Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 14:33

« Entrez et fermez la porte »

de Marie Billetdoux


Annonce de parution

Les Trois Coups.com


« Entrez et fermez la porte » (théâtre), publié aux éditions Actes Sud-Papiers 2013 est la version théâtrale du roman du même nom.

entrez-et-fermez-la-porte-couv-615

« Entrez et fermez la porte »

C’est l’hiver.

Des filles attendent dans le couloir.

Elles sont venues pour un casting…

Elles ont 20 ans, quelques minutes à peine pour convaincre.

L’épreuve est physique et psychologique.

L’après-midi est courte, les filles jolies, l’enjeu difficile, le metteur en scène souvent odieux…

Quand descend le soir derrière les vitres, le créateur est encore avec une créature…

Le spectateur est ici une sorte de voyeur privilégié.

Par ce qui jaillit de la bouche des personnages, chaque instant est à vivre avec la même intensité, la même curiosité que nous éprouvions autrefois, lorsque « les autres » passaient au tableau.

Nous pouvions à loisir, de notre place, les dévisager, trembler pour eux, prier qu’ils réussissent cet « oral » ou les condamner à l’avance…

Le spectateur aura ce pouvoir, à l’égal du personnage du metteur en scène.

Marie (Raphaële) Billetdoux a travaillé quelques années pour le cinéma et la télévision. À 28 ans, elle écrit et réalise un long-métrage, la Femme-enfant, avec Klaus Kinski, Hélène Surgère et Michel Robin, qui sera sélectionné pour « Un certain regard » au Festival de Cannes 1980.

Mais elle est surtout romancière ; 14 romans dont Prends garde à la douceur des choses, pour lequel elle obtient, à 25 ans, le prix Interallié 1976. Neuf ans plus tard, le prix Renaudot 1985 lui est attribué pour Mes nuits sont plus belles que vos jours. Ce roman a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Andrzej Zulawski, avec Sophie Marceau et Jacques Dutronc. En 1997, elle publie Chère madame ma fille cadette, hommage à son père, le dramaturge François Billetdoux († 1991).

En 2006, après la mort de son compagnon, père de son fils, le journaliste politique Paul Guilbert, elle abandonne le prénom de Raphaële pour Marie, et publie Un peu de désir, sinon je meurs (grand prix de l’Héroïne Madame Figaro). C’est encore moi qui vous écris – sa correspondance de 1968 à 2008 – publiée audacieusement par Jean-Marc Roberts chez Stock (1481 pages) en 2010, fera dire à la critique qu’elle a « créé un genre nouveau ».

Entrez et fermez la porte est sa première mise en scène pour le théâtre.

Les Trois Coups


Actes Sud • 18, rue Séguier • 75006 Paris

Tél. 01 55 42 63 00

www.actes-sud.fr

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans Livres | Revues | D.V.D.
commenter cet article

commentaires

Rechercher