Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 16:39

Discours à main armée


Par Léna Martinelli

Les Trois Coups.com


« Discours à la nation » : un texte d’une férocité salutaire porté par le comédien David Murgia qui joue des mots et des mains avec une rare maestria.

discours-a-la-nation-615 helene-legrand

« Discours à la nation » | © Hélène Legrand

Avoir ou pas de parapluie ? Le personnage qui nous accueille explique en quoi ce détail a toute son importance dans son pays où il pleut tellement. La pluie, la carotte et le bâton, le revolver, voilà autant d’accessoires qui traduisent parfaitement l’état des protagonistes qui défilent sous nos yeux. Tous des monstres de cynisme, que ce soit cet homme ordinaire armé jusqu’aux dents tirant sur tout ce qui bouge, convaincu de rendre de nombreux services à la nation, ou des « puissants », patrons du C.A.C. 40, gouvernants qui jouent de nos peurs, de nos angoisses, pour asseoir leur emprise sur le peuple. Tyran masqué, « big boss » vraiment content de lui, patron jovial, tous sont là pour nous embobiner dans leurs beaux discours : « Ce n’est pas vous qui me choisirez, c’est moi qui vous ai choisis. ». Dans une caricature très fine, Ascanio Celestini procède à un démontage en règle, non seulement de la parole politique, mais des syllogismes internes au capitalisme financier.

Tout l’art du conte

Cet auteur romain, figure de proue du théâtre-récit, s’inscrit dans la lignée de Dario Fo. Les relations entre classes dominantes et dominées sont au centre de l’œuvre. Sauf que là, pour un coup, il ne donne pas la parole aux gens du peuple. Il renverse le propos. Traitant des grands thèmes de société (solidarité, chômage, crise, précarité), il tire à vue sur nos démocraties, pointant les failles de nos régimes libéraux, source de tant de malentendus : « Le monde ne change pas. Seule la place de l’homme dans le monde change. ».

Le message n’est jamais pesant, ni didactique. Il ne s’agit pas ici d’asséner des vérités, mais de questionner le spectateur : « Dessus, dessous ? Comment changer le monde ? ». Raconteur hors pair, l’auteur truffe son récit d’histoires qui viennent en contrepoint aux discours politiques, telle la fable du voleur de grain qui finit en P.‑D.G. de multinationale. Métaphores hilarantes, jeux de mots, boutades, Ascario Celestini a un réel talent poétique.

Pour la première fois, aussi, l’auteur, qui a toujours interprété et mis en scène ses propres textes, a écrit pour un acteur. Et pas n’importe lequel : David Murgia fait partie de ceux qui ont des choses à dire et qui s’engagent dans des projets intéressants. En effet, celui-ci est tout autant magistral au sein du Raoul Collectif, dont il est membre, que seul en scène. Ou presque, parce que si, dans Discours à la nation, il porte le texte, seul à bout de bras, campant tous les personnages avec un aplomb déconcertant, le comédien est accompagné d’un guitariste, partenaire muet également très drôle.

Choix judicieux, car David Murgia met sa rage au service du texte, luttant contre la cruauté du monde, mais sans le militantisme qui pourrait en effrayer certains. Il tire sa force ailleurs. L’acteur volubile s’approprie le débit de l’auteur dans un jeu rapide et d’une grande précision. Une interprétation qui sert à merveille cette brillante démonstration par l’absurde. Grâce à sa palette étendue, il nous séduit, nous emporte, nous effraie, car il démontre que par l’art de la rhétorique, les extrémistes peuvent soutenir les idées les plus abominables, comme le cannibalisme, solution envisagée ici pour résorber l’immigration et la faim dans le monde.

Épicé et éclairant

Enfin, la mise en scène est d’une efficacité redoutable. Rythmé, ce spectacle est très bien pensé grâce au texte écrit comme une partition musicale, avec couplets et refrains, et à l’incroyable vitalité de l’acteur. Déplaçant cageots et loupiotes, David Murgia s’adresse directement au public depuis une tribune improvisée ou au pied d’une mappemonde illuminée, trouvant toujours le ton juste, la posture adéquate. Un dispositif sobre qui met remarquablement en lumière les aberrations de nos sociétés prétendument démocratiques.

Qu’est-ce qu’on rit des bassesses de « ces gens d’en haut » ! Sauf que personne n’est n’épargné, pas même le citoyen lambda – nous, en l’occurrence – que ce spectacle parvient sans peine à tirer de sa léthargie : car c’est bien nous qui élisons ces hommes de pouvoir, non ? 

Léna Martinelli


Discours à la nation, d’Ascanio Celestini et David Murgia

Adaptation française : Patrick Bebi

Texte et mise en scène : Ascanio Celestini

Festival de Liège / Théâtre national Bruxelles

Contact : Bérengère Deroux • bderoux@theatrenational.be

32 475 40 65 11

Site : www.theatrenational.be

www.festivaldeliege.be

Avec : David Murgia

Guitariste et régisseur son : Julien Courroye

Musique : Carmelo Prestigiacomo

Création lumières : Danilo Facco

Scénographie : Chloé Kegelart

Régie lumière : Manu Savini, Dylan Schmit

La Manufacture • patinoire • 2, rue des Écoles • 84000 Avignon

Réservations : 04 90 85 12 71 • 06 98 86 90 96

Site du théâtre : www.lamanufacture.org

Du 8 au 27 juillet 2013, du mardi au samedi à 10 h 40, relâche le 17 juillet

Durée : 1 h 45 (trajet en navette compris)

17 € | 12 €

À partir de 16 ans

http://vimeo.com/67876277

Tournée :

– Le 12 octobre 2013 : K.V.S., dans le cadre du festival Toernee General, Bruxelles

– Les 24 et 25 octobre 2013 : Centre culturel de Verviers, Belgique

– Le 26 octobre 2013 : Centre culturel de Huy, Belgique

– Le 31 octobre 2013 : Wolubilis, Bruxelles, Belgique

– Le 13 novembre 2013 : Centre culturel de Ciney, Belgique

– Les 15 et 16 novembre 2013 : Moulin de Saint-Denis, Belgique

– Le 20 novembre 2013 : Théâtre d’Arras

– Du 26 novembre au 14 décembre 2013 : Théâtre national de Bruxelles, Belgique

– Le 28 avril 2014 : Centre culturel d’Ougrée, dans le cadre du Festiv’Art Athénée de Seraing, Belgique

– Le 6 mai 2014 : Centre culturel de Stavelot, Belgique

– Du 7 au 9 mai 2014 : Théâtre de Namur, Belgique

– Le 10 mai 2014 : Centre culturel d’Andenne, Belgique

– Le 14 mai 2014 : Centre culturel de Theux, Belgique

– Du 15 au 23 mai 2014 : Théâtre de l’Ancre, Charleroi, Belgique

– 5 décembre 2014, L’Orange bleue, Eaubonne (95)

– 6 décembre 2014, Les Théâtrales Charles-Dullin, Chevilly-Larue (94)

– 7 décembre 2014, espace Germinal, Fosses (95)

9 et 10 décembre 2014, Maison de la culture, Tournai (Belgique)

– 12 décembre 2014, Théâtre Durance, Château-Arnoux (04)

– 16 décembre 2014, Théâtre de l’Olivier, Istres (13)

– 3-7 février 2015, Atelier Jean-Vilar, Louvain-la-Neuve (Belgique)

– 10 février 2015, maison de la culture, Dinant (Belgique)

– 12 février 2015, centre culturel, Nivelles (Belgique)

– 27 février 2015, Anderlecht (Belgique)

– 28 février 2015, Vielsam (Belgique)

– 3-7 mars 2015, Théâtre National, Bruxelles (Belgique)

– 10 mars 2015, centre culturel Bertrix (Belgique)

– 17 et 18 mars 2015, Scène nationale, Saint-Nazaire (44)

– 19-21 mars 2015, Le Grand T, Nantes (44)

– 23 mars 2015, Halles aux grains, Blois (41)

– 26-29 mars 2015, Mnema, Liège (Belgique)

– 31 mars 2015, Le Théâtre des Bergeries, Noisy-le-Sec (93)

– 1er avril 2015, espace culturel André-Malraux, Le Kremlin-Bicêtre (94)

– 2 avril 2015, L’Atelier à spectacle, Vernouillet (28)

– 3 avril 2015, maison de la culture Le Corbusier, Firminy (42)

– 4 avil 2015, Théâtre du Parc, Andrézieux-Bouthéon (42)

– 7 avril 2015, Le Sémaphore, Cebazat (63)

– 8-11 avril 2015, Théâtre de la Croix-Rousse, Lyon (69)

– 12 avril 2015, L’Embarcadère, Montceau-les-Mines (71)

– 15-17 avril 2015, Théâtre des Feuillants, Dijon (21)

– 21 avril 2015, centre culturel, Soignies (Belgique)

– 22 avril 2015, centre culturel, Flémalle (Belgique)

– 23 avril 2015, De Grote Post, Ostende (Belgique)

– 24 avril 2015, centre culturel, Tubize (Belgique)

– 25 avril 2015, maison de la culture, Saint-Ghislain (Belgique)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher