Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 20:24

Dans les bois…
on peut se perdre !


Par Laura Plas

Les Trois Coups.com


« Dans les bois » apparaît comme un chantier plutôt qu’un spectacle abouti. Dans ce bois touffu, on trouve plein d’idées, mais pas de vraie piste. On adore, on se perd ou l’on reste à l’orée.

la-route-du-sirque-2014-300 Cette année, la route du Cirque est devenue route du Sirque (du nom du pôle régional de formation : le Sirque). Par le « s », le nouveau directeur du festival, Martin Palisse, a aussi tenu à souligner la diversité des pratiques circassiennes représentées. Ainsi, il permet au Lonely Circus d’exposer ses talents au cours d’un concert et de deux spectacles. Dans les bois est l’une de ces deux créations. Cette forme courte, née d’une commande pour les Sujets à vif, met en piste trois artistes très différents : un fildefériste, Sébastien Le Guen, un musicien, Jérôme Hoffmann et un contrebassiste-slameur : Dgiz.

Ces interprètes nous invitent à une étrange balade dans les bois. Tout commence comme une œuvre de Perrault : un personnage se risque dans une forêt qu’abrite un grand méchant loup… Cependant, le Petit Chaperon rouge a laissé place à un gaillard balèze en jogging écarlate que déséquilibre sans cesse un loup facétieux et rageur. L’idée d’actualiser le conte avec des musiques urbaines est amusante. D’ de Kabal avait su en faire d’ailleurs un délicieux spectacle, le Petit Chaperon en sweat rouge, où le théâtre dialoguait heureusement avec le slam et le human beat box. Ici aussi, le loup a un micro, et aboie sa colère, tout en jouant parfois le rôle de narrateur.

L’art du frisson

Mais l’intérêt de cette réécriture libre et déjantée est surtout, selon nous, de proposer une réflexion sur la peur et le plaisir qu’elle génère. En effet, comme l’enfant qui est suspendu aux lèvres du conteur et attend l’épisode de la dévoration avec impatience, le spectateur frémit d’anxiété et de joie lorsqu’il suit les déplacements improbables de Sébastien Le Guen sur des tasseaux. De surcroît, un ingénieux système de sonorisation nous permet de temps à autre d’entendre le rythme cardiaque de l’acrobate, d’assister donc à ses émois. Ces battements résonnent alors dans notre propre cage thoracique. On pressent une réflexion sur la fragilité, l’accident… Dommage que tout cela soit simplement esquissé, comme si on était face à une étape de travail.

Dans les bois conserve en effet quelque chose de foutraque. En particulier, Dgiz saute du coq à l’âne, du département du 93 à la politique écologiste, pour évoquer l’amour en passant. Sa liberté verbale peut faire sourire, mais elle nous étourdit et nous perd un peu. On accroche… ou pas. À la sortie du chapiteau, deux petites filles bondissaient en disant qu’elles avaient trouvé le spectacle super et rigolo. D’autres personnes ont apprécié ces turbulences en y décelant un principe dramaturgique. Mais on peut aussi penser que les jeux sur la langue sont un peu faciles (répétitions sur les sons, les préfixes) comme les références à l’actualité. On peut regretter de même l’éclatement du propos. Enfin, si on rêvait d’odeurs et d’ambiances de bois, de merveilles obscures, on sera alors déçu… Chacun fera en tout cas son chemin dans ce bric-à-brac.

En définitive, selon nous, le spectacle présente un intéressant dialogue entre le slam et la composition musicale riche de Mathieu Hoffmann. Quant à Sébastien Le Guen, il a quelque chose de touchant en héros dérisoire, confronté à l’échec ou à la perte. Mais on conseillera vraiment de voir plutôt Fall, Fell, Fallen, moins verbeux, moins explicite, plus mystérieux. 

Laura Plas


Dans les bois, du Lonely Circus

Lonely Circus • pôle associatif • boîte nº 2, allée des Trimarans • 34540 Balaruc-les-Bains

06 83 35 71 28

Courriel de la compagnie : lonelycircus@hotmail.fr

Site : http://lonelycircusweb.free.fr/lonelycircus/DlB.html

Site du festival : www.cirquenexon.com

Courriel du festival : info@cirquenexon.com

Conception et performance : Jérôme Hoffmann (déséquilibres sonores) et Sébastien Le Guen (équilibres sur objets), Dgiz (slam et contrebasse)

Lumières : Marie Robert

Régie : Vivien Sabot

Chapiteau Bang Bang • parc du château de Nexon • 6, place de l’Église • 87800 Nexon

Réservations : 05 55 00 73 53

Mercredi 20 août 2014 à 18 h 30 et vendredi 22 août à 11 h 30

Durée : 30 minutes

10 € | 5 €

À partir de 10 ans

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher