Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 1998 1 27 /07 /juillet /1998 00:53

À la recherche de la chanson populaire perdue

 

C’est un moment de délice dans ce Off 1998. De « vieilles » chansons sont réincarnées avec chair, sang et oxygène par des garçons et des filles qui ont une pêche d’enfer. C’est inventif, vitaminé, culotté et prodigieusement généreux. Velours langoureux de la voix, lancinance de la tendresse : la chanson comme signe de reconnaissance tribal, comme message social, comme lien amical et même, quand les temps sont durs, comme Gardénal.

 

theatre2-reduit-copie-2.jpg

 

On n’est pas là pour se faire engueuler, Bambino, Salade de fruits, Le lendemain, elle était souriante, Quel plaisir quand on vous aime comme ça !… tout ici est amoureusement et humoureusement chanté, joué, travaillé pour donner de la joie au spectateur. De la joie teintée de mélancolie. Comme si nous revivions une époque irrémédiablement révolue.

 

Toutes les trois minutes, ce spectacle tonique nous embarque dans un univers différent, nous fait rêver et nous fait rire « naturellement ». Du grand art !

 

Le rythme de la mise en scène et la vivacité de la troupe nous bousculent fraternellement, nous envoient des gros baisers qui claquent et nous laissent étonnés de tant de largesse dans les cadeaux. Les Cyranoïaques font aussi la démonstration éclatante que la chansonnette a une place « immense dans l’histoire sentimentale des sociétés », comme disait le grand Proust.

 

Il y a eu ce soir-là quatre, cinq rappels : le tabac ! Pas besoin de Prozac, allez voir et écouter les Cyranoïaques ! 

 

Vincent Cambier

Les Trois Coups

www.lestroiscoups.com


Un air de (cabaret off)

Compagnie les Cyranoïaques • BP 220 • 31004 Toulouse cedex 06

Mise en scène : Patrick Abéjean, assisté d’Hélène Sarrazin

Avec : Domi Giroud, Dalila Khatir, Hélène Sarrazin, Patrick Abéjean, Jean-Pierre Descheix (comédiens-chanteurs), Hélène Saliès (pianiste) et Catherine Pavet (accordéoniste et percussionniste)

Musique : Yvette Guilbert, Weill, Kosma, Poulenc, Satie et Ferré

Accessoires et aménagement de l’espace : Jean-Baptiste Gaudin

Le Grand Café-La Manutention • 4, rue des Escaliers-Sainte-Anne • Avignon

04 90 82 25 62

À minuit, du 10 au 26 juillet 1998 ; durée : 1 h 30

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher