Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 00:22

Le bonbon anglais de Sagan la zazoue


Par Cédric Enjalbert

Les Trois Coups.com


Une des dix rares (et très inégales) pièces de Françoise Sagan, « le Cheval évanoui », créée en 1966, est aujourd’hui reprise avec malice par la Cie Alexandre-Berdat au Théâtre du Nord-Ouest, puis au théâtre Côté cour. Le ton est inimitable, l’interprétation perfectible.

Véritable carte postale d’une époque, cliché Kodachrome à faire pâlir les anthologies et autres histoire culturelles, le Cheval évanoui est un condensé d’époque, un sommet de la vague – nouvelle – qui se lève au milieu des années soixante. Elle a pris son élan dans le monde d’hier et s’écrase sur la plage (sous les pavés) de la révolution de Mai. Les couleurs du cliché ? Une touche d’existentialisme germano-pratin, l’ombre des zazous au fond, du sexe qui déjoue la morale, celle du « monde d’hier », que moque les jeunes d’alors.

Cette morale, c’est celle du bon Henry-James Chesterfield (Yves Jouffroy, pas toujours très à l’aise dans son rôle de fringant baronet), le « perspicace lord anglais des revues féminines », et de sa bien ironiquement nommée Felicity (belle présence de Nicole Gros). C’est aussi celle contredite par l’amoralité du jeune Français cynique aux dents longues, Hubert Darsey (Jeff Esperanza, malicieux et inquiétant), venu épouser la noble et riche Anglaise de la famille : Priscilla (Claudia Taïna). La charmante Coralie (excellente Martha Mailfert, gracieuse et « si française »), soi-disant sœur d’Hubbie, sa fiancée française à vrai dire, les rejoint, histoire de doubler la mise en épousant Bertram (Ludovic Coquin), le fils. Mais c’est le vieux lord qui est séduit.

Cette bataille des anciens et des modernes, match existentiel où « nous avons promis de rester modernes », met en action à force de métaphores et de ludisme avec le langage, d’esprit vivace et de légèreté capricieuse, le jeu de l’amour et du « salopard ». Le salopard, le « salaud » disait Sartre, dit ici Sagan, c’est l’homme qui se cache le fait « qu’il faut être libre de tout pour être libre de soi. Et qu’il ne faut rien supporter, jamais… que la passion ! Parce que, justement, elle, n’est pas rassurante ». La pièce est ainsi un soufflet : elle commence comme un vaudeville, armant les ressorts de l’intrigue, vite déjoués pour laisser place au mélodrame, avant de se finir en comédie légère. Bienséance finale, qui déçoit d’ailleurs quand tout, du style au rythme – tantôt andante, tantôt moderato –, du regard amusé et lucide sur l’amour à l’évocation métaphorique des combats d’une époque, rappelle l’élégante audace de Sagan.

Le décor, simple, est efficace, et la direction d’acteurs joue au mieux de l’espace difficile du Théâtre du Nord-Ouest. Aussi, si le rythme tend à se perdre progressivement, l’énergie des comédiens et leur complicité, ainsi qu’un léger travail sur la dramaturgie (la pièce, trop longue, gagnerait à être raccourcie), devraient pallier ces flottements. Du reste, le jeu perfectible va gagner en souplesse et en assurance avec le temps, assurément. Le bonbon anglais n’en aura alors que plus de saveur ! 

Cédric Enjalbert


Le Cheval évanoui, de Françoise Sagan

Librairie générale française (L.G.F.), collection « Le Livre de poche » nº 2543

Compagnie Alexandre-Berdat

Mise en scène : Alexandre Berdat

Avec : Yves Jouffroy, Nicole Gros, Martha Mailfert, Jeff Esperanza, Ludovic Coquin, Claudia Taïna, Julien Dodoz, Gérard Cheylus

Costumes : Frédérique Morel

Lumières : Élise Rouby

Théâtre du Nord-Ouest • 13, rue du Faubourg-Montmartre • 75009 Paris

Réservations : 01 47 70 32 75

www.theatredunordouest.com

Le 8 septembre 2009 à 20 h 45, le 13 et le 19 septembre 2009 à 12 h 30, le 4 octobre 2009 à 12 h 30

Durée : 2 heures

20 € | 13 € | 8 €

Reprise à partir du 11 octobre 2009 au

Théâtre Côté cour • 12, rue Édouard-Lockroy • 75011 Paris

Métro : Parmentier

Réservations : 01 47 00 43 55

theatrecotecour@free.fr

http://www.theatrecotecour.com/

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher