Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 17:42

Le chant français à l’honneur


Par Florent Coudeyrat

Les Trois Coups.com


Alors que la cantatrice Jane Rhodes, créatrice du rôle-titre à l’Opéra Garnier en 1959, vient tout juste de nous quitter *, l’Opéra de Massy présente la nouvelle production mise en scène par Nadine Duffaut à Debrecen (Hongrie) en début d’année, et reprise ensuite à Avignon et Reims avec des chanteurs différents. Un spectacle de très bonne tenue.

carmen-615 michel-duval-opera-de-massy

« Carmen » | © Michel Duval / Opéra de Massy

On a tout dit sur Carmen. Partant sans doute de ce constat, Nadine Duffaut choisit de revenir aux sources de la nouvelle éponyme de Prosper Mérimée dont le narrateur est le malheureux Don José. La version originelle de l’opéra sans récitatif est ainsi choisie, rendant au drame toute son acuité par l’alternance de théâtre et de chant.

L’histoire est bien connue : José aime Carmen qui l’aime en retour, avant de lui en préférer un autre et précipiter à ses dépends le geste tragique de celui qui ne peut se résoudre à l’oublier. Le livret de Bizet ajoute le personnage de Micaela, amoureuse de José, préférée à Carmen par la mère du soldat. Nadine Duffaut met en avant ces deux rôles féminins, tout d’abord la mère qu’elle choisit de faire incarner physiquement alors que celle-ci n’a aucune partie à interpréter dans le texte original, puis Micaela, qui va porter le coup fatal en fin d’opéra, en lieu et place de José. Incapable d’empêcher le destin tragique de son fils, la mère impose sa présence dès l’ouverture auprès de Micaela, déclame elle-même le début de la lettre reçue par José, puis apparaît en toile de fond au moyen de la vidéo pendant le dernier acte. Au-delà de Carmen, le personnage du soldat apparaît comme totalement cerné par des femmes qui tentent de l’instrumentaliser jusque dans la mort de l’héroïne.

La production, qui transpose l’action dans les années 1950, se révèle visuellement très réussie, avec des costumes bariolés de couleur et des décors réalistes soignés. La mise en perspective de la rue en arrière-scène permet une déambulation des figurants très fluide, apportant un perpétuel mouvement, ainsi que de subtils jeux d’éclairages dans les scènes plus intimes.

Des chanteurs prometteurs

L’un des grands intérêts de cette production est de réunir un plateau de chanteurs exclusivement français, brillamment emmené par le ténor Florian Laconi (Don José), au tempérament dramatique porté par une diction impeccable et doté de tous les moyens vocaux du rôle, pourtant très lourd. La Carmen de Marie-Ange Todorovitch déçoit en comparaison. Avec une présence scénique féline et un beau timbre chaud, la mezzo-soprano interprète pourtant ce rôle depuis plus de dix ans sur les scènes françaises et belges. Mais force est de constater que la voix manque d’assise dans le médium, mettant souvent en péril la justesse de l’émission. Méforme vocale d’un soir ou réelles difficultés techniques les années passant ?

L’autre grand rôle féminin, celui de Micaela, est tenu par la soprano Nathalie Manfrino, l’un des grands espoirs révélé il y a cinq ans aux victoires de la musique classique. Très applaudie, on avoue être peu sensible à son timbre de voix, surtout dans l’aigu un peu forcé. Restent des pianissimos superbement tenus, d’une aisance naturelle confondante. À ses côtés, le baryton Pierre Doyen (Escamillo) ne remporte pas le même succès, peut-être en raison de son allure placide et de ses insuffisantes qualités d’interprète qui éclipsent un timbre superbe et de réelles qualités de projection. Les seconds rôles sont parfaits, plus particulièrement Julie Robart-Gendre (Mercedes) et Hadhoum Tunc (Frasquita), qui font jeu égal avec le rôle-titre dans le fameux trio des cartes du IIIe acte.

À la tête de l’orchestre national d’Île-de-France, excellente formation encensée par le magazine britannique Gramophone pour son action pédagogique, Fabien Gabel tisse des sonorités raffinées, dans un tempo un peu vif mettant souvent à mal ses chanteurs, notamment le chœur de l’Opéra d’Avignon au premier acte. Dans le célèbre air de la garde montante, les jeunes chanteurs de la maîtrise des Hauts-de-Seine s’en sortent mieux.

Autour d’une production globalement efficace, le plateau français réuni avec beaucoup d’à propos par la direction de l’Opéra de Massy, emporte l’adhésion d’un public enthousiaste, ravi de ce beau mélange de chant et de théâtre. 

Florent Coudeyrat


* La ville du Plessis-Robinson rend opportunément hommage à cette grande chanteuse, à l’occasion de l’exposition « Jane Rhodes, collection privée » qui se tient à L’Orangerie du 6 au 20 novembre 2011.


Carmen, de Georges Bizet

Opéra-comique en quatre actes

Livret de Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle de Prosper Mérimée

Ouvrage chanté en français, avec surtitres en français

Direction musicale : Fabien Gabel

Mise en scène : Nadine Duffaut

Avec : Marie-Ange Todorovitch (Carmen), Nathalie Manfrino (Micaela), Hadhoum Tunc (Frasquita), Julie Robard-Gendre (Mercedes), Catherine Alcover (la Mère de Don José), Florian Laconi (Don José), Pierre Doyen (Escamillo), Michel Vaissière (El Dancairo), Raphaël Bremard (El Remendado), Christian Helmer (Zuniga), Christophe Gay (Morales), Jean-Claude Calon (Lillas Pastia)

Chorégraphie : José-Manuel Huertas

Décors : Emmanuelle Favre

Réalisation costumes : Katia Duflot

Création lumière : Marc Delamézière

Chœurs de l’Opéra d’Avignon, chœurs supplémentaires de l’Opéra de Massy et maîtrise des Hauts-de-Seine

Orchestre national d’Île-de-France

Coproduction Opéra de Massy, Opéra de Debrecen (Hongrie), Opéra d’Avignon et des Pays-de-Vaucluse et Opéra de Reims

Opéra de Massy • 1, place de France • 91300 Massy

Site du théâtre : http://www.opera-massy.com

Réservations : 01 60 13 13 13

Vendredi 4 novembre 2011 à 20 heures et dimanche 6 novembre 2011 à 16 heures

Durée : 3 h 20, avec entracte

78 € | 72 € | 58,5 € | 54 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher