Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 18:12

Deuxième édition de Jazz
à L’Étage : débuts prometteurs


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Après une première journée marquée par un ciné-concert au Théâtre national de Bretagne (Rennes), les choses sont entrées dans le vif du sujet avec « City jazz », une opération originale dont c’est la première édition. Puis, le festival s’est installé à L’Étage avec les quartettes de Janick Top (accueillant Éric Le Lann) et des frères Moutin.

eric-le-lann jf-picaut-615

Éric Le Lann | © Jean-François Picaut

Mardi 15 mars 2011

City Jazz : succès foudroyant

Le pari pouvait paraître risqué. Yann Martin et l’association Jazz35 avaient imaginé, sous cette appellation, une succession de sept concerts gratuits dans six lieux publics différents de Rennes-Métropole entre 17 heures et 23 heures. Au programme des rencontres à géométrie variable entre le trio de Rémi Panossian (Toulouse), deux artistes ayant marqué la première édition de Jazz à L’Étage (Pierrick Pédron au saxophone, Thomas Savy à la clarinette basse) et de grands musiciens de la scène jazz rennaise.

Le dispositif ne permettait pas de suivre tous les spectacles (ah, quelle frustration !), mais nous avons pu constater que près de 80 personnes avaient assisté à la prestation de Pierrick Pédron et Rémi Panossian à la médiathèque de Betton. Un public mélangé, avec beaucoup de jeunes et des enfants (à qui on n’a pas su parler, hélas !), a suivi avec beaucoup d’intérêt un concert fait de standards habilement dosés. Au café des Bricoles, puis au bar Lulu Berlue, on affichait complet et au-delà. Tout un public jeune y vibrait avec l’ensemble des musiciens. À renouveler, et (pourquoi pas ?) en plus grand, dès l’an prochain…

Mercredi 16 mars 2011

Éric Le Lann & Jannick Top quartette : ça chauffe et ça balance

Le leader du Jannick Top quartette est sans doute connu du grand public pour d’autres activités que celle de bassiste, qui nous intéresse ce soir. On lui doit en effet la musique de Navarro et les arrangements de Starmania, entre autres. Pour ce concert le Lann-Top, le Jannick Top quartette (Jannick Top à la basse électrique, Patrick Manouguian à la guitare, Laurent Robin à la batterie et Fabien Colella à l’ordinateur) a invité le grand trompettiste Éric Le Lann, compagnon de scène de Chet Baker, Herbie Hancock, Dexter Gordon, etc.

L’association d’un groupe de rock fusion et d’un jazzman plutôt classique a de quoi surprendre, mais l’osmose se fait parfaitement. La douceur de la trompette le lannienne adoucit la brutalité de l’univers rock et Jannick Top montre, notamment dans le dernier morceau, que basse électrique et mélodie harmonieuse ne s’excluent pas. Même dans les morceaux dominés par la rythmique implacable d’une batterie omniprésente, Le Lann sait placer de belles envolées lyriques ou lancer les aigus brillants dont il a le secret. Bref, cet alliage est des plus plaisants et nous donne un bel exemple de ce que peut être une fusion réussie.

francois-et-louis-moutin-615

François et Louis Moutin

Moutin Reunion quartette : les plaisirs de la gémellité

Après la pause, changement de décor pour accueillir le quartette des frères Moutin (François à la contrebasse et Louis à la batterie) pour un programme en partie tiré de Soul Dancers, leur dernier album. En l’absence de Pierre de Bethmann empêché par un accident, les claviers sont tenus ce soir par le jeune virtuose Thomas Ehnco (23 ans !). Au saxophone ténor, on retrouve l’inamovible Rick Margitsa, l’homme qui ne rit pas.

Même si le quartette a une existence réelle, les deux frères se taillent évidemment la part du lion. On ne s’en plaint d’ailleurs pas tant ces deux-là sont inspirés. C’est donc avec jubilation que le public répond à l’invitation de François : « Partager les plaisirs (les délices ?) de la gémellité ». Ces plaisirs, on en redemande tant la complicité musicale et fraternelle de François et Louis est grande et tant elle les pousse à se dépasser et à se surprendre sans cesse. C’est particulièrement net dans Blessed and Cursed, le morceau composé par François en hommage à Jaco Pastorius ou dans Monk’s Medley, le florilège qu’ils interprètent tous les deux en l’honneur du grand Thelonious.

On signalera aussi un solo de Louis, époustouflant par sa célérité et faisant entendre une telle polyphonie qu’on cherche instinctivement un deuxième percussionniste. Sans démériter le moins du monde, Margitsa et Ehnco, pourtant remarquables de virtuosité, paraissent un peu en retrait. Le public salue, debout, la fin de ce concert de près de deux heures qui nous a conduits sur des sommets.

La nuit sera courte, mais, alléchés par cette première soirée à L’Étage, nous serons évidemment là demain pour une soirée au moins aussi prometteuse, avec le sextette de Guillaume Saint-James, Prysm et Médéric Collignon / Jus de bocse. En attendant la dernière soirée qui nous offrira Tigran Hamasyan en solo et Avishai Cohen, le parrain du festival, en trio. À bon entendeur, salut. 

Jean-François Picaut


Jazz à L’Étage 2011

http://www.jazz35.com/index.php/jazz-a-letage/infos-pratiques/contacts

Du 14 au 18 mars 2011

À Rennes et dans diverses villes de Rennes-Métropole

Association Jazz35

http://www.jazz35.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher