Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 1992 5 24 /07 /juillet /1992 15:31

Soirée pas très grasse

 

theatre2-reduit.jpg

 

Le point de départ est certes surprenant. Deux cercueils sont sur la scène. Puis ils s’ouvrent, et nous découvrons leurs deux « habitantes ». À partir de là, celles-ci vont papoter entre deux trains qui passent (la voie de chemin de fer est toute proche). Tout le reste du spectacle dépend de cette situation originelle.


Et tout le problème est là : l’argument de René de Obaldia est extrêmement mince. La surprise passée, j’ai donc de moins en moins ri au fur et à mesure que se déroulaient les échanges verbaux. En revanche, la plupart des spectateurs avaient l’air de beaucoup s’amuser.


Par ailleurs, a priori rien ne justifie l’emploi de comédiens masculins dans le rôle de deux femmes.


Enfin, et c’est peut-être le plus gênant, Jean-Jacques Michelet (Artémise) est bien meilleur, bien plus naturel qu’Olivier Monnot (Babeth), ce qui déséquilibre la pièce. Avec Olivier Monnot, on n’oublie que très rarement qu’on est au théâtre. 


Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Grasse matinée, de René de Obaldia

Mise en scène : Frank Sixdenier

Avec : Jean-Jacques Michelet (Artémise de Brincourt), Olivier Monnot (Babeth Daudet)

Décor : Olivier Monnot

Musique : Patrick Lory

Costumes : Sylvie Chatelin

Lumières : Georges Triangle

Du 10 juillet au 3 août à 20 heures

Le Salon de coiffure • 4, place de la Principale • Avignon

90 82 42 46

Durée : 1 h 10

80 F | 55 F

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher