Samedi 5 février 2011 6 05 /02 /Fév /2011 19:15

« J’aimais ces atmosphères tardives, parfois un peu urgentes »


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


caroline-rodor-615

Caroline Rodor | © D.R.

Les Trois Coups. — Caroline Rodor, vous présidez l’association Jazz 35, pouvez-vous nous préciser les objectifs de ses fondateurs ?

Caroline Rodor. — L’association Jazz 35 s’est donné pour mission de contribuer à dynamiser le jazz à Rennes, dans la métropole et en Ille-et-Vilaine, par la présence d’artistes de renommée nationale et internationale. Nous imaginons dès l’année prochaine élargir le festival à l’ensemble du département d’Ille-et-Vilaine avec 20, 30, voire 50 concerts dans les lieux publics ! Nous souhaitons aussi développer l’axe de création. Nous travaillons en ce moment à la réalisation d’une résidence de création. Afin d’être force de proposition pour la diffusion du jazz en Bretagne et pour les actions de sensibilisation, le festival Jazz à L’Étage s’associe à trois autres festivals sur l’axe Rennes - Saint-Malo, dont le festival Jazz aux Écluses à Hédé. Plein de beaux projets en perspective… !

Les Trois Coups. — Comment devient-on présidente de Jazz 35 ?

Caroline Rodor. — J’ai toujours ressenti un besoin intrinsèque de participer à des projets artistiques. Déjà enfant, alors que ma grand-mère costumière-couturière faisait les dernières retouches en loge, je proposais mon aide en salle. J’aimais ces atmosphères tardives, parfois un peu urgentes. J’ai décidé très tôt que j’évoluerai dans l’envers du décor.

D’abord décoratrice puis technicienne du spectacle, j’ai ensuite entrepris des études de philosophie et d’administration des structures culturelles. J’ai progressivement commencé à travailler en production-administration, notamment à l’Orchestre de Bretagne, pour exercer exclusivement aujourd’hui en administration. C’est ainsi que j’ai eu le plaisir de rencontrer Yann Martin.

Les Trois Coups. — Cette année, l’association sera l’organisatrice de la deuxième édition du festival Jazz à L’Étage, initié l’an dernier par Yann Martin, le directeur du label Plus loin music. Comment s’est opérée la rencontre ?

Caroline Rodor. — Tout d’abord, cela a été la rencontre d’un homme habité par le jazz et capable de transmettre ce goût. J’étais alors convaincue qu’un tel directeur artistique pouvait montrer que le jazz est une musique actuelle, ouverte aux esthétiques de son époque, un mouvement riche toujours en évolution, en un mot une musique vivante capable de fédérer des publics avertis, amateurs ou des publics novices.

À l’issue de la première édition de Jazz à L’Étage, au vu de l’enthousiasme rencontré, nous étions convaincus qu’il fallait poursuivre l’aventure en proposant un évènement capable de fédérer différents acteurs et d’aller à la rencontre des publics. La forme naturelle pour piloter le festival était donc l’association.

Les Trois Coups. — La deuxième édition de Jazz à L’Étage semble beaucoup plus ambitieuse que la première, ne serait-ce que dans la durée (cinq jours au lieu de trois). Qu’est-ce qui explique ce changement d’échelle ?

Caroline Rodor. — Il ne s’agissait pas de trois mais de deux jours… Jazz à L’Étage a été initié en 2010 par le label Plus loin music à l’occasion de la sortie de son 100e album. Aujourd’hui, c’est une association qui pilote le festival, et Yann Martin agit non pas en tant que directeur du label, mais en tant que directeur artistique du festival. Les missions et les dimensions sont tout autres. Nous souhaitons créer un évènement consacré au jazz, à la découverte et à la convivialité, un évènement qui s’inscrive au cœur de la cité. Chaque soir, le festival propose des esthétiques qui recouvrent plusieurs courants du jazz d’aujourd’hui. Nous voulons aussi présenter le jazz sous différentes formes, permettant ainsi d’aller à la rencontre ou de croiser des publics par un ciné-concert ou encore la soirée « City jazz ».

Les Trois Coups. — Justement, pouvez-vous nous présenter les temps forts de cette deuxième édition ?

Caroline Rodor. — Le festival ouvrira ses portes au Ciné TNB avec un ciné-concert. Nous sommes très heureux d’accueillir Riccardo Del Fra, compositeur et instrumentiste de ce projet, qui, comme nous le savons, a toujours eu un goût pour la musique au cinéma.

Le lendemain, nous fêterons Jazz à L’Étage dans des bars, des restaurants et des médiathèques. Les meilleurs jazzmen rennais et le très prometteur Rémi Panossian Trio se produiront avec deux leaders de la première édition : Pierrick Pédron et Thomas Savy. Le mercredi, nous entrons au Liberté pour trois jours de concerts ! Le mercredi 16 mars 2011 à L’Étage, le festival présentera l’étonnante rencontre entre le fameux trompettiste Éric Le Lann et Jannick Top et poursuivra la soirée avec Moutin Reunion Quartet. Le jeudi 17 mars 2011 à L’Étage, nous aurons le plaisir d’écouter Jazzarium, Prysm qui revient sur la scène après plusieurs années d’absence et l’incontournable Médéric Collignon et Jus de bocse. Le vendredi 18 mars 2011, nous fêtons la soirée de clôture dans la salle du Liberté avec deux très grands artistes : Tigran Hamasyan et Avishaï Cohen Trio.

Les Trois Coups. — Cette édition est justement placée sous le patronage du contrebassiste, compositeur et désormais chanteur Avishaï Cohen. Qu’est-ce qui a présidé à ce choix ?

Caroline Rodor. — Ce choix provient de plusieurs facteurs. Avishaï Cohen est l’un des plus grands artistes internationaux de la nouvelle génération. Il est demandé aux quatre coins de la planète et, à ce titre, il sera un grand ambassadeur pour le festival et saura le faire connaître à l’international. Par ailleurs, Avishaï partage bon nombre de convictions avec notre festival, à savoir, notamment, faire découvrir de jeunes talents, dont Shai Maestro, Tigran Hamasyan ou bien encore Mark Guiliana, qu’il a découvert et bien souvent soutenu ou encouragé. Enfin Avishaï est également directeur artistique d’un grand festival israélien, dont le nom est Red Sea Jazz Festival. Il n’est donc pas seulement un artiste, il est aussi un acteur culturel. Nous aurons donc l’occasion d’échanger et partager nos politiques artistiques…

Les Trois Coups. — Avishaï Cohen est-il le parrain de cette seule édition ou envisagez-vous un parrainage à long terme, avec une sorte de résidence, comme pour Wynton Marsalis à Marciac, par exemple ?

Caroline Rodor. — Yann Martin est actuellement en train de réfléchir à tout ce qui pourra être mis en place à l’avenir, et, naturellement, une master class annuelle est une des formes de parrainage, au même titre qu’il lui a déjà demandé de programmer une découverte d’un jeune artiste à chaque édition… Enfin, Yann Martin souhaite pouvoir faire des échanges entre nos deux festivals, à savoir une soirée Red Sea Jazz Festival à Rennes et une soirée Jazz à L’Étage à Tel Aviv…

Les Trois Coups. — Et, pour terminer, une question traditionnelle mais toujours difficile : quel est le coup de cœur de la présidente de Jazz 35 pour cette édition 2011 de Jazz à L’Étage ?

Caroline Rodor. — C’est effectivement une question très difficile parce que la programmation est un tout. Les soirées se répondent tout en proposant des esthétiques et des formes très éclectiques. C’est justement la particularité et la force d’un festival… Mais, si je dois répondre et comme je dois répondre… J’ai un faible pour Médéric Collignon, qui est un artiste vraiment singulier.

Les Trois Coups. — Merci à vous, Caroline Rodor, d’avoir bien voulu répondre à nos questions. Nous donnons rendez-vous aux lecteurs des Trois Coups.com pour ce deuxième festival Jazz à L’Étage de Rennes, du 14 au 18 mars 2011.

Caroline Rodor. — Merci à vous. 

Propos recueillis par

Jean-François Picaut


Jazz à L’Étage 2011

Du 14 au 18 mars 2011

À Rennes et dans diverses villes de Rennes métropole

Association Jazz 35

http://www.jazz35.com

Festival Jazz à L’Étage

http://www.jazz35.com/index.php/jazz-a-letage/infos-pratiques/contacts

Publié dans : Entretiens | Reportages | Portraits - PUBLIER UN COMMENTAIRE ? - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche sur le site

Qui ? Quoi ? Où ?

  • : Les Trois Coups
  • Les Trois Coups
  • : Le journal quotidien du spectacle vivant en France. Critiques, annonces, portraits, entretiens, Off et Festival d’Avignon depuis 1991 ! Siège à Avignon, Vaucluse, P.A.C.A.
  • Retour à la page d'accueil

Nous contacter

Le journal vous recommande

choses-vues-numero1-290

choses-vues-numero2-290

choses-vues-numero3-290

choses-vues-numero4-290

choses-vues-numero5-290

choses-vues-numero6-290

choses-vues-numero-7-290

choses-vues-numero-huit-290

choses-vues-numero-neuf-290

choses-vues-numero-dix nous-tziganes-290

choses-vues-615-numero-11-290

Nos partenaires

ASPTHEATRE RED

theatre-des-carmes-290

chene-noir-290

tcqf-290-copie-1

theatre-des-halles-290

fabrik-theatre-290

hivernales-partenaire-290

maison-jean-vilar-260

 

surikat-290

L’association Les Trois Coups

« Les Trois Coups », c’est un journal en ligne, bien sûr. Mais c’est aussi une association, qui a besoin d’être soutenue par des adhérents.
Lire la suite.

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés