Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 00:58

« J’ai retourné ma veste le jour où je me suis aperçu qu’elle était doublée de vison »

 

Déjà vingt ans que le « fumeur de Havane » a traversé les volutes de son cigarillo pour rejoindre le paradis des poètes maudits. Et c’est bien à celui-là que Yorfela et Pauline Fillioux rendent hommage : à ses « années poétiques ». Celles durant lesquelles Gainsbourg n’était pas encore Gainsbarre. De l’espace Pierre-Cardin à l’espace Kiron, on reste littéralement « scotché »…

 

annees-poetiques-615

 

Avec sa voix de velours, Yorfela rend hommage à celui qui disait composer « jusqu’à la décomposition ». Mais il ne s’agit pas de surfer sur une vague ni de profiter de la portée médiatique du bonhomme. Non. L’hommage est sincère et pensé à plusieurs niveaux. Les arts se croisent et le spectacle atteint la complexité du personnage : une actrice (Valérie Stroh) pour dire et nous donner l’Eau à la bouche, une chanteuse (Pauline Ester) qui nous ensorcelle avec la Recette de l’amour fou (entre autres) et un Yorfela qui scande, avec sa guitare magique, les belles paroles du Gainsbourg confidentiel. Ces textes, on les avait presque oubliés. À les (re)découvrir, le plaisir est immense.

 

En attendant le coup de feu de l’avant-première (Pierre Cardin est dans la salle), les spectateurs se pressent autour des « œuvres scotchantes » de Pauline Fillioux. Étonnante cette façon d’immortaliser un peu plus l’homme aux oreilles de chou : « Qui sans amour / Existe ? » (1). De Bardot à Birkin… elles sont toutes là (enfin presque !). Tout juste une dizaine, les plus connues en tout cas. Mais une chose est sûre… le génie n’est rien sans la femme ! Intéressant mélange qui montre que de l’œuvre plastique au texte, il n’y a qu’un pas. L’hommage est singulier, l’homme est bien ressenti.

 

« Et ton corps se penche et s’allonge

Comme un fin vaisseau

Qui roule bord sur bord et plonge

[Ses verges, oups pardon !] (2) Ses vergues dans l’eau. » (3).

 

On ne sera donc pas étonné de retrouver sur scène, au milieu de la sensualité d’un Gainsbourg, la lubricité baudelairienne. Comment ne pas entendre quelques échos du « Prince des nuées » ? Celui qui savait aussi « Aimer à loisir, / Aimer et mourir » (4).

 

Ce spectacle est un beau mariage « Couleur café ». Il est aussi et surtout le fruit du travail d’un jeune artiste bourré de talent. Si Yorfela est encore méconnu du grand public, il est à surveiller de très près ! Au-delà d’un Gainsbourg respiré à la lettre, on retrouve la marque de fabrique du jeune compositeur avec des arrangements aux rythmes suaves et entraînants, d’une bossa-nova ou d’un tango. Et l’équilibre est trouvé : le trio très jazzy qu’il s’est choisi (de premier choix) donne bien le ton à ce Gainsbourg confidentiel.

 

Mais la salle de l’espace Pierre-Cardin est presque trop grande pour rendre cette ambiance feutrée et intime du spectacle. Gageons que celle de l’espace Kiron sera parfaite. Est-il alors nécessaire de dire que le déplacement vaut la peine ?

 

Pour prolonger ces lignes, l’entretien audio de Yorfela et de Pauline Fillioux. Un beau moment à « consommer sur canapé » (5) et à écouter sans modération ! Entretien. (6).

 

Entretien audio, première partie

dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/28/08/82/Mes-mp.3/entretien-yorfela-et-pauline-fillioux-1re-partie.mp3&

 

Entretien audio, deuxième partie

dewplayer:http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/28/08/82/Mes-mp.3/entretien-yorfela-et-pauline-fillioux-2e-partie.mp3&

 

Sheila Louinet

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


1. « Amour sans amour », in Paroles de la chanson.

2. C’est nous qui ajoutons !

3 « Le Serpent qui danse », les Fleurs du mal, Charles Baudelaire.

4. « L’Invitation au voyage », les Fleurs du mal, Charles Baudelaire.

5. En référence à la chanson la Recette de l’amour fou de Serge Gainsbourg.

6. La chanson de Gainsbourg (Quand tu t’y mets) qu’on entend est interprétée par Yorfela, et la prestation au piano est aussi réalisée par… Yorfela (encore !).


Années poétiques, spectacle hommage à Serge Gainsbourg, de Yorfela

www.yorfela.com

Avec : Yorfela, Pauline Ester et Valérie Stroh

Exposition des œuvres de Pauline Fillioux

www.paulinefillioux.com

Piano : Christophe Mazen

Contrebasse : Mauricio Angarita

Batterie : Simon Andrieu

Production : Envie de vous dire…

Avant-première qui a eu lieu à l’espace Pierre-Cardin, le 8 février 2011

Prochaines représentations à l’espace Kiron • 10, rue la Vacquerie • 75011 Paris

Réservation : 01 44 64 11 50

Spectacle tous les lundis à 20 heures, du 7 mars au 23 mai 2011, relâche les 14 mars et 25 avril 2011

12 € | 25 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher