Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 16:28

Des textes sublimes


Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


Bernard Lavilliers a chanté son ami Ferré. Il ne fera que dix concerts au total, car, dit-il, « je ne me ferai pas de l’argent sur le cercueil de Léo ». Dont acte. L’Opéra-Théâtre d’Avignon faisait partie des élus ce vendredi 6 octobre 2006.

lavilliers300.jpgBien sûr, j’ai reconnu tout de suite les textes sublimes de Léo Ferré. Cette façon extraordinaire qu’avait le poète de faire des enfants magnifiques à la langue française. Tout en sachant que, pour le rebelle à la crinière d’argent, la musique en est indissociable, car « la langue ne prend son sexe qu’avec la corde vocale ».

Que ce soit les Poètes, la Bohème, la Mélancolie (ce « désespoir qu’a pas les moyens », Thank you Satan, C’est extra, Monsieur William, l’Affiche rouge, Avec le temps, Ostende, Merde à Vauban… (toutes reprises par Lavilliers pendant le concert avec des réussites diverses), nous savons immédiatement que nous avons affaire à un grand, à un très grand de la chanson française. Pour qui a une intelligence et une sensibilité un peu raffinées, c’est une évidence.

Maintenant, Lavilliers est-il à la hauteur de ce niveau quasi insurpassable ? Oui et non. Sur le plan du respect du travail de Léo, il s’en tire très bien, même si j’estime son jeu de scène parfois empreint d’un peu de cabotinage. Sur le plan de l’émotion pure, je trouve son interprétation un peu en deça. J’ai eu l’impression d’un grand professionnel qui « assurait » de manière irréprochable, mais qu’il manquait quelque chose. Un supplément d’âme, peut-être… 

Vincent Cambier


Lavilliers chante Ferré, de Léo Ferré

Opéra-Théâtre d’Avignon et des Pays de Vaucluse

place de l’Horloge • B.P. 111 • 84007 Avignon cedex 1

04 90 82 81 40

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher