Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 16:23

Fan des sixties


Par Trina Mounier

Les Trois Coups.com


Pour son retour à Fourvière Emmanuel Daumas choisit d’adapter à la scène « Au nom d’Anna », en hommage à Serge Gainsbourg, avec dans le rôle-titre Cécile de France, alias Anna Karina… Reconstitution brillante…

anna-615 loll-willems

« Anna » | © Loll Willems

C’est donc avec ses copains de l’E.N.S.A.T.T. qu’Emmanuel Daumas se lance dans une entreprise audacieuse (il aime les paris, il est vrai), la création d’une comédie musicale à partir du film culte de Pierre Koralnik, dialogué par Jean-Loup Dabadie et mis en musique par Serge Gainsbourg.

Le prétexte, c’est la loi du genre, est mince : dans une boîte de pub, le patron tombe follement amoureux d’une image vue sur les murs et, dès lors, se lance dans une recherche effrénée et dévorante de la femme réelle. Or celle-ci vient d’être embauchée et vit sous ses yeux… qui ne voient rien. Tout cela dans une ambiance surchauffée, déjantée, brouillonne, propre à évoquer la créativité débridée de cet univers… L’image élevée au nom de valeur suprême est ici l’occasion de toutes sortes de travestissements pour Anna / Anna Karina / Cécile de France et d’un large éventail de numéros qui la mènent de la jolie cruche cantonnée aux photocopies au rôle d’icône pop et d’égérie, tout en faisant ses débuts, très réussis, dans la chanson.

Inutile de chercher une quelconque complexité dans les personnages non plus, autre loi du genre, ni dans les dialogues : les spectateurs sont conviés à s’amuser franchement en fredonnant, sous les étoiles de Fourvière exactement, les refrains que pour certains ils connaissent par cœur. Et à admirer ce qui se passe sur le plateau et qui joue à la fois sur une reconstitution précise et rigolote de l’esthétique des années 1960 à travers le décor, les costumes, les coiffures, les couleurs flashy, les danses et sur l’utilisation de techniques scéniques contemporaines : incrustations vidéo, panneaux-miroirs mobiles, duplication d’images, etc. tandis que quatre musiciens interprètent en direct la musique de Gainsbourg. Reste aussi, et surtout, à se régaler de l’interprétation délicieuse de Cécile de France et de sa voie acidulée, de celle de Grégoire Monsaingeon en créatif stressé et hyperactif, drôlissime, des autres comédiens tous au mieux de leur forme et surtout fort bien dirigés par Emmanuel Daumas.

Reste que tout cela, pour être brillant et inventif, convaincra certes les nostalgiques et autres amoureux de la comédie musicale, mais peut aussi sembler un exercice un peu vain dont les ingrédients ne suffisent pas toujours à maintenir éveillé l’intérêt du spectateur de théâtre venu voir une mise en scène d’Emmanuel Daumas. 

Trina Mounier


Anna, adapté du scénario du film Anna, réalisé par Pierre Koralnik

Collaboration au scénario : Jean-Loup Dabadie

Paroles et musiques : Serge Gainsbourg

Adaptation et mise en scène : Emmanuel Daumas

Assistante mise en scène : Manuella Mangalo

Avec : Cécile de France (Anna), Grégoire Monsaingeon (Jean-Claude), Gaël Laveugle (Léopold), Florence Pelly (Marie-Anne) et Crystal Stepherd‑Cross (Anne-Marie)

Chorégraphie : Pierre Rigal assisté de Mélanie Chartreux

Scénographie : Saskia Louwaard et Katrijn Baëten

Lumières : Bruno Marsol

Costumes : Alexia Crisp-Jones

Vidéo : Romain Tanguy

Graphismes et images animées : Mrzyk et Moriceau (avec Mathematic)

Collaboration artistique : Olivier Marty et Géraldine de Marjorie

Composition musicale, arrangements, orchestrations et musiques additionnelles : Guillaume Siron et Bruno Ralle

Direction musicale et clavier : Philippe Gouadin

Guitare : Benoît Chanez

Basse : Dayan Korolic

Batterie : Jacques Toinard

Réalisation studio : Baloo Productions

Éditions musicales : Warner / Chappell Music France et Melody Nelson Publishing

Régie plateau : Sébastien Revel (avec le concours des équipes techniques des Nuits de Fourvière)

Production : Jean-Marc Ghanassia (C.P.M.) ; Labelfabrik

Coproduction : Théâtre du Rond-Point, Paris ; Les Nuits de Fourvière / département du Rhône ; Théâtre communautaire d’Antibes ; Théâtre Royal de Namur (Belgique) ; Grand Théâtre d’Aix-en-Provence ; La Ferme du buisson, Noisiel

Nuits de Fourvière

Du 29 juin au 2 juillet 2013 à 22 heures

Durée : 1 h 40

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher