Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 13:14

Un divertissement plaisant et raffiné


Par Benjamin Janlouis

Les Trois Coups.com


Pour présenter la saison en cours, le Théâtre de Bécherel a eu l’idée de présenter sa nouvelle création suivie d’un petit concert jazzy du groupe The Tramps. Une soirée particulièrement agréable.

docteur-madeleine-et-mister-proust-615 julien-mota

« Docteur Madeleine et Mister Proust » | © Julien Mota

C’est un vrai bonheur que de voir le Théâtre de Bécherel reprendre une vraie programmation après toutes les inquiétudes créées par des raideurs administratives peu compréhensibles. Ce soir, en apéritif en quelque sorte, la Cie Art’Comedia présente Docteur Madeleine et Mister Proust, sa dernière création.

L’argument de la pièce signée par Olivier Prou et Véronique Martinez est des plus simples. Mister Proust a des problèmes qu’on peut qualifier de dépressifs et, bien sûr, des soucis de mémoire. Grâce à l’habileté de son médecin, le Docteur Madeleine (on découvrira qu’ils ont aussi d’autres liens), le patient va retrouver peu à peu le goût du jeu, le plaisir des sens et finalement la mémoire. La cure salvatrice fait essentiellement appel aux ressources de la poésie et de la musique.

C’est l’occasion d’entendre des petits bijoux de poèmes dus à Proust lui‑même, à Tardieu, Éluard, Stevenson, Bosquet, Cadou, Aragon, Élisabeth Brami et Jacques Charpentreau. Ils sont accompagnés par des extraits judicieusement choisis de Chopin (Nocturne, Polonaise, Préludes et Sonate).

Sans le secours du chant

On connaît les interprètes, Véronique Martinez et Bertrand Larmet comme des spécialistes de la comédie musicale. Ici, Larmet a quitté la sécurité de son piano pour n’être plus que comédien et Véronique Martinez affronte le texte à voix nue, sans le secours du chant. C’est tout juste s’ils chantent, seuls ou à deux, J’ai la mémoire qui flanche de Rezvani, Madeleine de Brel et Je m’en souviens très bien de Lerner et Loewe, les trois dans des arrangements de Bertrand Larmet.

Véronique Martinez s’avère une merveilleuse diseuse de poésie : vers justes, sensibilité de l’expression tout en nuances, jeux sur le rythme, qui doivent certainement à l’expérience du chant. Bertrand Larmet joue sur un autre registre, plus décalé mais avec un égal bonheur, et il habite véritablement la scène. Ce sont bien deux comédiens à part entière que nous avons pu apprécier.

Bertrand Larmet est également responsable de la création lumière et vidéo. Il y montre une nouvelle fois, au service de la mise en scène signée Olivier Prou et Véronique Martinez, son art de faire de belles choses avec des moyens modestes.

« Révisez vos classiques »

Le cocktail de l’entracte est l’occasion de présenter les temps forts de la saison 2012‑2013. On en retient l’accueil d’un spectacle burlesque du festival des Coquecigrues. Le partenariat avec l’atelier de comédie musicale du S.I.M. qui présentera pour ses dix ans un florilège des plus grandes comédies musicales anglo-saxonnes. Une opération commune avec l’Opéra de Rennes autour de Hansel et Gretel de Engelbert Humperdinck, dans le cadre de « Révisez vos classiques ». Et enfin une conférence musicale du producteur Pascal Bussy sur les musiques actuelles en liaison avec l’Atelier des Transmusicales. Un beau programme de réjouissances, à des tarifs très, très étudiés.

Retour dans la salle pour entendre le quintette de jazz The Tramps. Ce groupe qui se produit d’ordinaire en sextette sous le nom de Lady and The Tramps est ce soir privé de sa chanteuse. Le saxophoniste Jean‑Yves Leseure tente, non sans mérite, de pallier cette absence.

The Tramps pratiquent un jazz intimiste qui transforme vite le théâtre en un club à l’atmosphère feutrée. Le programme se compose de reprises comme la fameuse bossa‑nova d’Antonio Carlos Jobim The Girl of Ipanema et de titres empruntés à Duke Ellington, Horace Silver ou Tom Waits. Nous avons bien aimé la délicate finesse du batteur (Jean‑Jacques Dusuzeau) et la musicalité du contrebassiste (Jacques Mozet). Cependant, nous avons regretté que l’ensemble, de qualité, reste un peu sage et convenu. Le bis, une improvisation avec Véronique Martinez et Bertrand Larmet, venait enfin apporter la touche de fantaisie (de folie ?) manquante et permettait au pianiste (Jean‑Christophe Gailliot) de montrer des qualités jusque là contenues. 

Benjamin Janlouis


Docteur Madeleine et Mister Proust, d’Olivier Prou et Véronique Martinez

Art’Comedia, compagnie en résidence, Théâtre de Bécherel • 7, chemin de la Roncette • 35190 Bécherel

02 99 66 71 48

Site : www.artcomedia.fr

Courriel : theatredebecherel@wanadoo.fr

Mise en scène : Olivier Prou, Véronique Martinez

Avec : Véronique Martinez et Bertrand Larmet

Lumière et création vidéo : Bertrand Larmet

Production : conseil général d’Ille-et-Vilaine / Art’Comedia

Théâtre de Bécherel • 7, chemin de la Roncette • 35190 Bécherel

The Tramps

Jean-Yves Leseure (saxophone), Florian Ivorra (guitare), Jean‑Christophe Gailliot (piano), Jacques Mozet (contrebasse) et Jean‑Jacques Dusuzeau (batterie)

Réservations : 02 99 66 71 48

Le 28 septembre 2012 à 20 h 30

Durée : 45 min (deux fois)

6 € | 4 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher