Mardi 8 mai 2012 2 08 /05 /Mai /2012 19:27

Raté, il faut le dire


Par Camille Bourleaud

Les Trois Coups.com


Avec « Dissident, il va sans dire », la compagnie des Langages tente d’explorer la complexité des relations entre une mère et son fils. Mais la pièce glisse sur le sujet sans l’approfondir. Le spectateur, frustré, reste sur sa faim.

dissident-il-va-sans-dire-300 franck-dazin Dissident, il va sans dire entre dans l’intimité d’un foyer monoparental. La pièce tente de mettre au jour les difficultés d’une mère seule, Hélène, à communiquer avec son fils, Philippe. Un fils qui démarre sa vie d’adulte sans renoncer à ses lubies d’adolescent. Entre ces deux‑là, c’est un fragile équilibre qui s’établit, fait de hauts et de bas. D’un côté, on ressent la satisfaction du jeune homme qui brandit sa première paye sous le regard fier de sa mère. De l’autre, on est témoin de leurs incompréhensions. On assiste aussi aux disputes de ce couple instable. On écoute leurs mots tranchants, prononcés et aussitôt regrettés.

La pièce manque cruellement de saveur. Sans doute parce que le texte d’origine prend le parti pris de parler du quotidien dans sa banalité : les fins de mois difficiles, la mère qui prépare inlassablement le dîner… Mais, après tout, cette banalité pourrait se voir sublimée par la représentation théâtrale. Ici, rien de tout ça. Les clichés défilent et la mise en scène tombe dans la caricature. Comme le poncif du jeune délinquant qui demande pardon à sa mère lors d’une scène larmoyante.

Des intermèdes inutiles

D’abord, le jeu des acteurs n’est pas convaincant. L’actrice principale, Françoise Demory, campe une mère idéaliste et fragile qui veut le meilleur pour son fils. Mais elle ne donne pas assez de consistance à son personnage et s’enferme dans un rôle un peu fade. À plusieurs reprises, sa joie sonne faux, tout comme son chagrin manque d’intensité. Et l’on regrette certaines scènes, un peu trop « récitées », où les personnages semblent attendre la réplique. C’est dommage, car quelques situations auraient pu susciter l’empathie du spectateur. Par exemple, lorsque le fils conseille à sa mère d’aller chez le coiffeur et de prendre soin d’elle pour plaire de nouveau.

Mais ce qui plombe surtout la pièce, ce sont les intermèdes. Entre chaque saynète, la compagnie des Langages a introduit des pauses musicales et des moments dansés. L’objectif affiché est de traduire autrement que par le théâtre les émotions des personnages. Mais tout le monde ne peut pas s’improviser danseur. Les comédiens ne parviennent pas à s’approprier la chorégraphie pour la rendre crédible. Résultat : des pas de deux mal synchronisés, qui frisent parfois le ridicule.

S’ils ne dynamisent pas la pièce, les intermèdes n’enrichissent pas non plus son sens. Les émotions s’y expriment de façon manichéenne et stéréotypée : pour la colère, de la lumière rouge, des coups de cymbales saccadés et un comédien qui jette des chaises par terre. Dommage qu’il n’y ait pas un peu plus de subtilité dans ce langage des corps. Un seul intermède fait exception à cette série noire, celui où Hélène enfile sa nouvelle robe blanche face au public, devenu miroir pour l’occasion. Et si ça marche, c’est sans doute parce que, enfin, il n’y a plus de fioritures, plus de musique, plus de lumière artificielle. Dans un silence religieux, on regarde juste le personnage renouer avec sa féminité. 

Camille Bourleaud


Dissident, il va sans dire, de Michel Vinaver

L’Arche éditeur, collection « Scène ouverte », 1997

Compagnie des Langages • 976, rue Clémenceau • 62860 Rumaucourt

06 60 41 89 62

Site : www.compagniedeslangages.fr

Courriel : compagniedeslangages@gmail.com

Mise en scène et chorégraphies : Françoise Demory, Judicaël Vattier, Hélène Martin

Avec : Françoise Demory, Judicaël Vattier, Félix Carel

Régisseurs : Thomas Quenneville, Franck Dazin

Création graphique : Paul Florisse

Photo : © Franck Dazin

La Barraca Zem • 38, rue d’Anvers • 59000 Lille

Site du théâtre : www.barracazem.fr

Courriel de réservation : barracazem@gmail.com

Réservations : 09 51 70 09 14

Durée : 1 h 15

10 €

Tournée :

– Off du Festival d’Avignon 2012 : du 7 au 28 juillet 2012, tous les jours à 18 h 30

Théâtre de l’Albatros • 29, rue des Teinturiers • 84000 Avignon

Publié dans : France-Étranger 1998-2013 - PUBLIER UN COMMENTAIRE ? - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil

Recherche sur le site

Qui ? Quoi ? Où ?

  • : Les Trois Coups
  • Les Trois Coups
  • : Le journal quotidien du spectacle vivant en France. Critiques, annonces, portraits, entretiens, Off et Festival d’Avignon depuis 1991 ! Siège à Avignon, Vaucluse, P.A.C.A.
  • Retour à la page d'accueil

Nous contacter

Le journal vous recommande

choses-vues-numero1-290

choses-vues-numero2-290

choses-vues-numero3-290

choses-vues-numero4-290

choses-vues-numero5-290

choses-vues-numero6-290

choses-vues-numero-7-290

choses-vues-numero-huit-290

choses-vues-numero-neuf-290

choses-vues-numero-dix nous-tziganes-290

choses-vues-615-numero-11-290

L’association Les Trois Coups

« Les Trois Coups », c’est un journal en ligne, bien sûr. Mais c’est aussi une association, qui a besoin d’être soutenue par des adhérents.
Lire la suite.

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés