Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 19:14

« Garder son âme »


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Éric Lépinasse est bénévole à Jazz sous les pommiers. Il fait partie de la commission programmation. « Les Trois Coups » ont souhaité le rencontrer pour évoquer avec lui son rôle exact et avoir son opinion sur la trente-deuxième édition du festival qui aura lieu à Coutances (Manche) du 4 mai au 11 mai 2013.

eric-lepinasse-615 dr

Éric Lépinasse | © D.R.

Les Trois Coups. — Éric Lépinasse, en tant que bénévole à Jazz sous les pommiers, vous participez à la commission chargée de la programmation depuis plus de quinze ans. Dites-nous franchement, dans un festival international comme l’est devenu Jazz sous les pommiers, peut-on se permettre de confier la programmation à des amateurs, même éclairés ? Quel est donc le rôle de cette commission ?

Éric Lépinasse. — La réponse est dans votre question. Jazz sous les pommiers est effectivement devenu un festival de renommée internationale sans se départir de son côté associatif. Et c’est ce qui rend l’aventure exceptionnelle ! Plus de 90 % de fréquentation, une qualité et une diversité de programmation reconnues par tous, public et professionnels. Les amateurs « éclairés » que nous sommes n’ont pas à rougir me semble-t-il du travail accompli depuis trente-deux ans. Et puis, lorsque l’on est membre de cette commission, depuis l’origine pour certains, connaissant parfaitement les rouages du festival, son public et les réseaux de musiciens, sans cesse à l’écoute, n’est-on pas devenu un peu professionnel soi même ?

Les Trois Coups. — Je vous l’accorde volontiers !

Éric Lépinasse. — Tout l’intérêt de cette commission, composée d’une quinzaine de personnes, réside d’ailleurs dans sa pluralité, sa simplicité et son « détachement ». Elle s’emploie à préserver un « esprit » c’est-à-dire à travailler avant tout pour le public, avec son cœur, ses oreilles et ses envies sans pour autant rester sourde aux contraintes générées par un festival d’une telle ampleur. Alors, disons-le : c’est un peu la « bonne conscience » de cette grosse machine, une sorte de « contre-pouvoir ». D’ailleurs, elle mène parfois la vie dure au directeur du festival Denis Le Bas ! Mais, c’est son tempérament : il aime l’adversité, l’échange et la contradiction. Ça le nourrit et l’aide à avancer. Ce qui donne, au final, un bel exercice de fonctionnement démocratique avec un souci permanent qui anime la commission à chaque réunion : réussir chaque année un festival de grande qualité pour le plus grand nombre. Jazz sous les pommiers doit garder son « âme », et nous nous y efforçons.

Les Trois Coups. — Dans cette commission où chacun a ses préférences, la vôtre c’est plutôt le jazz que les musiques cousines. Nous allons être gâtés en ce domaine ? Quel est, selon vous, le concert de jazz incontournable de cette 32e édition ?

Éric Lépinasse. — Allez ! Soyons franc : cette année particulièrement, j’adorerais bien faire l’école buissonnière et abandonner mon poste de bénévole pour me rendre plus souvent dans les salles tant la programmation est excitante. Découvrir le quintette du grand batteur Eric Harland, le fabuleux guitariste Julian Lage au côté de Gary Burton, les duos Stockhausen / Snétberger et Veras / Besson, Anne Pacéo, Vijay Iyer… Gregory Porter. Que du bonheur ! Pour nous qui programmons, chaque année, c’est Noël en mai ! Quant au concert « incontournable de cette 32e édition », la réponse est toujours délicate… Je vous proposerais bien Joshua Redman, car, pour l’avoir vu et entendu à de multiples reprises ces dernière années, je reste émerveillé par la « classe » de ce musicien, sans doute l’un des plus grands saxs ténors de sa génération. Un type au feeling, au charisme et à l’énergie incomparables qui, tout en restant exigeant, suscite l’émotion et l’engouement. Que l’on soit amateur de jazz ou non, je suis convaincu que Redman peut toucher chacun au-delà d’un style musical particulier.

Les Trois Coups. — Un tour rapide des autres évènements ?

Éric Lépinasse. — La venue à Coutances du trio Sangam de Charles Lloyd, là encore un immense musicien. La présence de Gregory Porter, « The Voice 2012 », dont on espère qu’il saura garder longtemps toute sa fraîcheur et sa spontanéité. Et puis, la rencontre de Jean-Marie Machado et André Minvielle pour un très bel hommage à Boby Lapointe. Mais ce n’est pas exhaustif. Il faut savoir fouiller dans la programmation, car les pépites sont nombreuses !

Les Trois Coups. — Votre coup de cœur personnel et votre regret : l’artiste que vous n’avez pas réussi à faire venir ?

Éric Lépinasse. — Mon coup de cœur… C’est au singulier, n’est-ce pas ? Alors qu’ils sont pluriels cette année. Mais faisons un choix : le duo Markus Stockhausen / Ferenc Snétberger pour la beauté des mélodies, très aériennes et la complicité qui unit ces deux virtuoses peu connus du public français. Une très belle rencontre. Et puis ceux que j’aurais aimés entendre cette année à Coutances ? Christian Scott, José James, Esperanza Spalding… la jeune génération américaine, très prometteuse, dont les univers musicaux se situent aux frontières du jazz, du hip-hop, du rap, de la soul et du rock. Des musiciens très à l’aise sur scène et qui, sans conteste, peuvent intéresser un plus jeune public. L’avenir du jazz se situe là de mon point de vue. Mais c’est partie remise. Ils viendront !

Les Trois Coups. — Vous vous parlez, sans doute, entre les sous-groupes de la commission : qu’est-ce qu’il ne faudra absolument pas manquer dans les musiques cousines ?

Éric Lépinasse. — En fait, cette notion de sous-groupes n’existe pas vraiment. Au sein de la commission programmation, nous débattons de tout, tout le temps, qu’il s’agisse de jazz ou de musiques dites « cousines ». Ça évite les chapelles et permet de s’ouvrir à d’autres musiques. Vous savez, après avoir écouté des C.D. de jazz pendant des heures et des heures pour la programmation 2013, je suis assez content d’écouter aussi Seun Kuti ! C’est d’ailleurs l’artiste cousin qui m’a le plus intéressé cette année. Dans la pure tradition de son père Féla, je lui trouve une présence scénique remarquable. Il est félin et hypnotique à souhait. E puis, comment résister à cette pulsation infernale qu’est l’afrobeat ?

Les Trois Coups. — Quelques nouveautés à signaler, dans la programmation ?

Éric Lépinasse. — Cette année, les amateurs éclairés auront peut-être remarqué que nous faisions dans la filiation. Pour cette 32e édition, les rejetons sont à l’œuvre : Seun Kuti, fils de Féla, Joshua Redman, fils du grand saxophoniste Dewey Redman, Markus Stockhausen, fils du compositeur allemand Karlheinz Stockhausen, Vieux Farka Touré, fils du légendaire guitariste Ali Farka Touré et Ravi Coltrane, fils de… Et puis, à suivre, les aventures de notre musicien résident pour trois ans, l’iconoclaste Thomas de Pourquery. Avec un agenda de ministre, il nous proposera pas moins de six rencontres entre chansons crooner, pop, cinéma et présentation de ses 5 C.D. préférés !

Les Trois Coups. — Vous avez réussi à commander un temps propice, juste avant les saints de glace ?

Éric Lépinasse. — Vous avez raison, avec plus de 50 000 visiteurs sur la semaine, qui déambulent dans les rues de Coutances, entre spectacles de rue, scènes ouvertes et concert en salles, la donnée « météo » participe à la réussite du festival. Nous programmons en mai et, vous l’aurez remarqué, ne jouissons pas toujours d’un climat « favorable » comme certains festivals d’été ! Entre soleil, ondées, jazz, bocage et fromage, nous cultivons notre différence et tentons d’offrir autre chose. Il suffit pour cela de fréquenter le bar du théâtre, le Magic Mirror, les caves des Unelles pour comprendre que ce festival ne manque ni de chaleur ni de convivialité !

Propos recueillis par

Jean-François Picaut


Jazz sous les pommiers 2013 à Coutances (Manche)

32e édition

Du 4 mai au 11 mai 2013

Contact public : Les Unelles • B.P. 524 • 50205 Coutances cedex

Tél. 02 33 76 78 50 | télécopie 02 33 45 48 36

Site : http://www.jazzsouslespommiers.com

Courriel : jslp@jazzsouslespommiers.com

Billetterie : 02 33 76 78 68 (du lundi au samedi, et tous les jours pendant le festival)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rechercher