Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 00:28

Programme 2006-2007
du Théâtre de Bligny

 

• l’Encens et le Goudron, de Violaine de Carné et Marie-Paule Ramo

Mise en scène : Marie-Paule Ramo et Violaine de Carné

Distribution en cours

Sommes-nous les mots que nous prononçons ?

Quel rapport entretenons-nous avec notre odorat, qui est pourtant le premier sens dont nous sommes pourvus à la naissance et le grand animateur de l’ambiance affective dans laquelle nous nous constituons ?

Est-ce que plus on parle et moins on sent ?

Explorer le monde des odeurs, se laisser envahir par les émotions qu’elles déclenchent, se plonger dans l’univers qu’elles évoquent.

Et, parce qu’il n’y a pas de « normes » olfactives, nos sensations, nos réactions, nos impressions témoignent de nos différences : notre histoire se raconte par nos odeurs, celles qui font ressurgir les souvenirs, les mots perdus ou oubliés.

Samedi 21 octobre 2006 à 20 h 30

 

• Cette fois-ci, c’est la bonne !, de Stéphanie Djoudi

Avec : Stéphanie Djoudi

Partenaire : La Règle du jeu

Avec ce spectacle, Stéphanie Djoudi souhaite donner à Monique – c’est le nom de son clown – l’occasion de s’exprimer pleinement. Montrer qui elle est vraiment : ses rêves, ses désirs, ses colères, ses dépits, ses joies, ses angoisses… Et elle en a beaucoup ! C’est sa nature. Mais ils ne sont pas toujours en phase avec la réalité, et des situations comiques, voire catastrophiques en découlent.

Différentes disciplines artistiques se croiseront et se mêleront, et la danse y tiendra une place importante. « C’est le jour où Monique a passé l’audition de sa vie… »

Mardi 14 novembre 2006 à 15 h

 

• Sermons joyeux

De la lente corruption des âmes dans la nuit tombante, de Jean-Pierre Siméon

Mise en scène : Christine Berg

Avec : Michel Boy

Une table avec des victuailles.

C’est la table qu’on a laissée pour raccompagner les amis, ceux avec qui on a partagé de bonnes choses ce soir…

Il reste encore quelques vestiges de la fin du repas : du cognac, des fruits, du café, des chocolats, du vin.

Et surtout le souffle bruissant de toutes les paroles échangées, des énergies présentes.

L’homme qui est là ne peut pas dormir ; c’est un homme en colère. Il n’est pas triste, au contraire il exulte.

Alors, tandis que la nuit s’avance, il partagera encore, avec les spectateurs cette fois, ces nourritures, les terrestres et les spirituelles.

Il faut bien dire avant qu’on ne le fasse pour nous.

Vendredi 17 novembre 2006 à 20 h 30

 

• Atchi-Atcha, de Francine Vidal

Écriture et mise en scène : Francine Vidal

Jeu et danse : Sophie Fraîchefond, Geneviève Motard

Atchi-Atcha, c’est l’histoire de ces deux personnages qui se rencontrent autour d’un grand morceau de tissu. Cette rencontre sera l’occasion d’une exploration de l’univers du corps et de comment s’articulent en chacun d’entre nous l’animal, l’humain et le divin.

Chanté, rêvé, conté, bruité, enjoué et envolé, le texte est fait de rimes, de comptines, chansons et autres onomatopées écrites par Francine Vidal, et inspirées des rythmiques de la danse indienne (Barata Nathyam).

La musique, faite en direct de claves et de clochettes, se mêlera aux voix des deux comédiennes danseuses.

Une recherche particulière autour des matières, du tissu, des costumes et des tapis développera douceur et fluidité, et permettra une mise en valeur du jeu des formes du corps.

Dimanche 26 novembre 2006 à 16 h

 

• La Thébaïde ! Fils d’Œdipe !, d’après Racine et Sophocle

Adaptation et mise en scène : Claude Bonin

Avec : Marie Delmarès, Bénédicte Jacquard, Sylvain Machac, Yohann Matteo Albaladéjo, Serge Poncelet

On ne joue pas la tragédie, on la rejoue. La tragédie est un jeu de société qui engage acteurs et spectateurs dans une partie sans fin.

Sans fin puisqu’on y joue depuis des millénaires.

Fidèles à Aristote, nous ne toucherons pas au mythe.

Nous emprunterons à celui-ci le sujet suivant : il était une ville, en un temps reculé, où la famille régnante était frappée d’une tendance irrépressible à posséder le pouvoir et les cœurs, fût-ce au prix du parricide et de l’inceste.

Pour conter ce sujet, nous jetterons dans nos forges la Thébaïde de Racine et Antigone de Sophocle.

Dimanche 10 décembre 2006 à 16 h

 

• Blogosphère, d’Adrien de Blanzy

Texte, mise en scène et chorégraphie : Adrien de Blanzy

Dansé par Marie Rual et Gaël Rougegrez

Joué par Guillaume Durieux

Blogosphère s’intéresse à la notion de réseau virtuel, et met en parallèle un blog et la cellule d’un corps humain. Si le Web était un corps, à quoi ressemblerait un seul de ses 19,2 milliards de documents ?

Blogosphère tente ainsi d’incarner le réseau, en imaginant le pendant réel de chaque élément virtuel d’un blog. Dans cet univers où le virtuel devient réel, le blog se matérialise dans un espace clos, traversé par l’énergie du réseau devenue danse. Les chorégraphies absorbent la matière du blog et l’emportent dans un voyage d’énergie pure, qui explore les résonances du texte sur le corps.

Samedi 20 janvier 2007 à 20 h 30

 

• Passages à niveaux non gardés

Le Théâtre du Reflet démarre sa recherche sur le passage à l’art de textes scientifiques : passer de la science à l’art est un exercice délicat.

Cette soirée sera une première rencontre entre des personnes du monde scientifique et du monde artistique sur le thème : « Comment écrivez-vous, vous ? ».

L’ébauche d’un travail théâtral à partir d’une thèse de médecine sera confrontée au livre d’un auteur en résidence dans un hôpital.

Une petite forme légère de spectacle vivant conclura la soirée.

Échange, dialogue et contradiction seront présents.

Vendredi 26 janvier 2007 à 20 h 30

 

• Dom Juan 007, d’après Molière

Conception et mise en scène : Nicole Charpentier, Christian Chabaud

Interprétation : Michel Aymard, Philippe Angrand, Christian Chabaud

Le texte de Molière est joué par un comédien et deux marionnettistes.

Sganarelle, serviteur de son état, connaît tous les tours de son maître, le grand séducteur. Il est interprété par un comédien, homme de notre temps, pauvre de condition, irrémédiablement obligé d’accompagner le dominateur Dom Juan. Ici, celui-ci est à la fois marionnette sautillante du guignol populaire et figure hiératique inspirée du bunraku japonais. Les autres personnages, tous marionnettes, sont figurés, selon leur statut social, par l’un ou l’autre genre. L’esthétique du spectacle souligne la confrontation du monde dominateur des faux-semblants et des trompe-l’œil avec celui de la quête permanente de survie…

Vendredi 16 février 2007 à 20 h 30

 

• Sirène, si roi, d’après Hans Christian Andersen

Chorégraphe : Sophie Mathey

Adaptation du texte : Sophie Mathey et Philippe Borrini

Comédien : Philippe Borrini

Danseurs (en cours) : Philippe Reinaldos, Mélisande Carré, Sophie Mathey

Trois femmes et un homme se retrouvent chez Philippe. Ils ont rendez-vous.

Chacun apporte son histoire. On allume la lampe, on s’installe autour de la table. Prenez un siège.

Philippe a préparé une histoire de femme-poisson : histoire cruelle d’une amoureuse absolue.

Dehors c’est le couvre-feu, c’est dangereux, on doit rester enfermé ensemble avec cette histoire…

Impossible de sortir. Il faut passer le temps, franchir la porte, il paraît que le rêve est une autre vie, oui alors parlons-en !

Jeudi 1er mars 2007 à 15 h

 

• le Temps qu’il nous reste, d’Olivier Gosse

Mise en scène : Didier Perrier et Olivier Gosse

Interprétation (en cours) : Jacques-Henri Fabre, Renata Scant

Six personnages en proie aux bonheurs et vicissitudes du quotidien.

Une écriture sèche, vive, sans artifices.

Loin de l’hyperréalisme télévisuel, quelque chose de cinématographique.

Suffisamment de non-dit pour donner à lire entre les lignes.

Une construction en histoires parallèles, ne livrant pas d’emblée sa solution.

Un montage discontinu où les personnages apparaissent et disparaissent, en chassé-croisé.

Une spirale inexorable, en pente douce.

Une tragédie qui se voudrait légère.

Samedi 17 mars 2007 à 20 h 30

 

• La première fois que la nuit est tombée, de François Chaffin

Deuxième opus de « Trois utopies pour un désastre », triptyque de théâtre-oratorio initié par Crocodile OPA

Auteur en scène : François Chaffin.

Jeu et chant : Serge Barbagallo, Thierry Barthe, Fanny Chevallier, Stéphanie Constantin, Virginie Peres

Dieu est-il encore dans le coup ? Est-il aujourd’hui encore une option possible à notre quête de sens en ce monde vidé peu à peu de ses mythes originels au profit d’une rationalité ultra productive ?

Et les Églises sont-elles encore légitimes pour exiger le monopole de la foi ? D’où vient cette violence qui conclut si souvent le message d’amour et de compassion ? Alors aujourd’hui que croire ? Comment croire ?

La première fois que la nuit est tombée tente de mettre en images, en cris, murmures et chants, les liens d’amour et de haine qui assemblent depuis l’aube des temps l’humanité avec le divin, le désir avec la foi, le sacré avec le réel…

Jeudi 29 mars 2007 à 15 h

 

• Orson or not Orson ?, de Filip Forgeau

Texte et mise en scène : Filip Forgeau.

Avec : Julien Defaye, Soizic Gourvil et Hervé Herpe

Deux hommes, une femme. L’un s’appelle Orson. L’autre s’appelle William. Peu importe leur nom de famille, Welles ou Shakespeare. La femme, elle, pourrait s’appeler Ophelia.

Trois personnages sous les feux de la rampe, en prise avec les affres de la création et leurs propres abîmes.

Tiraillés par leurs rêves et leurs cauchemars, leurs projections mentales. Obstinés parfois, et fragiles, souvent.

Et toujours sûrs de rien…

Trois personnages en quête.

En quête d’existence, de reconnaissance (c’est peut-être la même chose ?).

Trois êtres qui tentent d’être.

Qui lancent des bouteilles à la mer, avec des messages dedans. Des messages délavés, souvent.

Vendredi 20 avril 2007 à 15 h

 

• les Retours de Don Quichotte

Auteurs : Gilles Aufray, Jean Cagnard, François Chaffin, Nathalie Fillion, Alain Gautré, Raymond Godefroy

Mise en scène : Sylvie Baillon

Interprètes : Éric Goulouzelle, Olivier Sellier, Luc Herbaut et Audrey Bonnefoy

Six auteurs en quête de figures : celle de Don Quichotte et celle de Sancho Pansa. Le voyage a commencé en juin 2003 avec la mise en scène de Un Don Quichotte.

Six langues, six mondes. Six points de vue sur ces figures chargées de quatre siècles d’histoire. Pour tenter de dire la pluralité des voix dans un monde trop souvent « monoparlé ». Don Quichotte et Sancho comme compagnons, pour ré-apprendre peut-être à rêver, rire de nos mythologies, nous redonner du futur, pour nous tenir debout.

Une actrice, deux acteurs, un tromboniste, des marionnettes pour jouer avec les représentations.

Deux soirées pour envisager cet héritage sous la forme d’un « feuilleton théâtral ».

Jeudi 3 mai 2007 à 20 h 30 et vendredi 4 mai 2007 à 20 h 30

 

• l’Humanité sans la tête, de François Chaffin

Mise en scène : Gersende Michel

Avec : Sandra Macedo, Céline Liger, Jean-Louis Baille, Stéphane Brel, Pascal Decolland, Bernard Montini

Vous avez du temps et des oreilles ? J’ai ce qu’il vous faut, c’est là, dans ma petite boutique à souvenirs…

Attention mes gens, va y avoir grabuge et raffut, ça va swinguer fort dans les chronos, les personnages et les évènements !

Allons, approchez ! Venez découvrir l’homme qui existe à reculons, vous émouvoir de la femme sans nom, hurler avec la valise à grande gueule et maudire le dealer de cartes postales !

Venez, mes gens, c’est fête aux souvenirs, premier amour, pays perdu, enfance, la vie, la mort, tout l’kit, ici, maintenant ! Alors approchez, je vous en supplie, tout est là, dans ma tête, rien que pour vous : des dizaines d’humanités qui ont perdu la boule, et qui se racontent des histoires à vous faire et refaire mille et un mondes !

Dimanche 3 juin 2007 à 16 h

 

• Fait divers

Festival d’art vivant (rencontres amateurs)

Troisième édition du Festival d’art vivant (théâtre, musique et danse), qui permet à des compagnies amateurs départementales de jouer un spectacle sur le plateau de Bligny, et de bénéficier de temps de formation aux arts et techniques du théâtre.

Cette troisième édition accueillera donc six ou sept créations, limitées à vingt-cinq minutes, intégrant sur le plateau des projections vidéo d’images filmées (en amont ou en direct).

Par ailleurs, les spectacles devront, pour seule illustration musicale, utiliser l’œuvre bien connue de Maurice Ravel, le Boléro.

Enfin, contrainte de fond, nous soumettrons à chaque responsable de projet un même fait-divers (relevant d’une actualité récente), en tant que matière première de sa création.

Rencontre entre amateurs et professionnels, entre spectateurs et artistes, cette troisième édition se place une nouvelle fois sous le signe de l’imagination créatrice et de la convivialité, sans négliger le soleil et l’esprit festif !

Dimanche 10 juin 2007 à 14 h

 

Tarif plein : 10 €

Tarif communes partenaires : 8 €

Tarif réduit : 6 € (jeunes de moins de 25 ans, étudiants, demandeurs d’emploi et bénéficiaires du RMI, personnel de l’hôpital, intermittents, adhérents de l’association La Maison Théâtre, familles nombreuses, groupes à partir de 10 personnes)

Tarif solidaire : 3 € (patients de l’hôpital de Bligny)

 

Retrouvez sur notre site Internet toute l’actualité du Théâtre de Bligny : spectacles, programmations exceptionnelles, rencontres, liens et bonus… Sans oublier le bulletin trimestriel, Paroles, cris et chuchotis !

 

Recueilli par

Vincent Cambier

www.lestroiscoups.com


Théâtre de Bligny • Hôpital de Bligny • 91640 Briis-sous-Forges

Réservations et renseignements : 01 69 26 10 39

Télécopie : 01 64 90 51 06

www.theatre-de-bligny.com

info@theatre-de-bligny.com

Théâtre du Menteur

www.theatre-du-menteur.com

admin@theatre-du-menteur.com

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher