Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 1995 5 28 /07 /juillet /1995 16:23

Le bel imprécateur

 

theatre2-reduit.jpg

 

Allez écouter un saxo qui a le blues, un accordéon qui miaule et Jean-Marc Le Bihan qui crie. Pourquoi dévoiler le contenu de ses chansons ? Avec un peu d’imagination et d’intelligence, les titres devraient suffire, non ? Le Pavillon des suicidés, Des vieux qui s’aiment encore, la Misère et la Mort, le Rêve, Femme


En revanche, dire l’homme, oui. Il quête l’inaccessible étoile de la Justice. Ce chanteur de rue n’a qu’un credo : défendre les gens sans importance qui ont perdu d’avance. Jusqu’au bout. Quoi qu’il arrive. Même si ça se termine dans un panier à salade. Il est le « client » le plus constant des geôles de Lyon, d’Avignon et d’ailleurs. Il est prié – comme vous ! – de penser en cercle. Vicieux, bien sûr.


Ce chanteur errant, cet imprécateur vagabond, avec la tendresse des poètes indignés, hurle les maux de notre monde. Les infamies quotidiennes. D’où qu’elles viennent. De quelque couleur qu’elles soient. Jean-Marc Le Bihan est un albatros au bec agacé par le brûle-gueule des Khôns et des Salauds. Ce migrateur couillu nous crucifie dans notre mauvaise conscience. Nous repaît de révolte. De beauté aussi. De beauté.


Faut-il mourir pour être libre ? Aux âmes, citoyens ! 


Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Le Cri de ceux qu’on n’entend pas, de Jean-Marc Le Bihan

Espace Perspectives • Avignon

À 12 heures

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

zeneke 13/11/2006 18:20

Et pour retrouver les textes de Jean-Marc : www.jeanmarc-lebihan.com

Rechercher