Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 15:32

La quintessence d’un groupe mythique


Par Jean-François Picaut

Les Trois Coups.com


Voici un coffret qui va ravir plus d’un amateur du Cuarteto Cedrón. En cinq C.D., on nous présente en effet sept albums originaux sur les trente‑six produits par le légendaire groupe argentin. Affûtez vos oreilles.

juan-cedro n-615 jean-barak

Juan Cedrón | © Jean Barak

Quand le groupe animé par Juan Cedrón s’installe à Paris, le Cuarteto Cedrón a déjà dix ans d’existence en Argentine où il s’est d’abord fait connaître en trio. Ce n’est pas un inconnu en France, car, l’année précédente, il a fait sensation à la Fête de l’Humanité en y interprétant sa cantate le Chant du coq, premier album de cette remarquable anthologie publiée sous le titre Anclao en París. L’auteur de ces lignes en a gardé le souvenir intact jusqu’à ce jour, et ce n’est pas sans émotion qu’il a retrouvé, dans le premier C.D. de ce coffret, ce Del gallo cantor qui a tant tourné sur sa platine qu’il en est tout usé. Ces strophes à la poésie violente qui chantent la résistance à la dictature argentine du général Lanusse (1971-1973) et célèbrent les martyrs de Trelew (août 1972), le grand Paco Ibañez leur prête sa voix à côté de celles de Juan Cedrón et de Jorge Sarraute, et ce sont tous les combats qu’il a menés contre une autre dictature plus proche qui y résonnent.

Chances (1977), la seconde cantate qui figure aussi sur ce premier C.D. allie également la poésie et la politique : « La poésie est une arme chargée de futur », comme le chante Paco, d’après Gabriel Celaya. C’est donc tout à fait logiquement qu’on y retrouve des paroles et des accents de combat. Les évènements qui ont inspiré les deux œuvres appartiennent au passé, mais le message humain qu’elles transmettent est resté actuel.

Le deuxième disque nous présente des chansons moins âpres avec Chansons d’un pays quelconque (1981) et le Cheval du manège (1978). On ne saurait présenter en une seule chronique une carrière aussi longue et aussi engagée. Ce qu’on souhaite faire ici, c’est vous engager à fréquenter assidûment cette anthologie qui comprend aussi Chansons traditionnelles d’Argentine (1980), Faubourg sauvage (1982) et Tango primeur (1990).

Toute l’œuvre du Cuarteto Cedrón ou presque est consacrée à la mise en valeur du patrimoine musical argentin et du tango en particulier. Sans aucune afféterie, ils pratiquent un tango dépourvu de paillettes, un tango qui parle parfois la langue des bars mal famés et des mauvais garçons. Le groupe se tient en effet le plus souvent au plus près de la langue et de la musique populaires Mais les musiciens du Cuarteto, comme leur ami Paco Ibañez, sont aussi de formidables poètes et passeurs de poésie. Ils ont chanté les poètes de leur pays comme Raúl González Tuñón, Luis Alposta, Francisco Urondo, Miguel Ángel Bustos, des poètes hispanisants d’autres pays tels qu’Antonio Machado, Federico García Lorca et César Vallejo, mais aussi Bertolt Brecht, Dylan Thomas, etc.

S’il y a un reproche à faire à cette anthologie, c’est de n’avoir pas reproduit le texte des cantates ni présenté chacun des albums présents. C’est d’autant plus regrettable que le livret trilingue de 76 (français, espagnol, anglais) est vraiment intéressant. Cependant, l’essentiel demeure. Voilà une anthologie très soignée et au son très léché. En tout cas, on ne peut écouter le Cuarteto Cedrón (et surtout le voir en scène) sans être saisi par une grande émotion. 

Jean-François Picaut


Anclao en París, par le Cuarteto Cedrón

Un coffret de cinq C.D. et un livret Le Chant du monde / Harmonia mundi

Le Cuarteto Cedrón originel est composé de : Juan Cedrón (chant et guitare), César Strosció (bandonéon), Miguel Praino (alto), Carlos Carlsen (basse et violoncelle), et il s’y joint parfois Jorge Sarraute (contrebasse)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans C.D.-D.V.D.-Album musique
commenter cet article

commentaires

Rechercher