Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 09:44

Passage de relais


Par Aurore Krol

Les Trois Coups.com


En 2007, Marie-Hélène Falcon fondait le Festival TransAmériques, qu’elle a dirigé jusqu’à cette année, laissant désormais le soin à Martin Faucher d’en assurer la direction artistique. Ce passage de relai s’est officialisé le 19 juin dernier, l’occasion de faire le point sur un Festival dont la huitième édition vient de se clore.

falcon-faucher-615 sandrick-mathurin

Marie-Hélène Falcon et Martin Faucher | © Sandrick Mathurin

Les Trois Coups. — Quel est le contexte artistique général dans lequel s’est déroulée cette édition ? Le milieu artistique québécois semble être traversé par une crise économique, une crise des subventions…

Martin Faucher. — Il y a un malaise, un paradoxe, à être artiste créateur au Québec aujourd’hui. Nous sommes une société riche, mais nos élites n’ont jamais compris comment accompagner intelligemment les artistes, et ce malgré le foisonnement créatif qui existe depuis plusieurs décennies. En tant que structure d’importance, nous avons une responsabilité énorme, et il ne va pas falloir y répondre que d’un point de vue monétaire. Il va falloir apprendre à produire différemment, à être visionnaire dans l’accompagnement des compagnies, pour permettre de concrétiser nos désirs et envies en temps de crise.

Marie-Hélène Falcon. — Il y a eu de belles époques de subventions à Montréal, mais aujourd’hui les robinets sont fermés. Ce n’est pas normal que pour le moindre projet un metteur en scène ait besoin de fonder une compagnie, une entité légale qui demande une gestion administrative chronophage. Il y a des combats à mener, c’est une époque de lutte, une époque qui doit amener une transformation et de l’imagination par rapport aux formes.

Les Trois Coups. — Justement, ce modèle économique de restriction influence-t-il les œuvres dans leur format même ?

Martin Faucher. — Oui, l’économie oblige à une esthétique, ou en empêche certaines. Pour l’instant, la danse s’y accommode mieux que le théâtre, qui est tributaire d’anciennes économies et qui continue peut-être aussi de rêver à ces moyens révolus.

Marie-Hélène Falcon. — Il va y avoir à l’avenir, c’est certain, un plus grand partage des lieux et des outils de création pour compenser le manque de moyens. Quand on partage un même espace, il faut échanger, se comprendre, ça fait surgir de nouvelles formes.

Les Trois Coups. — Comment avez-vous vécu cette année de transition et comment envisagez-vous la suite ? Martin Faucher, avez-vous déjà des projets pour l’an prochain ?

Martin Faucher. — La direction générale va désormais être séparée en deux (Martin Faucher en assure la direction artistique, l’administratif étant réservé à David Lavoie, N.D.L.R.), ce qui me laissera plus de temps pour explorer, rencontrer des gens. J’aimerais développer des projets dans d’autres types de lieux que ceux déjà dédiés au spectacle vivant, mais je ne mettrais sûrement pas cela en place dès la prochaine édition, la seconde peut-être… Je suis un marathonien, un homme de continuité, pas de révolution ! J’aimerais aussi ne pas simplement recevoir des projets, mais en proposer à certains artistes. Par exemple, suivre les compagnies qui, pour différentes raisons, se retrouvent dans une périphérie, car ils ont amorcé des démarches qui ont avorté à cause d’un ou deux spectacles moins réussis. Le milieu est cruel, je veux redonner de la place à ces gens-là, qui ont toujours quelque chose à dire.

Marie-Hélène Falcon. — Je n’ai pas encore envisagé la suite, mais maintenant que le Festival est fini, je vais pouvoir me consacrer à y réfléchir. Je garderais surement une place dans le milieu artistique, mais elle reste à définir. Concernant l’avenir du F.T.A., je lui souhaite de continuer à se déployer en beauté, tout simplement de continuer à vivre !

Propos recueillis par

Aurore Krol


Festival TransAmériques à Montréal (Canada)

8e édition

Du 22 mai au 7 juin 2014

Site : www.fta.qc.ca

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher