Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 14:27

Les derniers jours

de Franz Kafka


Par Johanne Boots

Les Trois Coups.com


Le cauchemar comme terrain de jeu : jusqu’au 27 octobre 2012, le Rideau de Bruxelles accueille la dernière création de Pascal Crochet autour de l’œuvre du génial écrivain praguois. Un voyage halluciné dans les méandres d’un esprit anxieux, qui court parfois le risque de perdre le spectateur en chemin.

continent-kafka-615 chloe-houyoux-pilar

« Continent Kafka » | © Chloé Houyoux Pilar

Ressusciter Kafka afin d’en disséquer sur scène la longue agonie : tel est le séduisant projet que nous livre Pascal Crochet pour sa nouvelle collaboration avec le Rideau. À partir de fragments de romans, de lettres et de journaux intimes, une équipe de huit brillants comédiens s’attache à imaginer au plateau les derniers jours de l’auteur du Procès. Voici brossé, par touches successives, le portrait d’un petit fonctionnaire malingre et tuberculeux qui, en proie à des hallucinations, voit défiler dans sa chambre la galerie monstrueuse des personnages qui peuplent ses romans.

Qu’il s’agisse de la concierge racornie présente derrière chaque porte, de l’employé de bureau inquiet, nulle part à sa place, ou encore de la femme évaporée sitôt possédée, le bestiaire kafkaïen est superbement rendu. Les acteurs donnent à voir des corps courbés, déformés par la force de contraintes qu’eux seuls semblent percevoir. Les démarches sont fuyantes, trahissant la douleur d’être au monde de ces figures tourmentées.

Au milieu de cette foule, Kafka lui‑même, parfois seul, parfois à deux (brillante idée du double qui joue devant l’écrivain fou son propre rôle) souvent multiple. Un mort en devenir livré à ses angoisses et à ses cauchemars. Mais c’est cette focalisation sur le romancier, précisément, qui, par moments, fait perdre au spectacle de sa force.

Thérapie familiale

Car les névroses qui, passées en littérature, font le génie de l’œuvre de Kafka, deviennent très vite ennuyeuses dès lors qu’on les rapporte à la personne de l’auteur. Là où les écrits romanesques sublimaient avec humour les motifs du sentiment de persécution, de la paranoïa, de la soumission plus ou moins consentie, le spectacle de Pascal Crochet, en les appliquant à l’écrivain, semble se complaire dans la glorification romantique de l’artiste incompris, alimentant son art de sa souffrance.

Les éléments délibérément vaudevillesques de la mise en scène tendent à enfermer la figure de l’auteur dans une thérapie familiale au parfum fin de siècle : les portes claquent et laissent apparaître des invités que l’on n’espérait pas, les missives poignantes sont lues à haute voix, la famille sature l’espace intime et étouffe l’individu. La musique, trop souvent illustrative, souligne les émotions mimées par les acteurs sans véritablement étoffer le propos. Tout, jusqu’à l’éphéméride patiemment effeuillée par la concierge au fil de la représentation, semble vouloir nous signifier le désespoir qui habite le romancier, laissant l’œuvre dans l’ombre.

Un théâtre d’images

Quelques moments de fulgurance visuelle, pourtant, emportent le spectacle et parviennent à faire oublier cette impression de soumission révérencieuse à la tragédie personnelle de l’auteur. Servie par un minutieux jeu de lumière, la mise en scène fabrique des tableaux à la beauté onirique, devant lesquels le spectateur passe de l’admiration au malaise. Ainsi de cette chorégraphie présentée derrière une paroi devenue transparente, au cours de laquelle les acteurs croulent tour à tour sous les livres, les portent ou les feuillettent soigneusement. Ou encore de ces portes entrebâillées furtivement, et qui laissent apparaître des scènes à la violence contenue. Le spectateur devenu voyeur y aperçoit un homme en position de torturé face à deux probables bourreaux, refermant avec docilité l’ouverture par laquelle il aurait pu s’échapper. C’est lorsqu’il suscite dans le public ce trouble et cette sensation d’indécision que le spectacle propose une expérience neuve à partir de l’œuvre de Kafka. 

De notre correspondante permanente à Bruxelles

Johanne Boots


Continent Kafka, de Pascal Crochet

D’après l’œuvre de Franz Kafka

Conception et mise en scène : Pascal Crochet

Assistante à la mise en scène : Roxane Lefebvre

Avec : Anna Cervinka, Angelo Dello Spedale Catalano, Anne‑Rose Goyet, Thierry Lefèvre, Jean‑François Pellez, Nathalie Rjewsky, Jérémie Siska, Simon Wauters

Scénographie : Satu Peltoniemi

Lumières : Florence Richard, assistée de Marion Pillé

Costumes : Laurence Hermant

Son : Pascal Crochet et Raymond Delepierre

Patines : Geneviève Périat

Assistantes stagiaires à la mise en scène : Éléonore Gyselynck et Amel Felloussia

Direction technique : Raymond Delepierre

Habilleuse : Nina Juncker

Régie son : Christophe Van Hove

Régie lumière : Maxime Besure

Construction du décor : De Muur

Photographe : Chloé Houyoux Pilar

Aide à la diffusion : Lætitia Noldé

Production : Rideau de Bruxelles

En partenariat avec le centre culturel Jacques‑Franck

Rideau de Bruxelles au Jacques-Franck • chaussée de Waterloo 94 • 1060 Bruxelles

Site du théâtre : www.rideaudebruxelles.be

Courriel de réservation : christelle.colleaux@rideaudebruxelles.be

Réservations : 02 737 16 01

Du 9 au 27 octobre 2012 à 20 h 30, mercredi 24 octobre à 19 h 30

Durée : 1 h 30

21 € | 16 € | 11 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher