Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 18:24

Comme une maison

de poupée !


Par Laura Plas

Les Trois Coups.com


Sous prétexte de nous raconter selon différents points de vue l’histoire de Boucle d’or, la compagnie Auriculaire ouvre un livre dont les images sont bien plus intéressantes que le texte. Une scénographie charmante, des objets scéniques pareils à des jouets merveilleux sont en effet les atouts de ce sympathique spectacle.

boucle-dor-615 maude-bernos

« Boucle d’or, une étrange affaire » | © Maude Bernos

« Et après ? ». Si, alors que vous fermez le livre et vous apprêtez à quitter à pas de gentil loup la chambre de vos enfants, ils vous rattrapent en vous posant cette question, c’est que vous avez peut-être fait le choix de leur lire Boucle d’or. Quel étrange conte en effet que ce très court récit dont le dénouement semble expédié ! D’ailleurs, l’analyse de vos enfants rejoint celle de Bruno Bettelheim qui affirme de l’histoire : « Quand elle se termine, il n’y a ni guérison ni réconfort ; aucun conflit n’est résolu ; et il n’y a pas de conclusion heureuse. » (1). Mais vous avez un recours pour enfin aller vous coucher : proposez à vos enfants d’aller au Lucernaire voir Boucle d’or, une étrange affaire.

Vos enfants verront alors leur insatiable curiosité assouvie puisqu’ils découvriront la version de la mère de Boucle d’or, celle de la famille Ours, celle de la petite fille… et d’autres encore. Dix coups de projecteurs pour une bien étrange histoire ! Et comme aucune version ne résout le mystère (ouf, on n’a pas droit à une introduction précoce à l’herméneutique [2]), vous pourrez en débattre ensuite avec votre docte progéniture.

Ce qu’il y a surtout, c’est que ces variations sont le prétexte à de belles images scéniques qui vous en mettront plein les mirettes. De fait, si l’interprétation est sympathique mais pas bouleversante, le texte pas gênant mais pas extraordinaire, les chansons divertissantes mais simplettes, les objets sont, eux, un ravissement. Nous avons tous rêvé un jour de cette splendide maison de poupée éclairée par des loupiotes. Nous avons inventé des histoires avec ce qui nous tombait sous la main (Playmobil ®, marionnettes bidouillées, papiers découpés). Nous avons tourné les pages de ces livres qui prennent relief. Eh bien, nous retrouvons toutes ces merveilles dans le spectacle. Chapeau donc à Karine Lémery, Clémentine de Chabaneix et Lili Scratchy.

La balançoire sous la lune

Grâce à leur travail, le spectacle présente quelques moments particulièrement gracieux. Par exemple, dans la forêt profonde, Boucle d’or retrouve Petit Ours pour un rendez-vous. Ils se balancent ensemble au milieu des grands arbres, dans un halo de lune aux allures de feu follet. Et l’ours-enfant unique demande à la petite-fille : « Tu veux bien être ma sœur ? ». Ici, le théâtre d’ombres crée la magie. Tout est douceur et intimité. La musique est cette fois charmante. Bientôt, en outre, arrive la couleur : quelle chaleur alors ! On songe encore au préambule muet du spectacle dont l’étrangeté suscite l’attention.

De manière générale, on préfère d’ailleurs les moments sans paroles. Car lorsque les comédiennes cherchent à créer la complicité avec le public en dialoguant avec lui, elles ressemblent parfois à des maîtresses d’école aux voix suraiguës. Quand elles interprètent les personnages, on n’y croit pas toujours.

Alors, Boucle d’or : une étrange affaire ? Une sympathique affaire sans doute qui nous rappelle gentiment qu’il n’est pas toujours facile de trouver sa place dans la fratrie et d’accepter un nouveau venu dans une famille. 

Laura Plas


(1) Bruno Bettelheim : Psychanalyse des contes de fées.

(2) Art de l’interprétation des textes.


Boucle d’or, une étrange affaire, de Florence Le Corre

Compagnie Auriculaire • 105, rue de Paris • 93100 Montreuil

06 66 91 090 54

Site : www.compagnie-auriculaire.com

Courriel : lacompagnie.auriculaire@gmail.com

Mise en scène : Isabelle Hazaël

Avec deux comédiennes parmi Mia Delmaë, Rachel Huet-Bayelle, Flore Grimaud, Florence Le Corre

Musiques : Csaba Palotaï, Boris Boublil, Stéphane Cadé, Laurent Madiot

Marionnettes, théâtre d’objets : Karine Lémery, Clémentine de Chabaneix, Lili Scratchy

Lumière : François Vallé

Costumes : Marion Robillard

Le Lucernaire • 53, rue Notre-Dame-des-Champs • 75006 Paris

Site du théâtre : www.lucernaire.fr

Réservations : 01 45 44 57 34

Métro : arrêt Vavin et Édouard-Quinet

Du 18 septembre au 9 novembre 2013, à 16 h 30 les mercredi et samedi, et du mardi au samedi pendant les vacances scolaires

Durée : 45 minutes

15 € | 10 €

À partir de 4 ans

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher