Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2009 6 10 /10 /octobre /2009 16:58

Complaisance


Par Claire Stavaux

Les Trois Coups.com


L’enfance, c’est l’âge ingrat. Et après ? Ça continue apparemment… Le texte de Sibylle Berg a tout l’air de procéder à un traitement clinique et loufoque du corps humain à la Marthaler, et brosse avec une ironie mordante des confessions de marginaux. Mais cette peinture amère n’en reste pas moins une comédie burlesque où ces destinées de losers débouchent sur une sorte de happy end qui met en cause les normes et les valeurs de notre société.

La mise en scène de Schirin Khodadadian prend le parti d’accentuer l’étrangeté qui est au cœur du texte. Elle a donc choisi de faire évoluer ses personnages au sein d’un décor de lendemain de chasse : en fond de scène est tendu un paravent tapissé qui représente un bestiaire, des pièces de gibier empaillé y sont accrochées et des peaux d’animaux sauvages jonchent le sol. Ce décor pour le moins étonnant n’évolue guère au cours de la représentation, mais semble plutôt se figer comme baigné dans du formol.

Les comédiens sont bons, mais leur jeu est lui aussi singulier. S’ils m’ont fait sourire parfois, je n’ai pas senti l’ironie amère du texte transparaître ailleurs que dans les mots. Stefan Preiss est particulièrement malicieux et drôle dans son rôle de petite fille modèle avec chaussettes hautes et jupe plissée. Une vraie chipie. A contrario, je n’ai pas compris les ressorts exacts du jeu de Susanne Bredehöft, notamment lorsque celle-ci enfile une énorme tête d’ours et la balance en mugissant son texte. Une manière d’illustrer leur position de paria ? Ou ce regard des autres qui les considèrent comme des bêtes curieuses ? Pas besoin de se promener dans un zoo humain pour saisir l’idée.

« Ces merveilleuses dernières années » | © Thilo Beu

Je trouve cette mise en scène finalement assez typique d’un certain théâtre allemand en vogue actuellement, qui se complaît à exposer le handicap, à exacerber la laideur et à afficher un goût prononcé pour le monstrueux, pour le corps en souffrance, avec un certain détachement, comme pour essayer de prouver que la société n’a pas (plus ?) de problème avec ça.

Cette insistance est louche : pourquoi tant d’ostentation ? Cette hypocrisie, que je mets au compte de la mauvaise conscience historique, a le don de m’agacer… Ainsi, Susanne Bredehöft joue à l’infirme, incarne une petite fille aux couettes à la Fifi Brindacier qui arbore d’un air narquois ses jambes articulées. Elle les fait crisser en rythme avec un large sourire d’autocontentement. À quoi bon cet entêtement qui est tout sauf subtil ? Je suis moche et m’enlaidis exagérément pour vous provoquer, regardez-moi ! Ah tiens, ça vous gêne ? Oui, cette jouissance qu’ils éprouvent visiblement tous à se caricaturer en infirmes et à se rendre débiles me gêne. Et je ne me gêne pas pour le dire… 

Claire Stavaux


Ces merveilleuses dernières années, de Sibylle Berg

Production Theater Bonn

Festival de la Rhénanie du Nord-Westphalie, saison 2009-2010

Avec le soutien du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie

Mise en scène : Schirin Khodadadian

Avec : Günter Alt, Susanne Bredehöft, Ulrich Hass, Stefan Preiss et Anke Zillich

Scénographie : Carolin Mittler

Création, direction musicale : Michael Barfuss

Codirection musicale : Markus Schinkel

Dramaturgie : Stéphanie Gräve, Almuth Voss

Assistante à la mise en scène : Jennifer Whigham

Spectacle en allemand surtitré

Adaptation, régie surtitrage : Ruth Orthmann

M.C.93 • 1, boulevard Lénine • 93000 Bobigny

Réservations : 01 41 60 72 72

www.mc93.com

Métro : ligne 5, Bobigny - Pablo-Picasso

Le 3 octobre 2009 à 19 heures, le 4 octobre à 15 h 30

Durée : 1 h 15

25 € | 17 € | 12 € | 9 € ( tarifs hors abonnement)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher