Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 19:28

« Paroles d’insectes »

 

Soleil vert (association Pile et Face) présente « Tout doit disparaître n° 3 », une performance conçue par Laurent de Richemond les dimanches 1er et 8 octobre 2006.

 

Ouverture des portes à 14 heures, fermeture des portes à 21 heures

Entrée libre | sortie libre

Il est vivement conseillé de venir tôt, car le nombre de places est limité

à La Compagnie

19, rue Francis-de-Pressensé • 13001 Marseille

Métro Colbert ou Jules-Guesde

Tél. : 04 91 90 04 26

www.la-compagnie.org

 

– Matière textuelle : Arno Calleja

– Travail vidéo : Nicolas Martin

– Travail scénographique : Guillaume Amiard et Zeynep Perinçek

– Performeurs : Guillaume Amiard, Édith Amsellem, Jonathan Bidot, Arno Calléja, Cristiano Carpanini, Christophe Chave, Olivier Chevillon, Sériba Doumbia, Pascal Farré, Pascale Giaj, Anne-Claude Goustiaux, Marianne Houspie, Éric Houzelot, Laurence Janner, Julia, Karine Jurquet, Atsama Lafosse, Jean-Noël Lefêvre, Thomas Moch, Jocelyne Monnier, Anne Naudon, Peggy Péneau, Zeynep Perinçek, Pascale Pilloni, Paul-Emmanuel Odin, Thierry Raynaud, Laurent de Richemond, Sandrine Romel, Mélanie Rullier, Jean-Marie Sanchez, Laurent Vignaux

 

Création Dansem 2006 à l’issue d’une résidence de recherche à La Compagnie

Coproduction Soleil vert | La Compagnie | L’Officina

 

Paroles d’insectes est la troisième performance du projet « Tout doit disparaître » initié en 2004 par Laurent de Richemond, metteur en scène rompu aux formes théâtrales singulières, ouvertes aux frottements des disciplines.

 

Le visiteur est invité à venir explorer un espace – grotte métaphorique, territoire souterrain – dans lequel seront exposés des êtres, vivant sept heures durant une temporalité suspendue. À venir perdre son temps dans cet endroit où le temps n’est plus le même, et où le silence résonne et respire, tout autant que les bavardages infinis…

 

« On parle pas on boucle on pense pas on répète on parle pas on écoute on écoute la boucle qui tourne en nous on fait le tour et boucle la parole à son trou on boucle le trajet de parole à la bouche d’où il sort on macère dans une matière qui vit de nous une matière de pensée qui vit de nous qui est une matière qui parle pour nous et elle se boucla nous et elle tourne en nous et c’est pourquoi on est rond et c’est comme ça qu’on commence on commence en rond et quand ça tourne bien c’est qu’on commence à parler et qu’on commence à macérer dans une matière parlante une boule tourne et c’est nous on est dedans. »

Arno Calleja

 

Dans cet espace, il s’agit de venir écouter. Écouter des corps parlants. Les parleurs donnent corps à leur parole. Tels des insectes, ils parlent comme ils mangent, se nourrissant de mots. Ils ont toujours parlé, ils parleront toujours. Ils n’ont rien à nous dire, ils parlent pour eux-mêmes, où plutôt quelque chose parle en eux. Ils parlent du fond des âges, ils parlent aux temps lointains, ceux du passé, ceux de demain, et vivent le présent comme un espace de résonance éternelle. Le corps intime et solitaire de ces paroles étranges, écrit le corps collectif et culturel d’une langue étrangère.

 

Et autour de la performance Paroles d’insectes :

SORTIE DE DISCOURS

Jeudi 12 octobre 2006 à 18 h 30

La Compagnie propose un temps de rencontre et de réflexion commune entre le public et toute l’équipe de Paroles d’insectes.

 

Présentation de Sortie de discours

 

Recueilli par

Les Trois Coups


Soleil vert (association Pile et Face) • 17, rue Francis-de-Pressensé • 13001 Marseille

Tél. 04 91 90 56 18

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher