Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 19:46

Énergie sans âme


Par Trina Mounier

Les Trois Coups.com


Dans cette biennale très engagée, Maud Le Pladec, avec sa pièce pour quatre batteries et cinq danseurs intitulée « Democracy », annonçait un combat entre musique et mouvement hautement politique. Le résultat est quelque peu décevant.

democracy-615 konstantin-lipatov

« Democracy » | © Konstantin Lipatov

La musique, signée de l’Américaine Julia Wolfe et de l’Italien Francesco Filidei, deux compositeurs de haute volée, est ici interprétée par quatre percussionnistes du groupe Tactus que nous avions déjà remarqué à l’occasion de la biennale Musiques en scènes pour leur talent dans Visages, une de leurs créations. Comme alors, Ying‑Yu Chang, Paul Changarnier, Quentin Dubois et Pierre Olympieff démontrent avec éclat qu’ils ont plus d’une corde à leur arc : ils prouvent une fois encore qu’ils sont particulièrement à l’aise dans les formes hybrides et que leur rapport avec la musique n’est pas seulement sonore mais aussi très physique. Instrumentistes accomplis, ils sont également équilibristes, acrobates et danseurs. Ni plus ni moins en tout cas que les danseurs de la compagnie Leda chargés d’interpréter la chorégraphie de Maud Le Pladec.

Car si le propos énoncé par Maud Le Pladec – montrer sur scène comment les corps peuvent réagir à la suprématie de la musique et progressivement lui imposer leur loi – pouvait être prometteur, son exécution ne revêt pas de caractère novateur ni même un tant soit peu surprenant.

Les danseurs courent sur le plateau durant une petite heure, en tous sens, allant d’une batterie à l’autre, lesquelles d’ailleurs, à leur tour, se déplacent sans qu’on puisse à aucun moment apprécier une quelconque performance plastique ou esthétique. Lorsqu’ils cessent de courir, les corps tremblent à l’unisson, comme s’ils étaient eux-mêmes le stroboscope et l’objet qu’il met en lumière. Le plus réussi est sans doute la fusion entre les danseurs et les percussionnistes.

À peine décèle-t-on qu’au départ les mouvements suivent la musique, puis qu’ils imposent leur pulsation aux instruments, mais la lecture du programme doit beaucoup à ce début d’interprétation. La chorégraphie, pour intense et énergique qu’elle soit, deux qualités qu’on ne peut lui enlever, a un petit côté années 1980 inattendu chez une si jeune artiste.

En un mot, ce spectacle est une vraie déception, en tout cas côté danse, car la musique joue, elle, parfaitement sa partition. 

Trina Mounier


Democracy, pièce pour 5 danseurs et 4 musiciens

Compagnie Léda

Chorégraphie : Maud Le Pladec

Danseurs : Nicolas Diguet ou Julien Ferré, Maria Ferreira Silva, Mélanie Giffard, Simon Tanguy

Musique : Ensemble Tactus (Ying-Yu Chang, Paul Changarnier, Quentin Dubois, Pierre Olympieff)

Création lumières : Sylvie Mélis

Création costumes : Alexandra Bertaut

Assistant musical : Gaël Desbois

Documentation : Youness Anzane

Régie générale : Fabrice Le Fur

Assistant création lumières et régie lumières : Nicolas Marc

Régie son : Vincent Le Meur

Création des décors : Vincent Gadras

Le Toboggan • 14, avenue Jean-Macé • 69150 Décines-Charpieu

www.letoboggan.com

04 72 93 30 00

Présenté avec le soutien de modul-dance et de la Maison de la danse

Dans le cadre de la Biennale de la danse

www.biennaledeladanse.com

Les 19 et 20 septembre 2014 à 21 h 30

Durée : 50 min

20 € | 17 €

Production : Léda

Coproduction : Théâtre national de Bretagne / Mettre en scène 2013 à Rennes, Les Subsistances à Lyon, Biennale de la danse de Lyon dans le cadre de modul-dance / programme culture de l’Union européenne, Théâtre Paul Éluard, scène conventionnée de Bezons dans le cadre de la permanence artistique de la région Île-de-France, Tanzquartier Wien, C.C.N. de Caen - Basse-Normandie (Accueil studio, ministère de la Culture et de la Communication), C.C.N. de Franche-Comté à Belfort (Accueil studio, ministère de la Culture et de la Communication-D.R.A.C. Franche-Comté), C.D.C. Paris réseau (Atelier de Paris-Carolyn Carlson, l’étoile du Nord, Micadanses-A.D.D.P., studio Le Regard du cygne-A.M.D. XX)

Avec l’aide à la production et à la diffusion d’A.R.C.A.D.I.

Maud Le Pladec a été lauréate du programme « Hors les murs » de l’Institut français en 2013

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans Rhône-Alpes | 2014-2015
commenter cet article

commentaires

Rechercher