Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 15:30

« Le Cabaret des hommes perdus »

 

Représentation exceptionnelle lundi 28 septembre 2009 à 20 heures

au profit de l’association Act Up à l’occasion de son vingtième anniversaire

Au Bataclan • 50, boulevard Voltaire • 75011 Paris

 

Texte et chansons : Christian Siméon

Mise en scène : Jean-Luc Revol

Musique composée et interprétée par Patrick Laviosa

Avec : Denis d’Arcangelo, Sinan Bertrand, Alexandre Bonstein, David Macquart

Molières en 2007 : meilleur spectacle musical, meilleur auteur

 

Entre le théâtre d’Olivier Py et le happening interlope, le spectacle de Christian Siméon, mis en scène par Jean-Luc Revol, imagine l’inéluctable descente aux enfers d’un frêle hétéro échoué dans un bar gay new-yorkais. Ce personnage – auquel Alexandre Bonstein apporte une authenticité émouvante – va y rencontrer un barman (incarné avec fraîcheur et tendresse par David Macquart), qui tatoue les chairs et se morfond de ne pouvoir ravir le cœur de son « joli roi de mai ». Y croiser un travesti à la grâce et aux tenues époustouflantes, que revêt un Sinan Bertrand, qui porte avec la même élégance le fourreau à la scène et le kilt à la ville. Et enfin, Dédé, un bien cynique et invasif Destin, auquel Denis d’Arcangelo prête sa gouaille et son art confirmé du comique.

 

Le spectacle tantôt hilarant, tantôt grave qu’ils nous offrent conjugue les genres : entre le drame qui met en scène ce qui doit advenir pour aider les protagonistes à décider le présent ; entre la revue qui associe le chant, la danse et les paillettes ; et le cabaret qui se joue des conventions, chamboule les personnages et les situations, jusqu’aux limites entre la scène et la salle. Prenant à contre-pied leur public, finissant par le captiver littéralement, les quatre comédiens enchantent par une prestation très complète, manifestant l’étendue d’un talent qui ne laisse rien au hasard. S’ils réinvestissent l’art du cabaret, il le renouvellent complètement, car, derrière l’humour et la légèreté omniprésents, la superficialité et l’éclat des paillettes, transparaît la souffrance, la maladie (les noms tatoués des amants perdus deviennent sarcome de Kaposi), et finalement la mort.

 

Lire la suite de la critique d’Olivier Pradel pour les Trois Coups

 

Recueilli par

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Le Cabaret des hommes perdus, de Cristian Siméon

Représentation exceptionnelle lundi 28 septembre 2009 à 20 heures au profit de l’association Act Up à l’occasion de son vingtième anniversaire

Au Bataclan • 50, boulevard Voltaire • 75011 Paris

Location : 0 892 68 36 22 (0,34 €|min)

www.fnac.com

Prix unique : 40 €

www.actupparis.org

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher