Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 21:21

Du rire aux larmes


Par Delphine Padovani

Les Trois Coups.com


Le théâtre La Vignette accueille Sanja Mitrović, artiste serbe installée aux Pays-Bas. Elle propose une histoire des larmes courte et plutôt drôle, a contrario de la pompeuse épopée du Flamand Jan Fabre *… Un spectacle à double détente, qui mérite le coup d’œil.

a-short-history-of-crying-615 stand-up-tall-productions

« A Short History of Crying » | © Stand up Tall Productions

Dans A Short History of Crying, Sanja Mitrović mène l’enquête afin de comprendre pourquoi et comment pleure-t-on. Prenant appui sur sa propre histoire, elle relate les évènements qui l’ont émue aux larmes. Elle s’interroge aussi sur les difficultés qu’elle éprouve désormais pour exprimer physiologiquement ses émotions. Partagée entre ses souvenirs des Balkans, son quotidien aux Pays-Bas et l’image des États-Unis qui lui parvient – comme à tous les Européens – par médias interposés, elle suppose que chaque culture pleure et considère le fait de pleurer à sa façon.

Pour illustrer son propos, à mi-chemin entre la conférence et le stand-up, la jeune femme se livre à une série d’exercices censés provoquer les larmes, tant attendues. Des secousses corporelles filmées en gros plan au défilé de photographies personnelles, sans oublier les chants traditionnels et les discours complaisants, tout y passe. Autant de mises en situation qui détournent le spectacle du sujet, pour délaisser la question insondable des causes et des conséquences d’un mécanisme universel, au profit d’une réflexion impertinente sur la mise en scène de nos pleurs.

L’interprète se méfie des clichés comme de la peste

Exploitant les codes du théâtre documentaire, Sanja Mitrović déballe une collection d’images rapportées d’un voyage en Serbie, agrémentée de quelques films d’archives. Jouant aussi avec les ficelles du music-hall, elle interpelle l’équipe technique pour modifier le volume de la bande-son, change d’accessoires à vue pour camper fissa une galerie de caricatures, invite le public à participer activement, qui en chantant, qui en buvant. Mais l’interprète se méfie des clichés comme de la peste. Le terme est d’ailleurs conjuré à plusieurs reprises. Elle prend donc un malin plaisir à désamorcer les propositions scéniques dès qu’elles emportent notre adhésion. L’entreprise documentaire est volontairement faussée par la distance comique et inversement.

Loin d’affaiblir le spectacle, ce procédé en fait tout l’intérêt. À dire vrai, les séquences qui portent sur le passé et les racines de l’artiste sont touchantes, de même que les parties humoristiques sont efficaces. Mais il n’y a rien là de particulièrement remarquable. En revanche, Sanja Mitrović créé vraiment la surprise avec les effets de rupture, qu’elle décline de façon inventive jusqu’au bout de la représentation, qui se conclut – ou plutôt ne se conclut pas – par un faux salut de vraie tragédienne.

Une place disproportionnée aux images vidéo

Si l’on doit exprimer une réserve, ce n’est pas au sujet du mélange des genres, car en soufflant le froid et le chaud Sanja Mitrović attise notre curiosité et stimule notre intellect. C’est plutôt à propos du traitement de l’espace. Composée d’une table de desserte, d’un micro et d’une caméra sur pied et, surtout, d’un grand écran dressé sur le plateau, la « scénographie » offre une place disproportionnée aux images vidéo. La plupart du temps, celles-ci sont simplement diffusées et vaguement commentées. Ce résultat anecdotique est cependant gommé quand l’actrice entre en interaction avec la projection ou quand elle est filmée en direct.

A Short History of Crying montre donc ses limites avec le recours systématique aux images, qui, lorsqu’elles sont banalement projetées et pas suffisamment digérées par la mise en scène, prennent le pas sur les autres éléments de la représentation. Mais en ajustant notre regard à la fréquence de Sanja Mitrović, qui joue sur un mode mineur avec malice et sans prétention, on mesure toute la finesse de son spectacle. 

Delphine Padovani


L’Histoire des larmes, écrit et mis en scène par Jan Fabre, créé à la cour d’honneur du palais des Papes pour la 59e édition du Festival d’Avignon, en 2005.


A Short History of Crying, de Sanja Mitrović

Stand up Tall Productions • Tolhuisweg 2 • 1031CL Amsterdam

Site : www.sanjamitrovic.com

Courriel : info@standuptall.org

Conception, direction et jeu : Sanja Mitrović

Dramaturgie : Felix Ritter, Marija Karaklajić

Scénographie : Laurent Liefooghe

Réalisation : Douwe Hibma

Musique : Evelien Van den Broek, Vladimir Rakić

Lumières : Katinka Marac

Vidéo : Janneke Kupfer

Caméra : Marko Stojmenov, Nadja Leuba

Assistant : Guilio D’Anna, Maya Van den Heuvel‑Arad

Traduction anglaise : Siniša Mitrović

Traduction néerlandaise : Sarah Van Lamsweerde

Technicien : Paul Schimmel

Théâtre La Vignette • route de Mende • 34199 Montpellier cedex 5

Site du théâtre : http://www.theatrelavignette.fr/

Courriel de réservation : resa.theatre@univ-montp3.fr

Réservations : 04 67 14 55 98

Mardi 4 décembre 2012 à 20 h 30, mercredi 5 décembre 2012 à 19 h 15

Durée : 1 h 20

12 € | 8 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher