Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 20:23

Annette en miettes


Par Michel Dieuaide

Les Trois Coups.com


À l’écriture, Fabienne Swiatly. À la mise en scène, Nicolas Ramond. Avec « Annette », la compagnie Les Transformateurs propose un spectacle intelligent et sensible qui aborde le thème du handicap. À l’œuvre, deux comédiennes et un musicien pour un parcours théâtral bouleversant, non dénué d’humour.

annette-615-2 les-transformateurs sebastien-erome

« Annette » | © Sébastien Erome

De sa naissance à sa disparition, le spectacle accompagne des instants de vie d’une jeune handicapée. Alternant des scènes qui retracent des situations quotidiennes et des échappées allégoriques. Du berceau à l’hôpital, Annette muette avance vers la mort inéluctable. Sa mère, son père, son frère, courageux et faibles à la fois, recherchent désespérément la possibilité de communiquer avec elle. Autour d’elle s’agite aussi, impuissant et cynique, le monde médical. Au-dessus d’elle, s’ils ont jamais existé, les dieux paresseux et irresponsables affichent leur lâcheté. Entre souffrance et apaisement, Annette, otage d’elle-même, brisée comme un miroir, s’impose malgré tout comme une personne authentique qui force le respect.

Fidèle à sa démarche de théâtre expérimental, Nicolas Ramond, qui a le désir permanent de combiner tous les langages possibles, jongle avec les mots, le jeu des comédiennes, la musique, la vidéo, les masques. La fluidité et l’intelligence de sa démarche ne déroutent jamais le spectateur. Coulisses découvertes et dispositif scénique modulable donnent tout à voir : l’interchangeabilité des personnages, les changements de costume, la circulation des accessoires, l’élaboration en direct de la musique. Cette mise à nu généralisée a le très grand mérite de rendre le public lucide, d’éviter le pathos. De très belles scènes naissent de ce parti pris : la cruelle visite chez le médecin, l’amour fusionnel entre la mère et la fille, la douloureuse tension entre frère et sœur, l’heureux voyage en auto conjuguant film d’animation et théâtre d’ombres, la rencontre insolite avec une déesse que les humains fatiguent. On pourrait multiplier les exemples qui témoignent de la perspicacité de la dramaturgie et de la mise en scène. Servi par la qualité des mots crus et poétiques de Fabienne Swiatly, Nicolas Ramond maîtrise parfaitement le fonctionnement de son laboratoire théâtral.

« Regardez-moi. N’ayez pas peur. Regardez-moi, ou je n’existe pas. »

De ce spectacle émouvant, il faut aussi retenir la performance des deux comédiennes Charlotte Ramond et Anne de Boissy. Interprétant tous les rôles en changeant de costume à vue, elles investissent notamment le personnage d’Annette avec distance et sensibilité. Dans l’ample robe jaune, sorte de housse impuissante à cacher le dehors abîmé d’Annette, toutes deux brisent leur corps, leur respiration, leur voix avec pudeur et justesse. Leurs mains tétanisées, leurs regards perdus, déchirent le cœur. À d’autres moments, elles sont capables d’humour et de drôlerie, Charlotte Ramond, en mère d’Annette fière de sa progéniture ; Anne de Boissy en incarnation surprise de sédatifs ! Masquées l’une et l’autre pour raconter au spectateur quelques blagues provocantes sur les handicapés. Pari réussi donc pour les deux interprètes capables de nous bouleverser et de nous détendre en s’investissant magnifiquement dans un contenu théâtral à haut risque.

Bien que soutenu par de nombreuses institutions théâtrales, qui ont participé à sa production, Annette attend de voir se remplir son planning de tournée. C’est urgent pour Nicolas Ramond et ses compagnons. Leur réalisation formidable d’engagement et de justesse le mérite : un sujet fort, une écriture contemporaine, une mise en scène inventive, des actrices superbes et, à ne pas oublier, une musique prenante de Sylvain Ferlay. 

Michel Dieuaide


Annette, de Fabienne Swiatly

La compagnie Les Transformateurs est en convention triennale avec la D.R.A.C. Rhône-Alpes et la région Rhône-Alpes.

Elle est subventionnée par la ville de Lyon. Les Transformateurs sont membres de L’Atelier 26, dispositif d’accompagnement mis en place par la N.A.C.Re.

http://www.lestransformateurs.com

Mise en scène : Nicolas Ramond

Avec : Anne de Boisssy et Charlotte Ramond

Musique : Sylvain Ferlay

Scénographie : Benjamin Lebreton

Costumes : Cissou Winling

Lumières : Yoann Tivoli

Production : Les Transformateurs

Coproductions et résidences :  Théâtre de Vénissieux, Théâtre national populaire, Nouveau Théâtre du Huitième-Lyon, La Chartreuse, C.N.E.S. Villeneuve-lès-Avignon, espace Malraux scène nationale de Chambéry

Théâtre national populaire • 8, place Lazare-Goujon • 69100 Villeurbanne

Réservations: 04 78 03 30 00

http://www.tnp-villeurbanne.com

Du 12 au 16 et du 19 au 22 février 2013 à 20 h 30

Durée : 1 h 10

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher