Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 18:08

« Simplement compliqué »,

de Thomas Bernhard

 

Texte français : Michel Nebenzahl

© L’Arche 1988

Les 16 et 17 mars 2007 à 20 h 30

Création 2007

Théâtre des Ateliers à Aix-en-Provence

 

Mise en scène : Alain Simon

Dramaturgie, théâtre d’objet : Christian Carrignon

Assistant : Bernard Cohen

Décor : Jacques Brossier

Lumières : Syméon Fieulaine

Avec : Alain Simon

Production Théâtre des Ateliers d’Aix-en-Provence


Le projet artistique de la compagnie, après le parcours de la parole limite avec Manque de Sarah Kane, Paloma d’Aline Schulman, et le Drame dans la langue française de Valère Novarina, est de continuer à explorer les limites de la parole au théâtre soit par son excès, soit par son absence.

Je souhaite construire le pont entre texte et écriture scénique, avec une importance donnée aux paroles qui ne relèguent pas les acteurs à la performance de leur prononciation, et trouver les moyens de travailler cette parole silencieuse parallèle à la parole transmise par la voix : la présence, celle des acteurs bien sûr, mais aussi celle du décor, celle des objets, du lieu de la représentation…

Je souhaite continuer à collaborer avec des plasticiens, des chorégraphes des musiciens, des marionnettistes, les artistes du théâtre d’objets… en particulier, pour cette création du texte de Thomas Bernhard, j’ai demandé à Christian Carrignon de participer à ce projet pour la scénographie. Il travaillera sur le parcours du personnage dans sa relation aux objets et au lieu. Il apportera cette dimension essentielle pour moi, celle d’une présence de l’écriture scénique qui ne soit pas subordonnée au texte.

Alain Simon

 

Thomas Bernhard, l’auteur

Thomas Bernhard passe une grande partie de son enfance à Salzbourg auprès de son grand-père maternel. C’est l’époque du nazisme triomphant et le début de l’enfer pour Thomas Bernhard. En 1943, son grand-père le place dans un internat à Salzbourg, où il vivra la fin de la guerre. Atteint par la tuberculose, Thomas Bernhard est soigné en sanatorium, expérience qu’il inscrira dans sa production littéraire. Il voyage à travers l’Europe surtout en Italie et en Yougoslavie. En 1952, il travaille comme chroniqueur littéraire au journal Demokratisches Volksblatt. Il étudie, à l’Académie de musique et d’art dramatique de Vienne ainsi qu’au Mozarteum de Salzbourg. Son premier grand roman Gel paraît en 1963, il le fera connaître hors des frontières et obtiendra de nombreux prix.

Par la suite, Thomas Bernhard se consacre davantage à des œuvres théâtrales. En 1970, Une fête pour Boris remporte un grand succès au Théâtre allemand de Hambourg. Il écrit un cycle de cinq œuvres autobiographiques qui paraîtront entre 1975 et 1982 : L’Origine, la Cave, le Souffle, le Froid, Un enfant. En 1985, le Faiseur de théâtre, véritable machine à injures, causera un grand scandale en Autriche. Mais c’est avec Heldenplatz, son ultime pièce, que Thomas Bernhard s’attirera le plus d’ennuis. La pièce s’attaque une fois encore à l’hypocrisie autrichienne, au fanatisme et aux méfaits qui en résultent.

 

Recueilli par

Les Trois Coups


Théâtre des Halles • 4 rue Noël-Biret • 84000 Avignon

Renseignements : 04 90 85 52 57

Télécopie : 04 90 82 95 43

Réservations : 04 32 76 24 51

theatrehalles-cie.timar@wanadoo.fr

www.theatredeshalles.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher