Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2002 5 12 /07 /juillet /2002 20:57

Battements d’elle à Pierre fendre

Par Vincent Cambier

Les Trois Coups.com


« Pierre et Papillon », un joli jaune dans un Off pourri.

theatre2-reduit-copie-2.jpg

Leurs cœurs s’étaient rencontrés très tôt. Et pourtant… Caillou (le garçon), c’est, selon Papillon, « carrément un phénomène du genre ovni, selon lequel tous les corps matériels s’attirent réciproquement ». Papillon (la fille), pour Caillou, « c’est un mouvement perpétuel à la recherche de son centre ». Et pourtant …

Le texte de Murielle Magellan est d’une acuité qui coupe au couteau, d’une lucidité cruelle, de celle dont on dit que c’est la blessure la plus proche du soleil, de celle qui saigne à mots mouchetés. De celle qui fait l’humour aux spectateurs, aussi.

La mise en scène et la direction d’acteurs sont époustouflantes d’efficacité, de justesse. Elles vont au plus près de la peau du texte, elles raclent la couenne phonique pour mettre à nu le nerf lexical. Christophe Luthringer, après Oui et Au fond des bois, frappe à nouveau trois coups de tonnerre et signe une petite merveille.

Franck Mercadal, prodigieusement nuancé, magnifique de retenue, de sobriété efficace, de sentiments contenus jusqu’au bord de l’explosion, réussit à être profondément attachant avec un Caillou a priori antipathique.

Et puis Mathilde Wambergue. Papillon soyeux virevoltant de branche en branche, de cœur en cœur, avec des battements d’elle à Pierre fendre, insupportable, invivable, impossible, asphyxiante … Mais capable en même temps d’inventer des perles de pluie où il ne pleut pas. Mais des yeux, des gestes, des intonations, un charme à vous liquéfier l’âme.

Et tous les deux terriblement drôles. Vous savez : « Cette mâle gaîté si triste et si profonde que lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer. » 

Vincent Cambier


Pierre et Papillon, de Murielle Magellan

Mise en scène : Christophe Luthringer

Cie Le Septentrion • 23, rue Eugène-Sue • 75018 Paris

Tél./fax : 01 53 28 00 98

Avec : Mathilde Wambergue (Papillon) et Franck Mercadal (Caillou)

Chorégraphie : Christine Bastin

Lumière : Olivier Coudun et Christophe Luthringer

Création musicale et sonorisation : Jean Chavot

Scénographie et costumes : Barbara De Limburg et Alexandra Gilbert

Décor : Philippe Meynard

La Manufacture • 2, rue des Écoles • Avignon

À 16 h 15 (1 h 35)

04 90 86 30 78

Tarifs : 13 € | 9 €

Partager cet article

Repost 0
Publié par Les Trois Coups - dans France-Étranger 1998-2014
commenter cet article

commentaires

Rechercher