Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 19:27

Bilan – Avignon, mercredi 24 juillet 2013


Annonce

Les Trois Coups.com


La 67e édition du Festival d’Avignon s’achèvera vendredi 26 juillet 2013. Certains lieux du Off poursuivront jusqu’au mercredi 31 juillet.

festival-avignonn-2013 kiripi-katembo-siku

Affiche du Festival d’Avignon 2013 | © Kiripi Katembo Siku

Conçue avec deux artistes associés, Dieudonné Niangouna et Stanislas Nordey, l’édition 2013 aura été marquée par la rencontre entre des artistes travaillant en Afrique ou en Europe. Ensemble, ils ont offert des représentations du monde témoignant d’une véritable foi dans l’art. La force du verbe poétique a résonné sur les plateaux, notamment avec Par les villages de Peter Handke, mis en scène par Stanislas Nordey, ou encore avec Shéda, écrit et mis en scène par Dieudonné Niangouna.

Pour la plupart créés pour le Festival d’Avignon ou présentés pour la première fois en France, les spectacles ont montré l’extraordinaire multiplicité des écritures contemporaines et la vitalité du spectacle vivant. La programmation s’est tissée autour d’artistes qui, pour certains, ont grandi ces dernières années avec le Festival, et aussi avec la découverte de nouvelles personnalités, invitées pour la première fois au Festival. Elle a été résolument ouverte sur le monde et a interrogé l’avenir.

Ces enjeux étaient au cœur du film de Nicolas Klotz et Élisabeth Perceval, Le vent souffle dans la cour d’honneur, qui ont saisi l’esprit du Festival d’aujourd’hui, à travers leur regard cinématographique.

Associant la pensée au plateau, le Théâtre des idées conçu avec Nicolas Truong et les publications qu’il a générées ont souligné la complémentarité entre philosophes et artistes pour penser notre société et son devenir.

De plus en plus impliqués dans le Festival, les spectateurs ont participé aux nombreuses propositions qui leur ont été faites autour des spectacles. La force de leur témoignage sur la place du théâtre dans leur vie et sur le cheminement des spectacles à l’intérieur de chacun a été mise en lumière par la création Cour d’honneur de Jérôme Bel.

On estime aujourd’hui que la fréquentation du 67e Festival d’Avignon atteindra 95 % avec 128 000 billets délivrés, auxquels s’ajoutent les 13 000 spectateurs des propositions gratuites, principalement le spectacle Ouvert ! du Groupe F, ainsi que les 13 000 entrées aux rencontres de l’école d’Art, aux débats et aux lectures gratuites.

Véritable forum professionnel du spectacle vivant permettant que se côtoie l’ensemble des parties prenantes du secteur, le Festival d’Avignon y occupe une place essentielle. Pour la seconde année, la Maison professionnelle a permis de réunir au collège Viala une partie des organisations et organismes professionnels. En dix ans, le Festival a contribué activement, notamment à travers l’édition du « Guide du professionnel du spectacle vivant à Avignon », au rassemblement et aux échanges d’un secteur qui doit lutter contre la diminution de ses moyens et continuer d’inventer de nouvelles manières d’accompagner les artistes et les spectateurs. La présence d’Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication venue à plusieurs reprises, la visite de six autres ministres du gouvernement et la forte présence d’élus ont, une nouvelle fois, fait du Festival d’Avignon un lieu de débat essentiel sur les politiques culturelles. Ces dernières années, les collectivités territoriales se sont particulièrement investies sur ces questions, comme en témoignent les cinq débats qu’elles ont organisés au cloître Saint-Louis cet été.

L’ouverture de la FabricA, lieu de répétitions et de résidence du Festival, qui en a assuré la maîtrise d’ouvrage en respectant les délais (12 mois de construction) et le budget (10 millions d’euros), a également marqué cette édition. Simple d’utilisation et avec un budget de fonctionnement modeste, ce lieu augmentera la capacité du Festival d’accompagner les artistes et facilitera son rôle de producteur (cette année encore, le Festival a porté la production déléguée de Par les villages et de Cour d’honneur).

Dans les quartiers de Monclar et de Champfleury, à l’intersection desquels est installée la FabricA, ont été menés de multiples projets, en collaboration avec les écoles élémentaires et différents relais associatifs qui, malgré les grandes difficultés rencontrées ces dernières années, poursuivent leur engagement. Les créations de la Parabole des papillons et d’Ouvert ! ont permis l’implication des habitants de ces quartiers dans le Festival. Ainsi, la FabricA ancre-t-elle un peu plus encore le Festival dans son territoire, avec lequel les liens se sont resserrés depuis l’implantation à Avignon de sa direction en 2004, puis de l’ensemble de son équipe permanente quelques années plus tard.

Conjointement à cette inscription dans son territoire, ces trois dimensions – lieu de création du théâtre et de la danse contemporaine, place et rôle du spectateur, forum professionnel – ont été au cœur du projet mené depuis dix années par Hortense Archambault et Vincent Baudriller.

Si le Festival d’Avignon occupe la place qui est aujourd’hui la sienne en matière de création contemporaine, c’est aussi grâce à l’engagement des artistes qui le font, édition après édition, et notamment à celui des artistes associés, comme en atteste le succès du programme Des artistes un jour au Festival.

Les multiples actions engagées au fil des années pour associer le spectateur au processus de la création contemporaine et lui faire partager ses risques ont, sur la durée, porté leurs fruits. Le public est de plus en plus présent au rendez-vous : à jauges offertes équivalentes, la fréquentation moyenne a atteint, sur la dernière décennie, le taux inédit de 91,6 % (le taux de fréquentation de la décennie précédente s’élevait à 78,8 %). Le public s’est rajeuni : l’âge moyen du festivalier est aujourd’hui de 40 ans, soit cinq ans de moins qu’en 1996, et la part des tarifs jeunes est passée de 6 % en 2002 à 11 % en 2013.

Permettre de découvrir le théâtre à des personnes qui deviendront peut-être des spectateurs est depuis toujours l’une des missions essentielles du Festival. Celle-ci s’est notamment poursuivie à travers deux opérations initiées dès 2004 : Lycéens en Avignon, qui a accueilli cette année 770 lycéens et professeurs originaires de 13 régions françaises, accompagnés par les Ceméa et le Festival et, par ailleurs, le partenariat avec le centre pénitencier Avignon-Le Pontet, qui permet chaque année à des détenus de découvrir le Festival et ses artistes. S’appuyant sur de nombreux relais et associations, des traversées du Festival ont également été proposées à des personnes qui pourraient penser qu’il ne s’adresse pas à eux.

En constante progression ces dix dernières années, la présence des directeurs des grands festivals et institutions théâtrales du monde entier comme celle de nombreux représentants de la presse étrangère a notablement renforcé le rôle de prescripteur du Festival d’Avignon sur la scène internationale.

Hortense Archambault et Vincent Baudriller quitteront la direction du Festival d’Avignon le 31 août.

Olivier Py leur succédera le 1er septembre.

Le Festival poursuit son histoire, toujours en mouvement.

Recueilli par

Les Trois Coups

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher