Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 20:00

Pouvoir et purification
à l’anglaise


Par Marie-Christine Harant

Les Trois Coups.com


Nouveau venu dans le paysage culturel montpelliérain, Christopher Crimes, directeur de l’établissement public à caractère industriel et commercial (É.P.I.C.) du domaine d’O, bouleverse les habitudes. Représentations les lundis et pendant les vacances. Premier invité, le collectif Stan’s Café qui propose une installation et un spectacle très original, « The Cleansing of Constance Brown ». Une performance accomplie par huit comédiens qui interprètent soixante-dix personnages en soixante-dix minutes et sans prononcer un mot. Une réflexion intense sur le pouvoir et la purification. Plus accessible qu’il n’y paraît.

Une jauge réduite : le public n’occupe que la partie centrale de la salle. La scène pratiquement close ne s’ouvre que sur deux mètres, la largeur d’un corridor de quatorze mètres, décor unique de The Cleansing of Constance Brown. Cleansing, qui se traduit par « nettoyage », signifie également « purification ». Les deux acceptions du terme sont déclinées au cours de la représentation. Constance Brown, héroïne du spectacle vient donner le la du spectacle. Dans le premier tableau se croisent un avocat, un gardien, un prévenu menotté, un juge. Rien n’est dit, mais on imagine aisément un palais de justice. Un noir, d’autres personnages entrent en scène : ce sont les préposés au ménage dans un ballet d’aspirateurs et de balais. Le grand nettoyage commence.

Un autre tableau évoque les atrocités de la guerre, il vient s’imbriquer dans une scène évoquant la splendeur royale décadente. Tous ces personnages facilement identifiables grâce à leurs costumes ou à leurs accessoires habitent de part et d’autres du corridor. Ce corridor qui devient le soixante et onzième partenaire. Les comédiens jouent avec lui, ouvrent et ferment ses portes, le franchissent, comme Alice le miroir. La mise en scène de James Yarker s’inspire du cinéma. Plans, cadrages, déplacements, fondus enchaînés épousent les mouvements d’une caméra invisible. On passe d’un climat lourd de thriller à la légèreté d’une comédie musicale, les chants en moins.

On l’aura compris ce spectacle très visuel, intense, immédiat, déroute et séduit. Déroute, le temps de s’installer dans ce théâtre à l’état pur, mais sans texte. Séduit, bien vite. On se laisse guider par Constance dans son itinéraire purificateur. On est ébloui par la performance des comédiens. Un tour de force fascinant. Avec un flegme tout britannique, ils endossent, quasiment en temps réel, des personnages aussi différents qu’un soldat sur un champ de bataille ou un maître d’hôtel dans un palace. Le temps glisse, sans qu’on n’y prenne garde, jusqu’à la dernière pirouette, le passage du public dans les coulisses, où il découvre les dessous de cette aventure. La direction invite d’ailleurs le public à assister à la représentation de cet endroit-là, au milieu des accessoires, car l’action prend place également hors de la scène. Pour être complet, les lumières de Paul Arvidson et les musiques originales de Nina West participent à la réussite de ce spectacle sans parole mais tellement éloquent.

Ne quittez pas le domaine d’O sans être passé par le château, où la même compagnie propose une installation originale. Partant du principe que chaque être vivant peut être représenté par un grain de riz, les artistes ont créé un itinéraire jalonné de tas de riz représentant le nombre de personnes ayant marché sur la Lune, le nombre de morts du sida, les naissances en France… Une méditation ludique et inquiétante qui a pour nom « Of All the People in All the World ». À ne pas manquer. 

Marie-Christine Harant


The Cleansing of Constance Brown, de James Yarker

Compagnie Stan’s Café • Birmingham B12 8 XH • Grande-Bretagne

000 44 (0) 121 236 2273

Site de la compagnie : www.stanscafe.co.uk

Mise en scène : James Yarker

Avec : Alex Alderton, Gérard bell, Raymond Neawe, Jake Oldershaw, Graeme Rose, Fiona Putnam, Craig Stephens, Chris Corcran

Création lumière : Paul Avidson

Création musicale : Nina West

Théâtre d’O • rond-point du Château-d’O • 34000 Montpellier

Réservations : 0 800 200 165

Les 1 et 2 octobre 2009 à 19 heures et 21 heures

Durée : 1 h 10

12 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher