Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 21:41

De l’autre côté du Mur


Par Fabrice Chêne

Les Trois Coups.com


Et si l’on avait jugé trop vite ? La compagnie Escale revient sur la chute du mur de Berlin et le destin de la R.D.A., dans un spectacle original qui renvoie dos à dos communisme et capitalisme.

est-ou-ouest-615 bernard-duret

« Est ou Ouest, procès d’intention » | © Bernard Duret

La compagnie Escale ressuscite l’agit-prop (agitation propagande), une forme de théâtre politique inventée dans la Russie soviétique de l’entre-deux-guerres. Le spectacle, créé en 2009, a jusqu’ici été surtout joué en théâtre de rue ou dans des lieux atypiques. Il s’inspire d’une histoire vraie : celle d’une jeune femme qui a fui la R.D.A. avant de décider de retourner y vivre. Dans cette création collective, on a presque envie de dire familiale, tout le monde est sur scène : l’auteur (Philippe Fenwick), le metteur en scène (Hugues Hollenstein) et l’héroïne (Grit Krausse). Cette joyeuse troupe, sous le nom de Wahrschein Kabarett, a imaginé un dispositif ludique et malin visant à impliquer le public dans une forme de théâtre participatif assez efficace.

1989, l’année qui sonne le glas de l’Allemagne de l’Est, est aussi l’année charnière dans l’histoire personnelle de Grit Krausse (alias Martina K. dans la pièce), au centre du projet. La tête pleine de rêves, cette jeune femme a en effet décidé de passer à l’Ouest peu avant la chute du mur de Berlin. Après un séjour difficile, elle choisit de retourner dans son pays, la R.D.A., où elle est accueillie après une sorte de parodie de jugement. Mais voilà que le mur s’écroule ! Dans la deuxième partie du spectacle, on retrouve la même Martina K., plusieurs années après, participant à une sorte de talk-show animé par un présentateur insupportable prenant le public à témoin de la triste destinée de la jeune femme, et l’invitant à communier dans la détestation du communisme et l’apologie du capitalisme.

La Stasi contre le chômage

C’est l’intérêt principal du spectacle : faire réfléchir à partir de la destinée paradoxale de Grit Krausse, et en finir avec le manichéisme qui veut reléguer la R.D.A. dans les poubelles de l’Histoire. La R.D.A., paradis ou enfer ? Après la réunification, la désindustrialisation a aggravé les inégalités, détruit les emplois. La Stasi troquée contre le chômage… Tous les moyens sont bons pour interpeller les spectateurs : le plateau, d’abord salle d’audience, devient soudain le théâtre même de l’Histoire, le public étant appelé à se mêler aux acteurs pour figurer la foule berlinoise en liesse après la chute du Mur.

La deuxième partie, parodie de show télévisé, est sans doute la plus réussie. Nous sommes désormais en 2012 : un chauffeur de salle dicte au public ses réactions : « Riez », « Applaudissez », « Huez ». Voilà sans doute une bonne façon de montrer comment la société du spectacle façonne les consciences par une propagande silencieuse et insidieuse (les médias aux mains des pouvoirs économiques, et pas seulement dans l’Italie de Berlusconi). La société de consommation a aussi sa police de la pensée, une censure qui ne dit pas son nom, celle du conformisme, du culte de l’Audimat et de la mode.

Un spectacle transdisciplinaire

Un peu simpliste peut-être, cette confrontation du communisme et du capitalisme ? On peut rester perplexe devant ce spectacle inclassable qui joue sans cesse sur le second degré, mais qui a le mérite de faire réfléchir. Ou simplement apprécier la performance des artistes, qui ont le sens du rythme et de la surprise, et de réels talents d’interprète, en particulier Hugues Hollenstein qui cache bien son jeu. L’aspect transdisciplinaire n’est pas le moins intéressant, puisque la pièce mêle plusieurs formes de spectacle vivant : théâtre, mais aussi musique, lumière, acrobatie. Grit Krausse fait en effet admirer ses talents d’acrobate, et elle est très bien secondée par Max Morallès au mât chinois. 

Fabrice Chêne


Est ou Ouest, procès d’intention, de Philippe Fenwick

Compagnie Escale • le Grand Bourreau • 37300 Joué-lès-Tours

escale.cie@gmail.com

http://www.escaletheatregestuel.net/

02 47 65 95 94

Création collective de et avec : Grit Krausse, Hugues Hollenstein, Philippe Fenwick, Max Morallès ou Valo Hollenstein

Adaptation et décors : Hugues Hollenstein et Grit Krausse

Son : Sébastien Rouiller

Lumières : Nicolas Mignet

Théâtre de l’Épée-de-Bois • la Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre • 75012 Paris

Métro : Château-de-Vincennes + navette gratuite

Réservations : 01 48 08 39 74

www.epeedebois.com

Du 5 au 23 décembre 2012, du mardi au samedi à 21 heures, le dimanche à 18 heures

Durée : 1 h 30

18 € | 14 € | 12 € | 7 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher