De l’idée, de l’énergie et de bons comédiens, mais la pièce de Feydeau ne convainc pas, et l’expérience part dans tous les sens.

theatre2-reduit

Après avoir croqué les couples irréguliers dans ses grands vaudevilles, le Dindon, Un fil à la patte ou la Dame de chez Maxim, voici que Feydeau crée la surprise en 1908 en décrivant les affres d’un couple au bord de la rupture. Dans Feu la mère de Madame, le cadre spatial se rétrécit alors aux dimensions d’une chambre, la pièce à celles d’un acte. On rit mais jaune. Les contes de fées s’arrêtent bien à la porte du mariage… À bon entendeur, salut : qui cherche un vaudeville risque bien de tomber sur une farce ! On pense ainsi au Molière du Médecin malgré lui ou de la Jalousie du Barbouillé, par exemple.

Pas facile donc de s’emparer de ce texte qui, comme On purge Bébé ou Léonie est en avance, associe noirceur et trivialité. Pas facile non plus de mettre en scène une œuvre aussi courte. Or, la compagnie Hocemo s’y attaque avec du courage et des idées culottées. D’abord, elle intègre la farce dans une pièce-cadre. Deux scientifiques farfelus nous enferment en effet dans un obscur laboratoire (la salle d’un théâtre) pour faire des expériences au sujet de l’état amoureux. Brrr… La pièce de Feydeau est un des éléments de l’expérience, deux « spectateurs » en seront les cobayes.

Un tableau, des voiles de plastique et une cage métallique plantent le décor. Et comme l’expérience permet aux cobayes par un coup de baguette scientifique de connaître en un clin d’œil le texte de Feydeau, la même magie fait que l’on n’a pas besoin de voir une vraie chambre et un intérieur bourgeois. Même les célèbres portes qui claquent ont disparu. Belle idée qui repose sur les pouvoirs du théâtre.

Au sujet du théâtre, ce soir

D’ailleurs, on en viendrait presque à penser que ce Feu la mère de Madame est bien davantage une expérimentation théâtrale qu’une réflexion sur l’amour. Si on sort en se disant « Je ne sais même pas comment ça finit », on réfléchit. Si la machine semble à un moment s’emballer en conjuguant difficilement les trames des différentes fables, on pense cependant à toutes les pistes qui ont été explorées. Si le spectacle oscille entre adresse au public et enfermement derrière le quatrième mur, ce n’est peut-être pas un hasard. La compagnie ne manque sûrement pas d’idées ; au contraire, elle en dévoile peut-être trop. En tout cas, nos deux laborantins ont des airs de metteurs en scène. Les expériences menées sur Feydeau posent de vraies questions sur cet auteur épineux. L’invention de la C.U.B.E. (entendez Centrifugeuse universelle à bipolarité émotionnelle), dont les cobayes ne peuvent sortir sous peine de redevenir eux-mêmes, présente, quant à elle, une réflexion sur le quatrième mur et le paradoxe du comédien. En définitive, on a l’impression que la troupe a improvisé, mais n’a pas su sacrifier certaines bonnes idées à un projet d’ensemble.

Reste que le dialogue écrit par la compagnie est enlevé, qu’il est surtout porté par des comédiens qui campent des personnages attendrissants. Il y a la romantique volubile et le comptable coincé qui forment un couple très improbable. Ils sont interprétés par Claire Pouderoux et Damien Prévot, tous deux touchants et pleins de conviction. Il y a encore les deux professeurs Tournesol qui mènent l’expérience – Claire Quet aux inénarrables mimiques (très belle prestation) et Julien Large, tout en nuances. Le spectacle se clôt sur la diatribe de Géry Clappier à la fois déconcertant et touchant : en contre-pied de l’amertume de Feydeau.

C’est donc une drôle d’expérience que ce Feu la mère de Madame. À tenter si vous n’avez pas d’a priori. Pour la curiosité plus que pour Feydeau ou pour l’amour… À moins que ce ne soit un amour du théâtre. 

Laura Plas


Voir aussi « l’Hôtel du Libre-Échange », de Georges Feydeau (critique), Théâtre national de la Colline à Paris

Voir aussi « le Mariage de Barillon », de Georges Feydeau (critique), Théâtre Molière à Sète

Voir aussi « Du mariage au divorce », de Georges Feydeau (critique), Théâtre Marigny à Paris

Voir aussi « le Bourgeon », de Georges Feydeau (critique), Théâtre de l’Ouest-Parisien à Boulogne-Billancourt

Voir aussi « la Dame de chez Maxim », de Georges Feydeau (critique), Théâtre national de Bretagne à Rennes

Voir aussi « la Dame de chez Maxim », de Georges Feydeau (critique), Théâtre de l’Ouest-Parisien à Boulogne-Billancourt

Voir aussi « la Dame de chez Maxim », de Georges Feydeau (critique), Odéon-Théâtre de l’Europe à Paris

Voir aussi « Mais n’te promène donc pas toute nue », de Georges Feydeau (critique), Théâtre du Chêne-Noir à Avignon

Voir aussi « le Dindon », de Georges Feydeau (critique), Théâtre de la Tempête à Paris

Voir aussi « On purge (bébé) », de Georges Feydeau (critique), Le Funambule-Montmartre à Paris

Voir aussi « le Dindon », de Georges Feydeau (critique), Off d’Avignon 2012, collège de La Salle à Avignon

Voir aussi « le Système Ribadier », de Georges Feydeau (critique), Théâtre de l’Ouest-Parisien à Boulogne-Billancourt

Voir aussi « Tailleur pour dames », de Georges Feydeau (critique), Théâtre Clavel à Paris

Voir aussi « la Puce à l’oreille », de Georges Feydeau (critique), Théâtre Athénée - Louis-Jouvet à Paris

Voir aussi « On purge bébé », de Georges Feydeau (critique), Théâtre de la Croix-Rousse à Lyon

Voir aussi « les Fiancés de Loches », de Georges Feydeau (critique), Théâtre des Amandiers à Nanterre

Voir aussi « les Fiancés de Loches », de Georges Feydeau (critique), Théâtre national de Bretagne à Rennes


Feu la mère de Madame, d’après Georges Feydeau

Compagnie Hocemo Théâtre

Courriel : hocemotheatre@gmail.com

Mise en scène collective : compagnie Hocemo Théâtre

Avec : Géry Clappier, Julien Large, Claire Pouderoux, Damien Prévot, Lise Quet

Collaboration artistique : Florent Bresson

Création lumières : Julie Duquenoÿ

Scénographie, costumes : Alexandra Épée

Théâtre de Belleville • 94, rue du Faubourg-du-Temple • 75011 Paris

Métro : ligne 11, arrêt Goncourt ou Belleville

Réservations : 01 48 06 72 34

Site du théâtre : www.theatredebelleville.com

Courriel de réservation : reservations@theatredebelleville.com

Du mercredi 4 décembre 2013 au dimanche 2 février 2014, du mercredi au samedi à 21 h 30 et le dimanche à 17 heures (relâche les 8 décembre et 1er janvier)

Durée : 1 h 15

25 € | 15 € | 10 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher