Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2006 7 30 /07 /juillet /2006 15:42

Entre les nantis et les miséreux…

 

Les absents ont toujours tort ! Les personnes présentes aux différentes représentations d’« Adrian, l’enfant du paradis » peuvent en attester. Il est en effet difficile voire impossible de rester insensible au dernier petit chef-d’œuvre de Gille Crépin.

 

L’auteur de Makaleï lève le voile, ou plutôt le rideau, sur une des problématiques qui occupent le monde depuis des siècles et des siècles. Sur un ton de fable, Gille Crépin traite, avec légèreté mais non moins sans gravité, des différences entre classes sociales, de l’écart qui ne cesse de se creuser entre les nantis et les miséreux. Adrian, l’enfant du paradis est le parcours initiatique, la quête existentielle du fils de la famille la plus puissante de l’île de Paraiso. Adrian emprunte docilement la voie familiale, toute tracée, jusqu’au jour où Zina, la nouvelle laveuse de vitres récemment engagée par son père, disparaît. Adrian s’aventure alors dans les bas quartiers du port et y découvrira, tour à tour, la vraie vie et le secret dont sa famille aurait toujours voulu le préserver. Adrian se trouvera finalement face au choix cornélien de vivre la nouvelle vie qui s’offre à lui ou de jouir du pouvoir auquel il est prédestiné.

 

L’écriture soignée, tout en finesse, vient appuyer, sans conteste, le jeu de l’acteur qui, grâce à une habile alternance de noirs et de subtiles modifications apportées aux costumes, interprète successivement et avec brio les six personnages que Gille Crépin nous donne à voir. Une belle performance, mise en valeur par une scénographie minimale mais efficace, qui accompagne, ponctue un texte bien balancé tout en laissant libre cours à l’imagination du spectateur. Une pièce à laquelle on ne peut demeurer indifférent, à la fois sévère et empreinte de magie. 

 

Audrey Harlange

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Adrian l’enfant du paradis, de Gille Crépin

Cie Épices & parfums • 30170 Monoblet

04 66 83 87 13 | 06 21 26 24 78

www.colporteur.net

parfums@colporteur.net

Mise en scène : Marc Ferrandiz

Avec : Gille Crépin

Régie générale : Pierre de Cazenove

Musique : Adam Simon Callejon

Costumes : Maëlle Audeno

Affiche : Didier Latorre

Relations publiques : Marie-Claire Mazeillé

Théâtre de l’Albatros • 27-29, rue des Teinturiers • Avignon

04 90 86 11 33 | 04 90 85 23 23

Du 7 au 29 juillet 2006 à 12 h 30, relâche le 26 juillet 2006 (1 h 10)

13 €, 9 € et 5 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher