Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 02:12

Édito

 

Né à l’âge de pierre, quand un sorcier se couvrit d’une peau de bête et d’un masque afin de se transcender en esprit chasseur, nourri depuis lors au sein des mythes fondateurs de notre civilisation, le théâtre semble aujourd’hui un fossile en face des nouvelles technologies au service des divertissements.

 

Dans cette époque séculière où nous vivons, particulièrement en Occident, le logos (la pensée rationnelle) a depuis des décennies entrepris son travail d’érosion sur le mythos (la pensée intuitive), éliminant peu à peu de nos sociétés le jeu des symboles et du sacré, individualisant à l’extrême nos inquiétudes en face de l’existence, organisant pour la plupart d’entre nous un questionnement solitaire dans notre quête de sens.

 

Aujourd’hui, les idées circulent moins que les produits, les paroles moins que les S.M.S., et l’information bien plus que la fable.

 

Le théâtre que nous aimons n’est pas l’endroit du réalisme, où le cinéma en général montre toute sa supériorité, ni celui de la drôlerie exclusive, que la télévision pratique avec un appétit d’ogre.

 

De la situation théâtrale, qu’elle soit fiction ou récit, peut naître un personnage porteur de nos incertitudes, parfois un héros qui nous ressemble, quelquefois un mythe, c’est-à-dire une représentation universelle de nos ressentis.

 

Dom Juan et Don Quichotte sont de ces personnages qui appartiennent à toutes les époques ; ils seront joués au Théâtre de Bligny en cette troisième saison, remodelés par les auteurs et démiurges d’aujourd’hui.

 

Le théâtre est ce creuset d’intuitions plus que n’importe quelle discipline artistique, parce qu’il est le seul des arts à proposer une expérimentation créative et vivante du temps présent, qu’il est la voix mêlée du sensible et de la raison, de la tradition et de la modernité, et qu’à travers toutes les nuances de ses langues inventées, il tente de nous rendre compréhensible et acceptable le monde des hommes.

 

Et s’il se trouvait qu’un jour nulle technologie ne soit plus opérationnelle sur Terre, il est probable que, çà et là, l’histoire de l’humanité se jouerait encore sur quatre planches et deux tréteaux, pour perpétuer et réinventer notre attachement aux mythes et au sacré.

 

Recueilli par

Vincent Cambier

www.lestroiscoups.com


Théâtre de Bligny

Hôpital de Bligny

91640 Briis-sous-Forges

Réservations et renseignements : 01 69 26 10 39

Télécopie : 01 64 90 51 06

www.theatre-de-bligny.com

info@theatre-de-bligny.com

Théâtre du Menteur

www.theatre-du-menteur.com

admin@theatre-du-menteur.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher